Comment commencer à investir en bourse sur 2022?

Par Baptiste Wicht | Mis à jour: | Investir

(Information: certains des liens ci-dessous peuvent être des liens d'affiliation)

Vous vous sentez dépassé par les investissements ? Et vous ne savez pas par où commencer pour investir ? Vous voulez un guide simple sur la façon de commencer à investir ?

Alors, ce guide est exactement ce dont vous avez besoin ! Cet article est un guide étape par étape pour investir en bourse.

Tout d’abord, j’aborde les choses que vous devez savoir avant de commencer à investir. Ensuite, j’explique comment vous pouvez commencer à investir.

Savoir pourquoi vous voulez investir

Tout d’abord, vous devez comprendre pourquoi vous voulez commencer à investir. Vos raisons d’investir comptent pour beaucoup dans la manière dont vous allez investir.

Il existe de nombreuses raisons d’investir dans le marché boursier. Mais nous pouvons les regrouper en deux catégories :

  1. Investir à court terme pour acheter quelque chose. Il peut s’agir d’acheter une nouvelle maison, par exemple.
  2. Investir à long terme pour votre avenir. Cela pourrait être pour payer votre retraite. Ou vous pouvez investir à long terme pour l’éducation de votre enfant.

Il est essentiel de savoir que l’investissement est un jeu à long terme. Si vous voulez acheter une maison l’année prochaine, ce n’est probablement pas une bonne idée d’investir maintenant. Pourquoi ça ? Comme nous le verrons dans la prochaine section, le marché boursier est volatile. Il fournira de bons rendements, mais seulement en moyenne. Que ferez-vous si vous investissez maintenant et que le marché baisse de 20 % ?

Je ne vous recommande donc que si vous investissez à moyen ou long terme. Vous devez répondre à une question simple : Pouvez-vous attendre que le marché se redresse s’il baisse ?

Par exemple, si le marché baisse de 20 % l’année prochaine, serez-vous capable d’attendre un an ou plus jusqu’à ce qu’il se redresse ?

Si vous ne pouvez pas répondre par l’affirmative à cette question, il est probablement préférable d’investir. Si vous vendez parce que vous avez peur des pertes, vous aurez des problèmes. Il y aura des années négatives dans votre parcours d’investissement. Et vous devrez attendre qu’il se rétablisse. Vendre en période de récession est la pire chose à faire !

Sachez pourquoi vous devriez investir

Vous savez déjà pourquoi vous voulez investir. Mais savez-vous pourquoi vous devriez investir? Ne pourriez-vous pas économiser de l’argent et le laisser reposer sur un compte d’épargne et atteindre les mêmes objectifs ?

Il y a un gros problème avec l’argent liquide : l’inflation! La valeur de votre argent diminue avec le temps. L’inflation augmente les prix des biens au fil du temps. En moyenne, l’inflation augmente.

L’inflation signifie que l’argent que vous avez acquis en travaillant dur aura moins de valeur. Avec la même somme d’argent, vous pouvez vous offrir moins de biens.

Et le problème des comptes bancaires est qu’ils ne suivent pas l’inflation. En laissant l’argent sur votre compte bancaire, il perd de sa valeur au fil du temps.

D’autre part, les investissements en bourse ont des rendements historiques supérieurs à l’inflation. Investir signifie que vous allez générer plus de valeur à partir de votre argent. Et l’inflation n’engloutira pas tous vos gains.

Et comme les rendements seront plus élevés, votre argent augmentera sans que vous ayez à faire quoi que ce soit. Vous voulez que votre argent durement gagné travaille pour vous !

Connaître le marché boursier

Ensuite, vous devez également connaître le marché boursier. Ne vous inquiétez pas. Vous n’avez pas besoin de tout savoir à ce sujet ! Vous n’avez même pas besoin de connaître les détails!

Mais il y a plusieurs choses que vous devez savoir avant même d’envisager d’investir sur le marché boursier.

Premièrement, il n’existe pas d’investissement sans risque! Tous les investissements comportent certains risques. C’est à vous de décider du niveau de risque que vous êtes prêt à prendre.

