Comment fonctionnent les obligations et les fonds obligataires ?

Par Baptiste Wicht | Mis à jour: | Investir

(Information: certains des liens ci-dessous peuvent être des liens d'affiliation)

J’ai déjà couvert les actions de manière très détaillée sur ce blog. Mais je n’ai pas consacré assez de temps aux obligations. Si les obligations ne sont actuellement pas très intéressantes en Europe en raison des taux d’intérêt négatifs, elles restent un élément important de l’allocation d’actifs. Mais les obligations sont très différentes des actions. Et ils ont des caractéristiques étranges.

Il est donc important de savoir comment ils fonctionnent. Et il est essentiel de savoir comment fonctionnent les fonds obligataires, car ils ne sont pas aussi simples que les fonds d’actions.

Les bases des obligations

En substance, une obligation est assez simple : il s’agit d’un prêt d’argent d’une entité (le prêteur) à une autre entité (l’emprunteur). En échange de cet argent, l’emprunteur paiera des intérêts au prêteur. Le taux d’intérêt est fixé lors de la conclusion de l’obligation.

Une obligation a généralement une durée fixe jusqu’à son échéance. Lorsqu’une obligation arrive à échéance, l’emprunteur rend l’argent au prêteur. Là encore, la durée de l’échéance est fixée lors de la conclusion de l’obligation.

En général, une obligation à long terme aura un taux d’intérêt plus élevé. Cela est logique puisque prêter plus longtemps est plus risqué. Toutefois, avec les fluctuations des taux d’intérêt, cela peut changer.

C’est la définition standard des obligations, et elle concerne la majorité d’entre elles. Il existe des instruments plus complexes. Par exemple, certaines obligations complexes sont éternelles et ne viennent jamais à échéance, sauf si l’emprunteur les rappelle. Mais ceux-ci ne sont pas aussi intéressants pour les simples investisseurs que nous devrions être.

N’oubliez pas qu’une obligation n’est pas entièrement sûre comme certains le pensent. Si l’emprunteur fait défaut, votre argent est perdu. Il est très peu probable que cela se produise si vous détenez des obligations d’un gouvernement très sûr comme la Suisse ou les États-Unis. Mais certains pays ont fait défaut sur leurs obligations par le passé. Par exemple, le Venezuela a fait défaut sur plus de 60 milliards de dollars d’obligations en 2017.

Ainsi, une obligation n’est aussi sûre que son émetteur. Et il existe de nombreuses obligations de pacotille qui sont au moins aussi risquées que les actions. Et les fonds obligataires suivent la même règle. Les fonds obligataires qui investissent dans de mauvaises obligations seront risqués.

Types d’obligations

Il existe de nombreux types d’obligations. Les principales obligations sont les bons du Trésor. Ils sont émis par un gouvernement national comme les États-Unis ou la Suisse. Ces obligations sont extrêmement sûres, car il faudrait qu’un gouvernement entier fasse défaut pour que ces obligations perdent entièrement leur valeur. Mais, bien sûr, certains pays sont plus risqués que d’autres.

Ensuite, il y a aussi des obligations municipales. Ils sont émis par des gouvernements locaux tels qu’un comté. Là encore, ils sont très sûrs mais déjà légèrement plus risqués que les bons du Trésor.

Et vous pouvez aussi obtenir des obligations d’entreprises. Ils sont émis par les entreprises. Elles peuvent être beaucoup plus risquées (en fonction de l’entreprise), car il suffirait qu’une seule entreprise fasse faillite pour que l’obligation perde de la valeur. En outre, ils présentent peu d’avantages par rapport aux actions, car ils sont corrélés au marché boursier et ne réduiront pas beaucoup la volatilité de votre portefeuille.

Il existe également des types particuliers, comme les obligations protégées contre l’inflation, qui augmentent (ou diminuent) en fonction du taux d’inflation. Et il y a aussi des sous-types. Mais pour un simple investisseur en obligations, les simples types d’obligations sont plus que suffisants à connaître.

