Le guide complet des hypothèques en Suisse

Par Baptiste Wicht | Mis à jour: | Économiser, Suisse

(Information: certains des liens ci-dessous peuvent être des liens d'affiliation)

En Suisse, les hypothèques ne sont pas aussi simples qu’elles devraient l’être ! Ainsi, dans ce guide complet, je vais partager tout ce qu’il y a à savoir sur les hypothèques en Suisse et leur fonctionnement.

Par exemple, saviez-vous que la plupart des gens conservent leurs hypothèques pour toujours en Suisse ? Et saviez-vous que vous pouviez utiliser l’argent de votre retraite pour acheter une maison ?

Avant d’acheter un bien immobilier, vous devez connaître les prêts hypothécaires. Vous ne voulez pas vous rendre à la banque sans savoir d’abord certaines choses. Sinon, il pourrait être facile pour eux de vous faire une mauvaise affaire.

Hypothèques en Suisse

Les hypothèques en Suisse sont compliquées. Si l’idée de base est simple, il existe de nombreux principes raffinés à leur sujet.

Si vous envisagez d’acheter une maison, il est essentiel d’en savoir le plus possible sur les prêts hypothécaires. Vous ne voulez pas faire une mauvaise affaire avec votre banque parce que vous n’avez pas bien compris ce que cela signifiait.

La nature la plus distinctive des hypothèques suisses est qu’elles ne sont généralement pas remboursées ! Dans la plupart des pays, les gens se battent pour rembourser entièrement leurs prêts hypothécaires. Mais en Suisse, la plupart des gens ne remboursent pas plus de 35% de la valeur de la maison. Et ils garderont une hypothèque à vie.

La raison en est la forte relation entre les prêts hypothécaires et les impôts. Il est essentiel de le savoir avant de penser à contracter un prêt immobilier.

Combien pouvez-vous emprunter ?

Un sujet important est de comprendre comment les banques calculent le montant qu’elles peuvent vous prêter.

Il existe des règles strictes en fonction de votre niveau de revenu. En général, avec un revenu plus élevé, vous pouvez prétendre à un prêt hypothécaire plus élevé.

Compte tenu des taux record actuels, vous pourriez penser que vous pouvez vous permettre de contracter une hypothèque sur des maisons de luxe. Et dans la pratique, c’est probablement vrai. Mais le calcul de l’accessibilité financière est effectué à l’aide de taux théoriques. L’idée est que la banque ne veut pas vous prêter de l’argent si vous ne pouvez pas vous permettre une hausse des taux.

Ainsi, les banques utilisent actuellement un taux d’intérêt théorique de 4,5 % comme référence. Certains utilisent même un taux d’échantillonnage de 5%. En plus de cela, ils tiennent compte d’un amortissement de 1 % par an. Et selon la banque, ils représenteront entre 0,5 % et 1 % des coûts d’entretien.

Par exemple, notre banque, la Banque Migros, a utilisé un total de 6,2% comme taux pour le calcul des coûts.

Je ne comprends pas pourquoi ces taux sont si élevés actuellement. Les taux d’intérêt en Suisse n’ont cessé de baisser au cours des dix dernières années. Mais nous ne pouvons rien y faire. Ces taux théoriques élevés limiteront fortement votre capacité à obtenir un prêt.

Une fois qu’ils ont calculé le coût total de votre maison, ce total doit être inférieur à 33 % de vos revenus. Ainsi, dans notre cas, 6,2 % du prêt hypothécaire doit être inférieur à 33 % de nos revenus. Vous devez prendre en compte 6,2% de la valeur du prêt, et non de la valeur de la maison. En général, l’hypothèque s’élève à 80 % de la valeur de la maison.

Selon la banque, la façon dont elle calcule vos revenus est un peu différente. Mais dans la plupart des cas, ils prendront en compte le revenu imposable de l’année précédente. Et il y a quelques exceptions. Par exemple, dans mon cas, ils ont refusé de prendre en compte ma prime parce que je ne pouvais pas justifier de trois années de versement de la prime. Si nous avions attendu un an de plus, nous aurions pu nous offrir une maison beaucoup plus chère.

