Le guide complet de la répartition des actifs

Par Baptiste Wicht | Mis à jour: | Investir

(Information: certains des liens ci-dessous peuvent être des liens d'affiliation)

La répartition des actifs est un sujet essentiel en matière d’investissement. Votre allocation d’actifs définira la composition des classes d’actifs de votre portefeuille d’investissement. Pour la plupart des gens, il s’agit simplement de savoir combien d’actions, d’obligations et de liquidités ils doivent avoir dans leur portefeuille.

Votre allocation d’actifs déterminera vos rendements attendus et votre volatilité attendue. Si vous êtes prêt à prendre beaucoup de risques (volatilité), vous pouvez espérer des rendements plus élevés. Ces rendements vous protégeront contre l’inflation et feront fructifier votre portefeuille au fil du temps.

Mais il est important de choisir une allocation d’actifs qui vous convient. Si vous prenez trop de risques et vendez sous l’effet de la panique à la première baisse, vous auriez été bien mieux avec une allocation d’actifs à plus faible volatilité.

Dans cet article, nous examinons en détail ce qu’est l’allocation d’actifs et quelques éléments à prendre en compte pour choisir votre allocation d’actifs.

Allocation d’actifs

Votre allocation d’actifs est la part de votre portefeuille que vous allouez aux différentes classes d’actifs. Il existe de nombreuses classes d’actifs, mais pour cet article, nous nous concentrons sur les trois principales classes d’actifs :

  • Stocks
  • Obligations
  • Espèces

Par exemple, on peut avoir une allocation d’actifs de 5% de liquidités, 20% d’obligations et 75% d’actions. On peut aussi avoir une allocation d’actifs composée à 100% d’actions. Ce sont des exemples valables d’allocation d’actifs.

D’une manière générale, les différentes allocations d’actifs présentent des risques (volatilité) différents.

Le choix de la répartition des actifs est essentiel car il doit correspondre à votre situation actuelle. Si vous pouvez supporter une plus grande volatilité, vous pouvez supporter une allocation plus importante en actions. Mais tout le monde n’est pas pareil, et même pour une seule personne, la situation peut évoluer au fil des ans.

Classes d’actifs

Il est important de réaliser les différences entre les trois principales classes d’actifs lorsqu’on parle d’allocation d’actifs.

Espèces

Par argent liquide, je n’entends pas les espèces sonnantes et trébuchantes que vous avez chez vous ou dans votre portefeuille. Je veux dire l’argent que vous avez sur un compte bancaire. Il peut aussi être placé dans un fonds monétaire, mais cela le rendra moins accessible. Bien entendu, si vous disposez d’une somme importante d’argent liquide à la maison, vous devez également la compter.

Les liquidités sont la plus sûre des classes d’actifs. Si vous laissez de l’argent liquide intact pendant 20 ans sur un compte, vous savez que vous aurez toujours le même montant à la fin (à moins que vous n’ayez des frais sur votre compte bancaire !).

L’argent liquide est donc la meilleure solution lorsque vous avez besoin de dépenser de l’argent, car il est à portée de main et n’est pas volatile.

Le problème avec le cash est que ses rendements sont presque inexistants. Il ne suivra donc pas l’inflation. Ainsi, si vous gardez vos liquidités intactes pendant 20 ans, elles garderont la même valeur, mais leur pouvoir d’achat sera beaucoup plus faible. L’inflation est la principale raison pour laquelle les gens devraient investir et ne pas tout garder en espèces.

La raison d’ajouter des liquidités à un portefeuille est d’augmenter l’accessibilité de l’argent.

Obligations

Les obligations sont des prêts accordés par des gouvernements ou des entreprises. Vous leur prêtez de l’argent, et en retour, ils vous reversent des intérêts pendant la durée du prêt. Au final, ils vous rendront votre argent.

Les obligations ont un rendement nettement supérieur à celui des liquidités. Et ils sont nettement moins volatils que les actions. Ils représentent donc le juste milieu de l’investissement.

N’oubliez pas que toutes les obligations ne sont pas égales. Certaines obligations ont un rendement plus élevé (obligations de pacotille) et une volatilité beaucoup plus élevée. En tant que tels, ils ne présentent aucun avantage par rapport aux actions. Ainsi, seules les obligations sûres comme les bons du Trésor devraient être utilisées pour réduire les risques de votre portefeuille.

Le problème des obligations est que leurs rendements ne sont pas assez élevés pour maintenir un style de vie si vous prévoyez de retirer des fonds de votre portefeuille. Si vous envisagez de prendre votre retraite uniquement avec des obligations, vous devrez accumuler une somme d’argent substantielle par rapport aux actions.