Même les investissements à faible risque auront parfois des rendements négatifs! Si vous choisissez un instrument à faible risque, comme les obligations d’État, vous connaîtrez tout de même quelques baisses. Certaines années, les obligations ont enregistré de très mauvaises performances. Nous parlons de moins 20% en une seule année !

Vous ne perdez de l’argent que si vous vendez en période de ralentissement économique. Vous devez mélanger les pertes sur papier et les pertes réalisées. Si vous vérifiez votre compte un jour et que vous constatez que vous avez une baisse de 10 %, il ne s’agit que d’une perte sur papier. Si vous vendez, cela deviendra une perte réalisée. Il est essentiel de le comprendre.

Enfin, vous ne devez pas chronométrer le marché. Caler le marché signifie que vous achetez ou vendez à un moment précis dans l’espoir de réaliser un bénéfice. Pour beaucoup de gens, cela signifie attendre pour acheter ou vendre tôt. Mais en moyenne, vous perdrez ce pari avec le marché. Les gens ne sont pas capables de battre ou de chronométrer le marché.

Connaître la différence entre les actions et les obligations

Sur le marché boursier, il existe deux instruments principaux : les obligations et les actions. Il y en a d’autres aussi. Mais ces deux-là sont plus que suffisants pour commencer.

Une obligation est une dette qu’une entité émet. Cette entité peut être un gouvernement, une municipalité ou une société. Pour rester simple, vous devez vous concentrer uniquement sur les obligations d’État. Ils sont les plus sûrs et les plus simples. Une obligation a une durée jusqu’à l’échéance et un taux d’intérêt.

Lorsqu’il a besoin d’argent, le gouvernement émet des obligations que les gens peuvent acheter. En échange de son argent, l’acheteur d’obligations recevra régulièrement des paiements d’intérêts. Lorsque l’obligation arrive à échéance, l’acheteur récupère son argent.

L’action d’une société est l’ensemble de toutes les actions de cette société. Vous n’achetez pas directement des actions, mais vous achetez des parts d’actions. En achetant une action d’une société, vous êtes propriétaire d’une partie de cette société.

Les personnes qui investissent dans des actions s’attendent à ce que le prix de l’action augmente. En général, plus l’entreprise se développe, plus le prix de son action augmente. Un autre avantage de certaines actions est que la société verse un dividende à ses actionnaires.

Une fois qu’une entreprise a de l’argent, elle a plusieurs choix. Elle peut investir en elle-même pour se développer. Ou l’entreprise peut rendre l’argent aux actionnaires sous forme de dividende. Ce dividende vous sera versé en espèces sur votre compte de courtier.

En pratique, il existe une différence importante entre ces deux instruments : les obligations présentent des risques et des rendements moindres, tandis que les actions présentent des risques plus élevés et des bénéfices plus importants.

En bref, cela signifie que les actions sont excellentes à long terme. Et les obligations sont meilleures à court terme. Mais les obligations réduisent la volatilité d’un portefeuille. Ils sont bons pour votre tolérance au risque.

Savoir ce que sont les fonds indiciels

Maintenant que vous savez ce que sont les actions et les obligations, vous pensez peut-être que l’étape suivante consiste à choisir des entreprises dans lesquelles investir (sélection des actions). Mais ce n’est pas le cas ! Investir dans des actions individuelles n’est pas une bonne chose pour la plupart des gens.

Historiquement, les actions de sélection ont eu des rendements inférieurs à ceux du marché moyen lui-même. La sélection des actions est appelée investissement actif car les gens choisissent activement les entreprises dans lesquelles ils veulent investir. En revanche, avec l’investissement passif, vous investissez dans une collection d’actions représentatives du marché. Ces collections d’actions sont appelées indices.

Un fonds indiciel est un fonds qui contient toutes les actions de l’indice. Au lieu d’acheter des actions, vous achetez des actions de l’indice. Et en faisant cela, vous faites l’équivalent d’acheter des parts de chaque action de l’indice. Si le marché se porte bien, vos actions se porteront bien.

