Les investisseurs suisses doivent-ils s’inquiéter de l’impôt américain sur les successions sur 2022?

Par Baptiste Wicht | Mis à jour: | Investir, Suisse

(Information: certains des liens ci-dessous peuvent être des liens d'affiliation)

Beaucoup pensent qu’il est dangereux d’investir dans les fonds négociés en bourse (FNB) des États-Unis. Ils pensent qu’à cause de l’impôt américain sur les successions, ils vont perdre beaucoup d’argent. Cette taxe imposera lourdement les actifs d’un défunt.

Les droits de succession américains signifient que votre bénéficiaire ne recevra qu’une partie de votre patrimoine à votre décès. Pour cette raison, de nombreuses personnes recommandent de ne pas investir dans des ETF (ou même des actions) américains.

Mais est-ce vraiment vrai ? Pas vraiment ! En effet, beaucoup de gens oublient la convention fiscale entre les États-Unis et la Suisse en matière de double imposition des successions.

Dans cet article, nous détaillons l’impôt sur les successions aux États-Unis et le traité sur l’impôt sur les successions conclu avec la Suisse. Et nous voyons ce que cela signifie pour les investisseurs suisses.

L’impôt sur les successions aux États-Unis

Aux États-Unis, lorsqu’une succession est transmise par une personne décédée, le bénéficiaire doit payer un impôt sur cette succession.

Cet impôt sur les successions est un impôt fédéral américain. Cela signifie qu’elle s’appliquera partout aux États-Unis. En outre, certains États ont ajouté des droits de succession supplémentaires. Et certains États ont supprimé l’impôt sur les successions. Toutefois, nous nous concentrerons sur l’impôt fédéral américain sur les successions, car c’est celui qui importe dans notre cas.

La loi américaine sur l’impôt sur les successions impose l’héritage à hauteur de 40 % de la valeur de la succession. Il s’agit d’un impôt sur les successions très important. Il fait partie des droits de succession les plus élevés au monde.

Pour les citoyens américains, les successions jusqu’à 11,18 millions de dollars sont exemptées de l’impôt sur les successions aux États-Unis. Cela signifie que la plupart des investisseurs américains ne se soucient pas de cette loi. Très peu d’investisseurs ont un patrimoine qui vaut autant d’argent.

Toutefois, cette loi s’applique également aux étrangers non résidents. Cela signifie qu’elle s’applique à tous ceux qui investissent dans des produits américains. Et malheureusement, la grande exemption de 11,18 millions de dollars ne s’applique qu’aux citoyens américains.

Lesétrangers non-résidents ne peuvent bénéficier d’une exemption que jusqu’à 60 000 dollars. Cela signifie que si vous avez des actifs américains d’une valeur supérieure à 60 000 dollars, vous devrez payer ces droits de succession. Ce n’est pas vous qui paierez cet impôt, mais le bénéficiaire de votre succession, probablement votre conjoint.

Cela signifie donc que si vous investissez dans un ETF américain, vous serez soumis aux droits de succession. En général, cela signifie que si vous possédez plus de 60 000 USD en ETF américains, vos bénéficiaires perdront 40 % de cette valeur. Il s’agit d’une taxe très importante. Cette perte peut être terrible si vos bénéficiaires dépendent de votre portefeuille.

Pour cette raison, de nombreuses personnes supposent qu’elles ne devraient pas investir plus de 60 000 dollars dans des ETF américains. Mais ce n’est pas vrai en Suisse!

Les conventions relatives à l’impôt sur les successions aux États-Unis

Les États-Unis ont conclu de nombreuses conventions fiscales avec d’autres pays du monde.

Les États-Unis ont deux types de conventions fiscales :

  • Conventions fiscales
  • Traités relatifs aux droits de succession

Pour le présent problème, nous ne nous intéressons qu’aux conventions relatives aux droits de succession.

Ces traités peuvent modifier la manière dont les citoyens d’autres pays sont imposés, soit sur le revenu, soit sur la succession. Dans le cas des conventions relatives aux droits de succession, ces conventions offrent généralement de meilleures conditions aux citoyens étrangers.

Les États-Unis ont actuellement une soixantaine de conventions fiscales. Mais ils n’ont que 15 conventions en matière de droits de succession. Et heureusement pour nous, la Suisse est sur la liste. Cela signifie que ce traité doit être pris en compte si l’on veut envisager l’impôt sur les successions aux États-Unis.

Si vous êtes intéressé, vous pouvez trouver la liste des traités américains en matière de droits de succession auprès de l’IRS. Cette liste doit rester complète.

La convention fiscale entre les États-Unis et la Suisse en matière d’impôt sur les successions

En 1951, les États-Unis et la Confédération helvétique ont signé une convention relative aux droits de succession. À ce jour, ce traité est toujours valable. Et ce traité fiscal est parfait pour les investisseurs suisses qui ont des actifs américains.

Le nom officiel de la convention fiscale est « Convention entre la Confédération suisse et les États-Unis d’Amérique en vue d’éviter les doubles impositions en matière d’impôts sur les successions et héritages ».