Ainsi, la raison d’ajouter des obligations à un portefeuille est de réduire la volatilité.

Stocks

Enfin, les actions sont des parts d’entreprises cotées en bourse. Vous achetez une partie de l’entreprise, et cette part peut prendre de la valeur au fil du temps. Et dans certains cas, vous pouvez également recevoir des dividendes.

Les actions peuvent générer des rendements nettement supérieurs à ceux des obligations. Mais ils entraînent également une volatilité beaucoup plus élevée.

La raison d’ajouter des actions est d’augmenter les rendements. Vous voulez que votre argent fructifie au fil du temps.

Une note sur les obligations à rendement négatif

De nombreuses personnes demandent ce qu’elles doivent faire de leur allocation obligataire lorsque les obligations ont un rendement négatif. Cela signifie que les personnes qui achètent des obligations perdent en fait de l’argent au fil du temps.

En Europe et en Suisse, les obligations ont un taux d’intérêt négatif depuis plusieurs années. Et ce n’est probablement pas près de changer. Aux États-Unis, les obligations rapportent encore un taux d’intérêt positif, mais il est très faible.

Alors, que faire si vous ne voulez pas investir à 100 % dans des actions, mais ne voulez pas non plus investir dans des obligations à rendement négatif ?

Étant donné que les liquidités offrent des rendements plus élevés que les obligations à rendement négatif (du moins pour le moment), il est logique d’augmenter votre allocation en liquidités au lieu d’augmenter votre allocation en obligations.

Maintenant, les liquidités auront un rendement faible, inférieur à l’inflation. Ainsi, si vous n’avez pas accès à de bonnes obligations, il est préférable d’avoir une allocation plus importante en actions et une allocation plus faible en liquidités que si vous aviez accès à de bonnes obligations.

Capacité de risque

La part d’actions et d’obligations que vous choisirez pour votre allocation d’actifs dépendra de votre capacité à prendre des risques.

Votre capacité de risque dépendra de plusieurs facteurs. Le premier facteur est personnel. Certaines personnes sont prêtes à prendre plus de risques que d’autres. Certaines personnes ne pourraient jamais investir à 100 % dans des actions, car elles ne seraient pas capables d’y faire face.

Si vous vendez tout lorsque votre portefeuille est en baisse de 10 %, votre capacité de risque est assez faible. En revanche, si vous ne paniquez pas lorsque votre portefeuille baisse de plus de 50 %, vous avez une grande capacité de risque. Il est pratiquement impossible de connaître votre capacité de risque sans en faire l’expérience. Beaucoup de gens pensent qu’ils ne paniqueraient pas, mais dans la pratique, il en va parfois autrement.

Une autre façon d’aborder votre capacité de risque est de vous baser sur votre situation financière actuelle. Si vous travaillez encore actuellement (dans un emploi stable) et que vous investissez massivement pour accumuler une fortune nette importante, il y a de fortes chances que vous puissiez prendre beaucoup de risques.

En revanche, si vous êtes déjà retraité sans revenu et que vous vivez de vos investissements, il peut être plus dangereux de prendre beaucoup de risques. En effet, si vous devez vendre pendant une grande récession, vous risquez de rendre votre situation plus difficile. Ce risque est appelé risque de séquence de rendements.

Enfin, la répartition de vos actifs dépendra également de vos objectifs. Si vous êtes prêt à prendre une retraite anticipée avec votre portefeuille, vous devrez allouer une part importante aux actions si vous voulez que votre portefeuille dure longtemps. Si vous prévoyez de prendre votre retraite à 60 ans, vous n’avez probablement pas besoin de planifier plus de 40 ans de retraite.

Mais si vous prévoyez de prendre votre retraite à 40 ans (ou même avant), votre retraite sera très longue. Et pour bénéficier d’une très longue retraite, il faut une allocation d’actifs comportant une part importante d’actions.

Il y a donc de nombreux éléments à prendre en compte lorsque vous décidez de la répartition de vos actifs.

Règles de base

Au fil des ans, quelques règles empiriques ont été établies pour choisir facilement votre allocation d’actifs.

La règle la plus connue consiste à détenir le montant de votre âge en obligations et le reste (100 moins votre âge) en actions. Par exemple, si vous avez 40 ans, vous détiendrez 60 % d’actions et 40 % d’obligations. Le problème de cette règle empirique est qu’elle est vraiment trop conservatrice pour la plupart des gens. Pour moi, à 32 ans, en phase d’accumulation, 32% d’obligations n’ont pas de sens. En outre, l’espérance de vie a changé depuis l’introduction de cette règle. La règle doit donc être revue.