L’investissement passif présente de nombreux avantages :

  1. Il surpasse les fonds actifs en moyenne.
  2. C’est plus simple puisque vous ne devez pas choisir les actions.
  3. Il est moins cher car les frais sur les fonds indiciels sont généralement plus bas que sur les fonds actifs.
  4. Elle est plus diversifiée.

Par conséquent, je vous recommande, si vous vous lancez, de commencer par l’investissement passif!

Choisir entre les fonds communs de placement et les ETF

Comme nous venons de le voir, les fonds indiciels sont les meilleurs instruments pour commencer à investir. Cependant, les fonds indiciels existent en deux versions :

  1. Fonds communs de placement indiciels. Il s’agit de fonds directement gérés par une institution financière.
  2. Fonds indiciels négociables en bourse (FNB). Il s’agit de fonds négociés sur le marché boursier.

Il existe également des fonds communs de placement et des FNB actifs. Veillez donc à vous concentrer sur les fonds communs de placement indiciels et les FNB indiciels.

Ces deux alternatives sont des fonds indiciels. Ils investissent tous deux dans un grand nombre d’actions et répliquent l’indice lui-même. Vous devez décider si vous voulez investir dans des fonds communs de placement ou des FNB.

La seule différence notable est la manière dont vous investissez dans ces instruments.

  1. Pour investir dans un fonds commun de placement, vous n’aurez pas besoin d’accéder au marché boursier. Vous pouvez investir dans des fonds communs de placement par l’intermédiaire d’une institution financière telle que Vanguard ou BlackRock. Vos grandes banques nationales (UBS, par exemple, en Suisse) offrent également l’accès à certains fonds communs de placement.
  2. Au contraire, pour investir dans un ETF, vous devez avoir accès au marché boursier. Vous utiliserez un courtier comme intermédiaire. Et ensuite, vous achetez des parts d’un ETF comme s’il s’agissait d’une action.

Les fonds communs de placement sont simples à investir. Cependant, ils posent un gros problème dans de nombreux pays. La plupart d’entre nous n’ont pas accès à de bons fonds communs de placement. Par exemple, l’un des meilleurs fournisseurs de fonds communs de placement, Vanguard, ne propose pas ses fonds communs de placement en Europe. Nous avons accès à de nombreux fonds auprès de nos banques. Mais ces fonds sont nettement plus chers et plus petits. Il s’agit donc d’alternatives inférieures.

C’est pourquoi la plupart des Européens investissent (ou devraient investir) dans des fonds négociés en bourse (ETF). Comme moi, si vous êtes en Suisse, vous n’avez pas d’autre choix que d’investir dans les ETFs, à moins que vous ne vouliez gaspiller votre argent en frais !

Si vous avez accès à de bons fonds communs de placement, par exemple aux États-Unis, vous pouvez commencer à investir directement auprès d’eux.

Si vous n’avez pas accès à de bons fonds communs de placement, vous investirez dans des ETF par le biais d’un compte de courtage (nous y reviendrons plus tard).

Choisissez votre allocation d’actifs

Que vous optiez pour des fonds communs de placement ou des FNB, vous devez choisir une répartition des actifs.

L’allocation d’actifs est un terme générique qui signifie simplement la part d’obligations, d’actions et de liquidités que vous avez dans votre portefeuille d’investissement. Pour la plupart des gens, les liquidités ne font pas partie de leur portefeuille. Vous pouvez donc vous concentrer uniquement sur les obligations et les actions. Vos liquidités resteront séparées de votre portefeuille d’investissement.

Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise répartition des actifs. Vous devez connaître la différence entre les différentes répartitions d’actifs et choisir celle qui vous convient personnellement !

Nous avons déjà vu que les actions sont plus volatiles et ont des rendements plus élevés. D’autre part, les obligations sont plus stables mais offrent des rendements plus faibles.