Sur cette base, vous pouvez facilement calculer le montant que vous pouvez vous permettre : Maison = (Revenu net / 3) * (1/0,062) * (1/0,8). Si votre banque utilise un autre taux théorique, vous pouvez simplement remplacer le 0,062 par l’autre taux. Par exemple, un revenu de 100’000 donne une valeur maximale de 672’043 CHF. Cela devrait vous donner une idée approximative du montant que vous pouvez vous permettre.

Cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas vous permettre plus. Si vous voulez emprunter plus que cela, vous devrez augmenter le montant de votre mise de fonds. En procédant ainsi, vous réduirez le montant de l’hypothèque et diminuerez les coûts théoriques. Mais il n’y a pas beaucoup d’avantages à le faire.

Si vous voulez obtenir un prêt hypothécaire plus élevé, votre meilleure solution est d’augmenter vos revenus.

Mise de fonds – De combien d’argent avez-vous besoin ?

La banque n’accordera pas la totalité de la valeur de la maison sous forme d’hypothèque. Vous devrez payer à l’avance une partie de la valeur de la maison. Ce paiement anticipé s’appelle un acompte.

La raison d’être d’un acompte est de forcer les gens à économiser pour une maison. Les autorités ne veulent pas qu’il soit trop facile pour les gens d’obtenir une maison s’ils ne sont pas en mesure d’économiser de l’argent.

En général, vous devez payer à l’avance 20 % de la valeur de la maison. Ainsi, votre hypothèque sera de 80 % de la valeur de la maison. Vous pourriez avoir une mise de fonds plus importante. Mais comme nous le verrons plus tard, il n’est pas toujours avantageux de le faire en Suisse.

La moitié au moins de la mise de fonds doit être versée en espèces. Et le reste peut provenir de l’argent de votre retraite. Pour être précis, vous pouvez retirer de votre deuxième pilier et de votre troisième pilier.

Si vous avez moins de 50 ans, vous pouvez retirer la totalité de votre deuxième pilier. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez retirer le montant que vous aviez sur votre deuxième pilier à 50 ans (ou la moitié de votre deuxième pilier au moment du retrait, le chiffre le plus élevé étant retenu).

Bien entendu, vous devez tenir compte du fait que cela réduira votre revenu de retraite. En outre, en ce qui concerne le deuxième pilier, vous ne pourrez pas déduire les cotisations volontaires de votre revenu imposable. Vous devrez d’abord rembourser votre retrait. Et les versements volontaires que vous avez effectués au cours des trois dernières années ne peuvent être retirés pour un bien immobilier.

Si vous ne disposez pas de 10 % de la maison en espèces, il existe encore quelques solutions. Toutefois, si vous n’êtes pas en mesure d’obtenir ces liquidités, vous voudrez peut-être attendre ou ne pas acheter de bien immobilier. Sinon, vous pourriez retirer de l’argent à votre famille (ce qui n’est jamais une bonne idée). Vous pourriez même contracter un autre prêt pour obtenir l’argent. Cette dernière solution est assez risquée et augmentera vos intérêts.

Je vous recommande de faire un plan pour économiser suffisamment d’argent pour la maison. 10 % de la valeur du bien ne représentent pas grand-chose si vous pouvez épargner une partie suffisante de vos revenus. Et si vous ne savez pas par où commencer, je vous propose quelques conseils pour économiser de l’argent en Suisse.

Autres frais

L’acompte ne sera pas la seule chose que vous devrez payer en espèces.

Lorsque vous achetez une maison, vous devez payer plusieurs frais :

  • Frais de notaire
  • Droits de transfert de propriété
  • Taxes d’acquisition de biens immobiliers
  • etc.