Notation des obligations

Lorsque nous comparons les risques des obligations, nous utilisons généralement les notations fournies par une agence de notation. Il existe plusieurs agences de notation. Les trois principales agences de notation sont :

  • Moody’s
  • Standard & Poor’s
  • Fitch

Ces agences donnent une note à la plupart des émetteurs d’obligations, et cette note doit indiquer le niveau de risque de cette obligation. Standard & Poor’s et Fitch utilisent les mêmes notes : de AAA, AA+, AA, AA- à CCC-, CC, C, D. Moody’s fait quelque chose de légèrement différent avec Aaa, Aa1, Aa1, As3, A1, … à Caa1, Caa2, Caa3, Ca, C.

Vous n’avez vraiment pas besoin de connaître tous ces éléments en détail. Mais vous devez savoir que les obligations A sont meilleures que les obligations B et que tout ce qui a un C doit être considéré comme une obligation de pacotille. Par exemple, les obligations de la Suisse sont considérées comme les plus sûres, tandis que les obligations du Venezuela sont considérées comme les plus risquées (junk bonds). Les obligations des États-Unis sont extrêmement sûres, juste un peu en dessous de la Suisse (un score parfait ici).

Si vous envisagez d’investir dans une obligation individuelle, il est important de regarder la notation de l’obligation. Et si vous voulez investir dans des fonds obligataires, ils vous indiqueront le pourcentage d’obligations dans chaque catégorie. Cela devrait vous donner une bonne idée du risque du fonds.

Les obligations étant censées être la partie sûre de votre portefeuille, vous devez faire attention à ne pas utiliser des obligations de qualité inférieure. Si vous voulez plus de rendement, vous devez utiliser les actions, pas les obligations. Ou du moins, vous devez être clair sur le fait que vous utilisez les obligations pour obtenir des rendements, et non pour réduire les risques.

La valeur des obligations

Il y a deux façons de tirer profit des obligations. La première méthode consiste à conserver l’obligation jusqu’à l’échéance et à percevoir les intérêts au fil du temps. De cette façon, vous aurez gagné le taux d’intérêt qui était fixé lorsque vous avez acheté l’obligation.

La deuxième méthode consiste à acheter des obligations lorsqu’elles sont bon marché et à les revendre lorsqu’elles sont plus chères. Maintenant, ceci est lié à la valeur actuelle d’une obligation. La valeur actuelle d’une obligation peut varier dans le temps si les taux d’intérêt changent. C’est une caractéristique étrange des obligations qui est souvent ignorée.

Lorsque les intérêts des obligations augmentent, la valeur des obligations existantes diminue. Et quand les intérêts des obligations baissent, la valeur des obligations existantes augmente. Par exemple, disons que vous avez acheté une obligation de 1000 USD auprès du Trésor américain à 2% et qu’il reste 10 ans avant l’échéance.

Si le Trésor américain augmente ses taux d’intérêt à 2,5%, les gens ne voudront pas acheter votre obligation à 1000$. Sa valeur baissera à environ 950 USD. En revanche, s’ils abaissent leur taux d’intérêt à 1,5 %, vos obligations prennent de la valeur. Dans ce cas, elle vaudrait environ 1050 USD. Le calcul exact n’est pas trivial car il dépend de la fréquence des paiements de l’obligation. Mais vous devriez comprendre l’essentiel.

Bien entendu, si vous conservez votre obligation jusqu’à l’échéance, cela n’a pas d’importance puisque vous recevrez votre capital, indépendamment des variations du taux d’intérêt. Donc, en général, la valeur actuelle de vos obligations, en tant qu’investisseur à long terme, ne devrait pas avoir beaucoup d’importance.

Fonds d’obligations

Beaucoup de gens possèdent des fonds obligataires au lieu d’acheter des obligations directement. Vous trouverez des fonds obligataires pour de nombreux pays et de nombreux types d’obligations différents (les mêmes types que nous avons vus précédemment). Et certains fonds se concentrent sur les obligations à court terme tandis que d’autres se concentrent sur les obligations à long terme.

Il y a plusieurs avantages à choisir des fonds obligataires plutôt que des obligations.