Sur cette base, vous devez choisir votre allocation d’actifs en fonction de ces facteurs :

  1. Votre tolérance au risque. Quel niveau de risque êtes-vous capable de gérer ? Si votre portefeuille est en baisse de 30 %, que ferez-vous ?
  2. Votre terme d’investissement. Combien de temps allez-vous investir avant d’avoir besoin de cet argent ?

Avoir une bonne tolérance au risque signifie être capable d’accepter plus d’actions. Et un investissement à long terme signifie également que vous pouvez avoir plus d’actions dans votre portefeuille. Mais ne prenez pas ces deux facteurs indépendamment l’un de l’autre. Vous devez prendre en compte les deux.

Par exemple, si vous avez besoin de l’argent dans 20 ans (très long terme) mais que vous avez une faible tolérance au risque, vous devriez quand même avoir une part importante d’actions.

Vous ne devriez même pas envisager de détenir moins de 40 % d’actions. Vous avez besoin d’actions pour obtenir de bons rendements. Voici les répartitions d’actifs les plus populaires :

  • 100% d’actions : Investir à long terme et avoir une excellente tolérance au risque.
  • 80% des actions : Investir à long terme et avoir une bonne tolérance au risque.
  • 60% des actions : Investir pour le moyen terme ou la tolérance moyenne au risque.
  • 40 % des actions : Investir pour le moyen terme ou une faible tolérance au risque.

Il ne s’agit là que de règles empiriques, bien entendu. Rien ne vous empêche d’avoir un portefeuille 75/25. Ce serait un portefeuille parfait.

Et une dernière chose sur la répartition des actifs : Elle n’a pas besoin d’être gravée dans le marbre. Vous ne devez pas le changer souvent. Mais vous pouvez le changer. Premièrement, en vieillissant, votre tolérance au risque peut changer. Et à mesure que vous vous rapprochez de votre terme, vous voudrez peut-être augmenter les obligations pour éviter une grosse surprise.

Si vous voulez voir la différence entre les allocations d’actifs, vous pouvez consulter ces simulations de retraite. Et si vous avez besoin de plus de détails sur ce sujet, je dispose d’un guide complet sur la répartition des actifs.

Choisir un portefeuille

Un exemple simple de portefeuille
Un exemple simple de portefeuille

Vous connaissez maintenant la répartition des actions et des obligations dans votre portefeuille. Il vous reste à décider des indices dans lesquels vous allez investir. Vous n’avez pas à choisir les actions. Mais vous devez toujours choisir les indices.

Le choix d’un portefeuille est essentiel. Vous ne devez pas précipiter cette décision. Vous devez choisir un portefeuille qui répondra à vos besoins.

Pour simplifier votre recherche, vous devez éviter les fonds indiciels trop spécifiques. Par exemple, vous ne devez pas investir dans des fonds indiciels sectoriels. Ces fonds investissent dans un seul secteur, comme la technologie. Ils introduisent un parti pris pour une industrie. Restez simple et investissez dans des pays entiers.

Il en va de même pour les fonds qui n’investissent que dans des entreprises de certaines tailles. Par exemple, certains fonds sont investis uniquement dans de petites entreprises. Il s’agit également d’un pari sur les entreprises qui s’en sortent le mieux. Et vous devriez éviter les paris ! Vous devez parier sur l’ensemble du marché. C’est le pari le plus sûr.

Vous devrez décider dans quels pays vous souhaitez investir. Si vous vivez dans un vaste pays comme les États-Unis, vous ne pouvez investir que dans votre pays. Mais si vous vivez dans un tout petit pays comme la Suisse, il est préférable de se diversifier dans plusieurs pays.

Si vous avez des obligations dans votre portefeuille, je vous recommande de n’investir que dans des obligations de votre pays dans votre devise. L’idée des obligations est qu’elles réduisent la volatilité de votre portefeuille. Si vous ajoutez à cela les risques de change, vous perdez certains des avantages des obligations.