Voyons ce que cela signifie pour les investisseurs suisses. Premièrement, ce traité fonctionne dans les deux sens. Il existe certaines exemptions pour les Suisses concernant les impôts américains, et certaines exemptions pour les Américains concernant les impôts suisses. Mais ici, nous ne nous intéressons qu’aux exemptions pour les Suisses.

L’article de loi stipule que les défunts citoyens suisses (ou domiciliés en Suisse) ont droit à une certaine proportion de la même exemption que celle qui s’appliquerait à un citoyen américain. Nous avons vu précédemment que cette exemption était de 11,18 millions de dollars.

La partie critique est la proportion. C’est relativement facile à comprendre. Il s’agit de la proportion d’actifs américains dans l’ensemble de votre fortune nette. Vous divisez la valeur de vos biens aux États-Unis par la valeur totale de votre succession, et vous obtiendrez votre proportion de biens américains. Nous présentons également quelques exemples pour rendre cela plus clair.

Si vous voulez connaître tous les détails, vous pouvez lire le traité original de 1951 entre les États-Unis et la Suisse en matière d’impôt sur les successions. C’est une lecture relativement courte. Et je dirais que pour un document officiel, c’est un document simple.

Exemples

Prenons quelques exemples pour simplifier les choses :

  • La succession du défunt s’élève à un million de dollars, dont 200’000 dollars en actifs américains et le reste en actifs suisses. Le défunt possède 20 % des actifs américains. Cela signifie qu’il peut obtenir une exemption allant jusqu’à 20% de 11,18 millions, soit 2,236 millions de dollars. Ainsi, ses bénéficiaires ne paieront pas d’impôts américains.
  • La succession du défunt est de 2 millions de dollars, dont 1,8 million de dollars d’actifs américains. Le défunt possède 90% des actifs américains. Il peut donc obtenir une exonération à hauteur de 90% de 11,18 millions, soit 10,062 millions. Il n’y aura donc pas d’impôt sur les successions aux États-Unis.
  • La succession du défunt est de 25 millions de dollars, dont 2 millions de dollars d’actifs américains. Cela signifie que le défunt possède 8 % d’actifs américains. Ainsi, il peut obtenir une exemption de 8% de 11,18 millions. Il s’agit d’une exemption de 894’400 USD. Son bénéficiaire devra payer des droits de succession américains sur 1,1056 million de dollars (2 millions moins l’exemption). Ses bénéficiaires paieront environ 442’240 USD.

Comme vous pouvez le constater, la plupart des investisseurs ne paieront aucun impôt américain.

Prenons un dernier exemple de ma situation. Une fois à la retraite, ma fortune nette devrait être d’environ deux millions de francs suisses. Je prévois d’avoir une maison pour environ 300’000 CHF, 100’000 CHF en liquide, et le reste dans mon portefeuille d’investissement. Et mon portefeuille est actuellement composé à 80% d’actifs américains. Je disposerai donc de 80 % de 1,6 million de francs suisses en actifs américains. Ces 1,28 millions de francs suisses d’actifs américains. C’est 64% de l’ensemble de mes biens.

Je bénéficierai donc d’une exemption de 7,1552 millions de dollars. C’est bien plus que la valeur de mes actifs américains. Je ne m’attends donc pas à payer de droits de succession américains.

Conclusion

Pour les investisseurs suisses, l’impôt sur les successions aux États-Unis n’est pas une préoccupation majeure ! La Suisse et les États-Unis ont conclu une excellente convention en matière d’impôt sur les successions.

Ce traité stipule que les investisseurs suisses peuvent être traités comme un citoyen américain. Cela signifie que les investisseurs suisses peuvent bénéficier d’une exemption étendue. Cette exemption est toujours calculée au prorata du pourcentage d’actifs américains dans votre fortune nette à votre décès.

Il n’y a que très peu de cas où vous devez payer cette taxe. Ce n’est que lorsque vous avez une fortune nette substantielle (nous parlons de plus de 10M) et une petite proportion d’actifs américains.

Les investisseurs suisses n’ont donc pas à se soucier d’investir dans des actifs américains. Les ETF américains restent les meilleurs ETF disponibles pour les investisseurs suisses.

Si vous êtes originaire d’un autre pays d’Europe, vous pouvez vérifier si votre pays a conclu une convention relative aux droits de succession avec les États-Unis. Si c’est le cas, vous pouvez essayer de trouver des détails sur l’impact que cela aura sur vous. S’ils ne le font pas, vous ne serez exonéré qu’à hauteur de 60’000 dollars américains. Et vous devriez probablement éviter d’avoir plus que cela en actifs américains.

En parlant des ETF américains, vous voudrez peut-être savoir pourquoi les investisseurs suisses risquent de ne plus y avoir accès.

Monsieur The Poor Swiss est l'auteur du blog thepoorswiss.com. En 2017, il s'est rendu compte qu'il était en train de tomber dans le piège de l'inflation de son mode de vie. Il a décidé de diminuer ses dépenses et d'augmenter ses revenus. Ce blog parle de son histoire et de ses trouvailles. En 2019, il épargne plus de 50% de ses revenus. Son but est de devenir financièrement indépendant. Vous pouvez envoyer un message à Monsieur The Poor Swiss.

Laisser un commentaire

Your comment may not appear instantly since it has to go through moderation. Your email address will not be published. Les champs obligatoires sont indiqués avec *