L’un des avantages d’un fonds obligataire est que vous pouvez conserver les actions pour toujours. Si vous achetez une obligation, vous devrez en racheter une lorsque votre obligation actuelle arrivera à échéance. Si vous avez un horizon d’investissement à long terme, ce sera parfait.

Un autre avantage est que vous réduisez l’impact des variations de taux d’intérêt avec un fonds obligataire. En effet, un fonds obligataire achètera des obligations de différentes échéances et rachètera de nouvelles obligations lorsque les anciennes arriveront à échéance. Si vous achetez une seule obligation pour 10 ans, l’intérêt que vous obtenez peut varier considérablement lorsque vous en achetez une nouvelle après 10 ans.

Les fonds obligataires ne se comportent pas exactement comme une obligation. Tout d’abord, leur valeur peut varier considérablement en fonction des variations du taux d’intérêt. Ainsi, la valeur du fonds (et son rendement) variera pendant que vous détenez le fonds. Ceci est atténué par le fait qu’un bon fonds obligataire détiendra différentes durées. De plus, les gestionnaires peuvent parfois vendre des obligations avant l’échéance. Et cela peut faire varier la valeur du fonds ainsi que son rendement. Enfin, contrairement à une obligation, vous ne bénéficiez pas d’un taux d’intérêt fixe avec un fonds obligataire. Le rendement varie en fonction de l’échéance des obligations du fonds. Ils sont donc moins prévisibles.

Il est toujours beaucoup plus pratique d’utiliser un fonds obligataire que d’investir directement dans des obligations. Si vous investissez dans des obligations, vous devrez acheter plusieurs obligations, idéalement de durées différentes. Et vous devrez racheter des obligations lorsqu’elles arriveront à échéance. Avec un fonds obligataire, vous achetez les actions du fonds, et vous avez terminé.

Effets des obligations dans votre portefeuille

Alors, que font les obligations dans votre portefeuille ? Voyons voir. Globalement, ils réduiront la volatilité. Mais qu’est-ce que cela signifie pour la retraite ?

Impact des obligations sur le taux de réussite - 50 ans - 1871 - 2020
Impact des obligations sur le taux de réussite – 50 ans – 1871 – 2020

En ajoutant une petite allocation d’obligations dans votre portefeuille, vous augmenterez vos chances de réussite. En effet, ils aideront votre portefeuille à surmonter les risques liés aux mauvaises séquences de rendement. Toutefois, cela n’est vrai que pour les taux de retrait faibles. Si vous utilisez un taux de retrait plus élevé, les actions seront plus importantes pour le taux de réussite, car des rendements plus élevés seront plus utiles qu’une volatilité plus faible.

Impact des obligations sur la pire des durées - 50 ans - 1871 - 2020
Impact des obligations sur la pire des durées – 50 ans – 1871 – 2020

En outre, l’ajout d’obligations à votre portefeuille améliorera considérablement la pire duration de votre portefeuille. La pire durée est le moment le plus précoce où un portefeuille peut échouer à la retraite. Ainsi, un portefeuille d’actions peut échouer beaucoup plus tôt qu’un portefeuille contenant davantage d’obligations.

Vous devez donc choisir votre allocation d’actifs en fonction de votre capacité de risque et de votre planification de la retraite. Pour plus d’informations, consultez mon article sur la répartition des actifs.

Comment choisir un fonds obligataire

Aujourd’hui, la plupart des investisseurs simples investiront par le biais d’un fonds obligataire plutôt que dans des obligations individuelles. Nous devons donc examiner comment choisir un fonds obligataire.

Tout d’abord, si vous vivez dans un pays disposant de bons fonds communs de placement, vous ne devez pas hésiter à les utiliser. Mais si vous vivez dans un pays où les fonds communs de placement sont mauvais (la Suisse, par exemple), vous devriez probablement utiliser des fonds négociés en bourse (ETF) à la place. Ils sont beaucoup plus accessibles que les fonds communs de placement. Et le choix d’un ETF obligataire ou d’un fonds commun de placement obligataire relève du même processus. Dans ce cas, vous devrez faire appel à un bon courtier.