Un bon portefeuille pourrait être composé de 80 % d’actions mondiales et de 20 % d’actions suisses pour la Suisse. Si vous voulez des obligations, vous pouvez choisir 60% d’actions mondiales, 20% d’actions suisses et 20% d’obligations suisses.

Pour moi, les meilleurs fonds sont ceux qui couvrent le monde entier. Par exemple, Vanguard Total World (VT) est un excellent ETF. C’est celui avec lequel j’investis 80% de notre portefeuille. Mais il y en a d’autres. Je vous recommande de considérer un portefeuille mondial comme votre fonds indiciel de base.

Une fois que vous avez décidé des pays dans lesquels vous voulez investir, vous pouvez choisir le meilleur fonds indiciel pour chaque pays. Il existe de nombreux outils permettant de comparer les ETF. Mon outil préféré pour cela est justETF.

Si vous voulez plus d’informations sur cette étape, je vous propose un guide complet sur la conception d’un portefeuille d’ETF à partir de zéro. Ce guide vous aidera à choisir un indice, à sélectionner un fonds pour cet indice et enfin à rassembler vos fonds pour former votre portefeuille.

Décidez du montant que vous souhaitez investir

Il est maintenant temps de décider du montant que vous allez investir.

Tout d’abord, avez-vous déjà de l’argent que vous souhaitez investir ? Si vous disposez déjà de beaucoup d’argent, vous pouvez envisager d’en investir une partie.

Ensuite, quel montant investissez-vous pour investir régulièrement ? Investir une partie de votre salaire chaque mois dans le marché boursier est une bonne idée.

Bien sûr, il s’agit aussi de savoir combien vous pouvez investir. Vous devez vous rappeler que cet argent ne sera pas toujours disponible. Vous devez investir de l’argent dont vous n’avez pas besoin en ce moment. Si le marché est en baisse et que vous avez besoin de cet argent, vous réaliserez des pertes importantes. Donc, si vous savez que vous avez besoin de cet argent, ne l’investissez pas !

Vous devriez également conserver un peu d’argent sous la forme d’un fonds d’urgence. Et vous ne devriez pas investir votre fonds d’urgence puisque vous voulez qu’il soit disponible.

Une excellente façon de commencer est de commencer par des montants plus faibles. Vous pouvez décider d’investir 100 CHF chaque mois. Ou bien il peut s’agir de 1000 CHF. Cela dépendra de votre budget et de vos moyens.

Il vaut mieux commencer maintenant avec 100 CHF par mois que de ne jamais investir. Commencer avec peu d’argent vous aidera à briser la paralysie de l’investissement.

Quant à la fréquence, je recommande d’investir tous les mois. Mais certaines personnes préfèrent investir tous les trimestres. Je pense qu’il est bon d’investir dès que l’on dispose d’argent pour le faire.

Décidez comment vous voulez investir

Il y a encore une chose que vous devez décider. Vous avez trois options principales pour investir sur le marché boursier :

  1. Investir par l’intermédiaire d’une banque
  2. Investir par l’intermédiaire d’un robot-conseiller
  3. Investissez-vous

Je vous déconseille d’essayer la première option. Les banques sont coûteuses pour investir et constituent la pire option. Il reste deux options, investir par soi-même ou par l’intermédiaire d’un robot-conseiller.

En investissant par vous-même, vous maximiserez l’efficacité de votre portefeuille et minimiserez les frais. Cependant, cela signifie plus de complexité et de temps nécessaire à l’investissement. Et vous avez également plus de marge pour les erreurs et les décisions personnelles.

D’autre part, un robot-conseiller ajoutera des frais substantiels pour gérer votre portefeuille. C’est plus facile. Comme la plateforme gère votre portefeuille, vous aurez très peu de choses à faire.

J’investis moi-même et je recommande à la plupart des gens de le faire. Toutefois, si vous ne vous sentez pas prêt, il vaut mieux investir avec un robot-conseiller que ne pas investir.

Pour plus d’informations, vous pouvez vous renseigner sur le temps nécessaire pour investir par vous-même et sur les différents niveaux d’investissement.