Une règle plus récente consiste à détenir 120 moins votre âge en actions. Si vous avez 40 ans, vous détiendrez 20 % en obligations et 80 % en actions. Et à 60 ans, vous serez à 40% d’obligations et 60% d’actions. Pour moi, cela donnerait 88% en actions actuellement. C’est déjà plus logique. Mais cela reste une règle empirique.

Même si les règles empiriques peuvent vous aider à vous faire une idée de ce que font les gens, votre allocation d’actifs dépend de trop de paramètres pour vous fier à une seule règle empirique. Comme nous l’avons vu dans les sections précédentes, vous devez tenir compte de votre capacité à prendre des risques, de votre situation actuelle et de vos objectifs.

Le tableau d’ensemble

Il y a une chose que beaucoup de gens oublient lorsqu’ils réfléchissent à leur allocation d’actifs, c’est de considérer la situation dans son ensemble.

Lorsque vous pensez à votre allocation d’actifs, vous ne devez pas seulement penser aux actifs de votre compte de courtage. Vous devez également penser à vos avoirs de retraite. Il est fondamental de prendre en compte la situation dans son ensemble.

Par exemple, si vous avez un deuxième pilier important, vous n’avez probablement pas besoin d’obligations dans votre troisième pilier et dans votre portefeuille d’investissement. Et au contraire, si vous avez 10% d’obligations dans votre portefeuille d’investissement mais que tout le reste est en actions, vous n’avez peut-être pas la bonne répartition des actifs.

Votre répartition d’actifs doit toujours s’appliquer à l’ensemble de votre fortune nette, et non à une partie de celui-ci.

Votre allocation d’actifs n’est pas fixe

J’ai déjà mentionné que votre situation actuelle est importante lorsque vous envisagez la répartition de vos actifs.

Comme votre situation actuelle évoluera au fil du temps, votre répartition d’actifs peut également changer. Au total, il y a quatre étapes de richesse. Par exemple, j’ai mentionné précédemment que votre allocation d’actifs pendant la phase d’accumulation pourrait ne pas être la même que celle de la phase de préservation des actifs.

Ou, si vous perdez votre emploi (ou si vous le quittez pendant un certain temps), vous voudrez peut-être avoir quelques obligations supplémentaires pour vous aider à faire face en cas de ralentissement économique.

Ainsi, lorsque votre situation change, vous pouvez revoir votre répartition d’actifs en conséquence. En général, vous devriez probablement le revoir une fois par an.

Diversifier

Certaines personnes mélangent allocation d’actifs et diversification dans chacune des classes d’actifs. Je préfère garder ces deux concepts séparés.

Une fois que vous avez choisi votre allocation d’actifs, la diversification est cruciale. Au sein de chacune de vos classes d’actifs (à l’exception des liquidités), vous devez vous diversifier. Cela réduira considérablement la volatilité de votre portefeuille.

Ainsi, si vous avez 60 % d’actions, vous devez toujours diversifier ces actions. Pour ces derniers, les fonds indiciels sont excellents car ils vous permettent d’investir dans des milliers d’actions avec un seul fonds. Les fonds indiciels vous permettent également de vous diversifier à l’échelle mondiale en investissant dans chaque pays du monde.

Et vous devriez également diversifier vos obligations avec de nombreuses obligations. Mais vous ne devriez probablement pas diversifier vos obligations au niveau mondial si vous ne voulez pas perdre l’avantage de réduction de la volatilité des obligations.

Conclusion

Grâce à ce guide, vous devriez être en mesure de commencer à définir votre allocation d’actifs. Bien le faire est plus important qu’on ne le pense. Et il est également plus difficile à mettre en place que ce que certaines personnes peuvent faire croire.

La plupart des règles empiriques sont dépassées et trop simplistes pour définir votre allocation d’actifs. La répartition de vos actifs est une affaire trop personnelle pour qu’une simple règle empirique puisse vous aider.

Avec un peu de chance, vous êtes maintenant en mesure de définir votre répartition d’actifs. L’étape suivante consiste à choisir votre portefeuille de placements et à commencer à investir.

Monsieur The Poor Swiss est l'auteur du blog thepoorswiss.com. En 2017, il s'est rendu compte qu'il était en train de tomber dans le piège de l'inflation de son mode de vie. Il a décidé de diminuer ses dépenses et d'augmenter ses revenus. Ce blog parle de son histoire et de ses trouvailles. En 2019, il épargne plus de 50% de ses revenus. Son but est de devenir financièrement indépendant. Vous pouvez envoyer un message à Monsieur The Poor Swiss.

Laisser un commentaire

Your comment may not appear instantly since it has to go through moderation. Your email address will not be published. Les champs obligatoires sont indiqués avec *