Tout d’abord, vous devez choisir le type d’obligation dans lequel vous souhaitez investir. Je recommande uniquement les obligations d’État, car elles sont les plus sûres et constituent le meilleur choix. Et dans tous les cas, vous ne devez investir que dans des obligations de qualité. Si vous souhaitez investir à long terme et réduire vos risques, ce sont les seules options possibles. Toute obligation qui n’est pas de qualité « investissement » est un pari. Les obligations d’entreprises ont une trop grande corrélation avec le marché boursier et, en tant que telles, ne vous aideront pas suffisamment pour votre volatilité.

En ce qui concerne les échéances, je pense que le meilleur choix est d’investir dans toutes les échéances : court terme, moyen terme et long terme. Vous obtiendrez ainsi une bonne diversification. Et certains fonds les ont tous ensemble. Pas besoin d’avoir 3 fonds ! Restez simple !

Je n’ai probablement pas besoin de vous le dire, mais vous devriez utiliser un fonds indiciel, et non un fonds actif. Un fonds indiciel aura des frais beaucoup plus bas, une meilleure diversification et de meilleurs rendements à long terme.

En ce qui concerne les frais, vous devez accorder une attention particulière au Total Expense Ratio (TER) du fonds. Vous voulez un fonds dont le TFE est inférieur à 0,25 % et, idéalement, nettement inférieur à ce chiffre.

Vous devez alors rechercher un fonds comportant de nombreuses obligations et dont les actifs sous gestion sont importants. Cela vous apportera stabilité et diversification.

Vous ne devez pas regarder les rendements historiques car ils ne sont pas une bonne indication des performances futures. Toutefois, vous devez tenir compte du rendement actuel. Le rendement actuel vous aidera à comparer différents fonds similaires. Mais ne tombez pas dans le piège des obligations de pacotille et de leurs rendements élevés. Ce n’est pas à cela que sert un fonds obligataire dans votre portefeuille.

Avec ces critères, vous devriez trouver de bons fonds obligataires pour votre portefeuille.

Conclusion

Les obligations sont un excellent instrument d’investissement pour réduire la volatilité de votre portefeuille. Si vous souhaitez être plus conservateur, vous pouvez ajouter des obligations à votre portefeuille. Vous réduirez ainsi les risques et augmenterez vos chances de réussite à long terme.

Toutefois, vous devez faire attention à ne pas ajouter trop d’obligations à votre portefeuille. Leurs rendements étant nettement inférieurs à ceux des actions, ils peuvent tirer vos rendements globaux vers le bas. Et cela peut également réduire vos chances de réussite si vous envisagez de prendre votre retraite sur votre portefeuille.

Si vous utilisez des obligations, il est important de savoir que leur valeur peut fluctuer en fonction de l’évolution des taux d’intérêt. Cela les rend moins intuitifs que les actions. Mais un portefeuille obligataire bien diversifié devrait mieux s’en sortir puisqu’il contient des obligations de différentes échéances.

Si vous avez accès à de bonnes obligations, il est intéressant d’envisager d’en ajouter à votre portefeuille. Mais les obligations européennes et suisses ont actuellement un rendement négatif. Ainsi, dans la plupart des cas, les liquidités sont préférables aux obligations. Mais une fois que cela aura changé, je reconsidérerai les obligations dans mon propre portefeuille, et j’en parlerai davantage sur le blog.

Si vous voulez en savoir plus sur les obligations, vous pouvez vous renseigner sur les courbes de rendement, les relations entre les taux d’intérêt et le temps jusqu’à l’échéance.

Vous possédez des obligations ?

Monsieur The Poor Swiss est l'auteur du blog thepoorswiss.com. En 2017, il s'est rendu compte qu'il était en train de tomber dans le piège de l'inflation de son mode de vie. Il a décidé de diminuer ses dépenses et d'augmenter ses revenus. Ce blog parle de son histoire et de ses trouvailles. En 2019, il épargne plus de 50% de ses revenus. Son but est de devenir financièrement indépendant. Vous pouvez envoyer un message à Monsieur The Poor Swiss.

Laisser un commentaire

Your comment may not appear instantly since it has to go through moderation. Your email address will not be published. Les champs obligatoires sont indiqués avec *