Choisir un courtier

Vous en savez assez et vous avez décidé dans quoi investir. Il est temps de commencer à investir.

Vous n’aurez pas besoin d’un courtier si vous prévoyez d’utiliser des fonds communs de placement plutôt que des FNB. Il vous suffit de créer un compte auprès du fournisseur de fonds choisi.

Pour investir sur le marché boursier, vous devez faire appel à une société de courtage (un courtier en abrégé). Votre courtier est l’intermédiaire entre vous et la bourse. Contre une petite commission (nous y reviendrons plus tard), le courtier passe des ordres pour vous à la bourse. Sans compte de courtage, vous ne pourrez pas acheter des parts de vos fonds sur le marché boursier.

Chaque pays compte de nombreux courtiers. La plupart des grandes banques seront elles-mêmes des courtiers. Cependant, les banques ne sont pas la meilleure option pour un compte de courtage. Ils sont beaucoup trop chers. Nous parlons d’un ordre de grandeur plus cher.

À titre de petit exemple, nous achetons 2000 dollars d’actions à la Bourse de New York (NYSE). Dans PostFinance, cela nous coûterait 35 USD. Avec Interactive Brokers (IB), cela nous coûterait 0,5 USD ! PostFinance est 70 fois plus cher que l’IB.

Meilleur courtier pour la Suisse
Interactive Brokers
5.0
Pas de frais de garde

Tout ce dont vous avez besoin pour acheter des actions et ETFs! Et tout ça avec des frais incroyablement bas! Commencez à investir dans des compagnies américaines dès 0.50 USD!

Pros:
  • Très bon marché
  • Tous les instruments dont vous avez besoin

Pour l’Europe, il existe deux grands courtiers :

  1. Interactive Brokers. Il s’agit d’un courtier américain avec une succursale au Royaume-Uni pour les Européens. Ils ont des prix très bas et offrent un large éventail d’investissements.
  2. DEGIRO. Il s’agit d’un courtier européen des Pays-Bas. Ils proposent également une bonne gamme d’investissements à bas prix.

Je recommande IB plutôt que DEGIRO car ils ont des prix plus bas et une meilleure offre d’investissements. Ils sont également plus professionnels, et je leur fais plus confiance qu’à DEGIRO.

Je vous recommande de commencer à investir avec IB. Si vous êtes encore hésitant, j’ai écrit une comparaison entre Interactive Brokers et DEGIRO.

Si vous voulez éviter les courtiers étrangers, vous pouvez opter pour un courtier suisse.

Choisissez un Robo-conseiller

Si vous décidez d’investir par l’intermédiaire d’un robot-conseiller, vous devrez choisir lequel. Il existe de nombreux Robo-advisors en Suisse.

Il existe des différences très importantes entre les Robo-advisors :

  • Certains sont beaucoup plus chers que d’autres
  • Certains investissent différemment
  • Certaines sont beaucoup plus compliquées que d’autres
Parfait pour commencer
Robo-Advisor le moins cher
4.5
4.0
Très bon Robot-Conseiller
Très bon marché
Pros:
  • Excellent pour les débutants
  • Frais dégressifs
  • Bonne diversification
  • Bonne stratégie avec ETFs
Pros:
  • Frais excellents
  • Très personnalisable
  • Bonne diversification
  • Bonne stratégie avec ETFs
Cons:
  • Peu de personnalisation
Cons:
  • Minimum élevé
  • Pas toujours facile à utiliser
Security:
Bonne
Security:
Bonne
Parfait pour commencer
4.5
Très bon Robot-Conseiller
Pros:
  • Excellent pour les débutants
  • Frais dégressifs
  • Bonne diversification
  • Bonne stratégie avec ETFs
Cons:
  • Peu de personnalisation
Security:
Bonne
Robo-Advisor le moins cher
4.0
Très bon marché
Pros:
  • Frais excellents
  • Très personnalisable
  • Bonne diversification
  • Bonne stratégie avec ETFs
Cons:
  • Minimum élevé
  • Pas toujours facile à utiliser
Security:
Bonne

Pour les Robo-advisors, je recommande d’opter pour l’un ou l’autre :

Vous pouvez également essayer les deux si vous le souhaitez et décider plus tard lequel vous voulez.

Faites votre premier investissement !

Vous avez maintenant pris toutes les décisions nécessaires. Vous pouvez faire votre premier investissement en bourse !

Si vous utilisez un fonds commun de placement, transférez vos fonds au fournisseur du fonds commun de placement et investissez les fonds dans le fonds commun de placement de votre choix.

Si vous utilisez un ETF, transférez de l’argent sur le compte de votre courtier et achetez des actions de l’ETF de votre choix.

Félicitations, vous êtes maintenant investi dans le marché boursier !

Continuez comme ça

Commencer à investir est une excellente chose. Mais vous devez continuer à le faire. A partir de maintenant, vous devez investir régulièrement.

Je recommande d’investir tous les mois. Même s’il s’agit de petites quantités, elles s’accumulent rapidement. C’est ainsi que j’investis. Après avoir reçu mon salaire et payé toutes les factures chaque mois, je transfère le montant restant sur mon compte de courtage. Et à partir de là, j’achète les actions de mon portefeuille.

Pour limiter vos coûts, je vous recommande de n’acheter qu’une seule part de FNB par mois. La meilleure façon d’investir est d’acheter des parts de l’ETF qui est le plus déséquilibré.

Par exemple, vous voulez 60 % du FNB VT et 40 % du FNB CHSPI. Si vous avez seulement 30% de CHSPI, vous achetez des actions de CHSPI ce mois-ci. En revanche, si vous avez 55% de VT, vous achetez du VT ce mois-ci. C’est un moyen simple et efficace de maintenir l’équilibre de votre portefeuille.

Conclusion

En suivant toutes ces étapes, vous pourrez commencer à investir sur le marché boursier. L’investissement est un excellent moyen de faire travailler votre argent pour vous. Et cela vous aidera à lutter contre l’inflation.

Je réalise que ce sont de nombreuses étapes. Mais ce ne sont que des petits pas. Vous ne devez pas vous précipiter pour les lire. Même si cela vous prend un mois pour tout décider, c’est tout à fait normal. Vous ne voulez pas prendre de décision hâtive.

Une fois que vous aurez commencé à développer une routine d’investissement, cela deviendra plus simple. Et dès que vous commencerez à investir, vous commencerez à voir les avantages de l’investissement. C’est formidable lorsque votre portefeuille s’accroît sans que vous ne fassiez quoi que ce soit.

J’espère que cela vous aidera à démarrer. S’il y a encore quelque chose qui n’est pas clair, faites-le moi savoir dans les commentaires ci-dessous.

Pour commencer, vous pouvez en savoir plus sur les meilleurs courtiers en Suisse. Ou, si vous voulez commencer avec IB, découvrez comment acheter votre premier ETF avec IB.

Si vous voulez en savoir plus sur le marché boursier, vous pouvez lire les mythes qui entourent le marché boursier.

Monsieur The Poor Swiss est l'auteur du blog thepoorswiss.com. En 2017, il s'est rendu compte qu'il était en train de tomber dans le piège de l'inflation de son mode de vie. Il a décidé de diminuer ses dépenses et d'augmenter ses revenus. Ce blog parle de son histoire et de ses trouvailles. En 2019, il épargne plus de 50% de ses revenus. Son but est de devenir financièrement indépendant. Vous pouvez envoyer un message à Monsieur The Poor Swiss.

9 thoughts on “Comment commencer à investir en bourse sur 2022?”

  1. Bonjour,
    Intéressants articles très instructifs ! Je suis tombé sur le blog en cherchant des renseignements sur Inyova et j’y ai lu plusieurs articles.

    Je dispose de fonds modestes prêts à être investis (entre 2’000 et 10’000 CHF), sur du long terme et avec une haute tolérance au risque (c’est une part de mes économies dont je n’ai pas besoin, et qu’en soit je pourrais perdre dans le pire des cas sans que ça ne mette la survie de mon ménage en péril).

    À vous lire, je comprends que la meilleure stratégie au niveau du rendement, ce serait d’investir dans des ETF via IB.
    Ceci dit, la variable « durabilité » est extrêmement importante pour moi. Bien plus qu’un haut rendement. Inyova, qui est bien plus exigeante que le simple critère ESG, semble alors très intéressante. Mais il y a leur frais qui sont très élevés.

    Un point qui demeurent flou pour moi, c’est la mesure dans laquelle j’aurais « mon mot à dire » au sujet des entités dans lesquelles j’investirais via des ETF. Le contenu des ETF est-il personnalisable ou pas du tout ?

    Ma question est donc : existe-t-il un courtier (ou une fonctionnalité d’IB) qui propose d’investir dans des ETF aussi durables que ce que proposerait Inyova ?
    Dans le cas contraire, comment faire pour investir via un service de courtage de façon véritablement durable (quand on n’y connaît quasiment rien, comme moi) ?
    Ou plus simplement, au vu de mon profil, est-ce que je ne devrais pas simplement m’en remettre à Inyova (qui d’ailleurs propose en ce moment de verser 10.- par mois pendant un an aux investisseurs qui passent par la banque Neon) ?

    1. Bonjour Joel,

      Effectivement, il faut décider de l’équilibre entre retours/frais et durabilités. En général, plus vous voulez être durable, plus cela va couter.

      Il y a plusieurs niveaux:
      1) ETFs globaux (aucune durabilité, suit le marché global), frais très bas
      2) ETFs durables (SRI, ESG, …), un peu de durabilité mais peu de choix, frais moyens
      3) Inyova, excellente durabilité, beaucoup de choix et frais élevés
      4) Investir soi même, choix énorme, frais « bas », mais difificile et risqué

      Pour votre question: non, ça n’existe pas.

      Honnêtement, si la durabilité est très importante pour vous et que vous ne connaissez pas assez la bourse pour investir par vous-même, je conseille en effet de passer par Inyova. C’est tout de même moins cher qu’une banque. Et si vous investissez assez d’argent, les frais descendent.

  2. Bonjour,

    Qu’en pensez vous d’une strategie mixte (qq etfs de dividendes avec des gains plus immédiats + qq etfs pour une valorisation à long term)?
    Quels sont les etfs à dividendes plus intéressantes?
    Quel ratio?

    Merci beaucoup

  3. Bonjour ! Quand vous dites que vous êtes passé chez IB, cela veut-il dire que vous avez dû tout vendre et clôturer votre compte chez DeGiro, ou que vous avez dû transférer toutes vos positions chez IB ? Mais cela entraîne beaucoup de frais.
    Ou conservez-vous simplement vos positions chez DeGiro et avez-vous ouvert un compte chez IB et acheté les positions que vous ne trouvez pas ou plus chez DeGiro ?
    J’aimerais savoir quelle est la meilleure méthode selon vous.
    Encore merci pour tout votre travail et vos articles très intéressants !

    1. Bonjour,

      Personnellement, j’ai tout vendu, transféré le cash et tout réacheté. C’est pas très pratique à faire, mais je n’avais pas envie de payer les frais de transferts.
      Je recommenderais plutôt de faire un vrai transferts d’actions si vous en avez assez (>50’000 CHF et peu d’ETFs).

  4. Salut Chef ! sympa ton article ! Autre point importants avec Degiro, c’est qu’aux dernières nouvelles, tu ne peux pas investir dans le marché japonais. Du coup je doute que tu puisses acheter ton ETF VT favori sur Degiro :-)

    1. Hello Cyrill,

      VT est en fait sur le marché américain, pas japonais. Mais effectivement, il n’est pas possible d’investir dans le marché américain depuis 2019 avec DEGIRO. C’est pourquoi je suis passé à IB.

Laisser un commentaire

Your comment may not appear instantly since it has to go through moderation. Your email address will not be published. Les champs obligatoires sont indiqués avec *