Globalement, vous pouvez vous attendre à payer environ 5 % de la valeur de la maison en frais supplémentaires. Il est très important de tenir compte de ces frais car vous devrez les payer en espèces. Dans certains cas, certaines banques peuvent accepter d’en tenir compte dans le prêt hypothécaire, mais c’est rare.

Ainsi, avant d’envisager l’achat d’un bien immobilier, vous devez être prêt à payer vous-même 25 % de la valeur de la maison. Et 15 % doivent être en espèces, pas en actifs de retraite.

Amortissement – Remboursement de l’hypothèque

Lorsque vous prenez un prêt hypothécaire, vous devez rembourser 15 % du prêt pendant les 15 premières années.

Ainsi, chaque année, vous paierez 1 % de la valeur de l’hypothèque (et non de la valeur de la maison). Cet argent sera retiré du prêt. Ainsi, les intérêts que vous payez chaque année diminueront au fil des ans pendant les 15 premières années.

Si vous avez versé une mise de fonds supérieure à 20 %, vous aurez moins à amortir. Il faut que votre prêt ne représente que 65 % de la valeur de la maison au cours des 15 premières années.

Alors que l’amortissement devrait être simple, il existe deux méthodes d’amortissement en Suisse.

Amortissement direct

Lorsque vous amortissez directement votre prêt hypothécaire, vous donnez simplement de l’argent à votre banque pour réduire votre dette.

L’amortissement direct est très simple. L’argent que vous utiliserez réduira d’autant votre dette. Et les intérêts que vous devez payer seront également réduits.

L’amortissement direct est la méthode d’amortissement standard qui est utilisée dans la plupart des pays.

Amortissement indirect

La deuxième option consiste à amortir indirectement par le biais d’un troisième pilier.

Au lieu de donner de l’argent à votre banque, vous investissez de l’argent dans leurs troisièmes piliers. Si vous ne payez pas vos intérêts, la banque a alors un droit sur les fonds de ce troisième pilier. Et lorsque vous atteindrez l’âge de la retraite, la banque utilisera l’argent pour amortir le prêt hypothécaire.

L’amortissement indirect peut également se faire avec un troisième pilier en assurance-vie. Vous pouvez conserver votre police d’assurance actuelle et investir dans celle-ci au lieu d’amortir la dette. Et ensuite, la banque aura un droit sur l’argent de l’assurance si nécessaire.

Lorsque vous amortissez indirectement, votre dette n’est pas réduite. Vous continuerez donc à payer le même montant d’intérêts chaque année.

Indirecte ou directe

Avec l’amortissement direct, votre dette sera réduite, et vous paierez moins d’intérêts chaque année. Ce n’est pas le cas de l’amortissement indirect.

Alors, pourquoi cette option existe-t-elle ? Il existe pour les impôts. Vous pouvez déduire vos intérêts de vos revenus. Ainsi, si vous réduisez ces paiements, vos impôts seront augmentés. De plus, l’argent de votre troisième pilier n’est pas comptabilisé dans votre impôt sur la fortune.

Il est donc fiscalement plus avantageux de retarder l’amortissement effectif.

Or, l’amortissement indirect présente un inconvénient que beaucoup de gens n’envisagent pas. La banque ne vous laissera pas investir dans le troisième pilier de votre choix. Ils vous obligeront à investir dans leurs troisièmes piliers. Et dans certains cas, ils vous obligeront à investir dans des troisièmes piliers uniquement en espèces. Si vous avez accès au troisième pilier uniquement en espèces, vous risquez de perdre beaucoup de rendement. Mais si vous devez moyenner les troisièmes piliers avec cette banque (ou mieux), la partie optimisation fiscale devrait compenser.

En général, les banques vous laisseront également faire un mélange d’amortissement direct et indirect. Vous avez donc une certaine marge de liberté à cet égard.

Donc, vous pourriez perdre beaucoup sur le rendement de cet argent en faisant de l’amortissement indirect. Il est donc essentiel de considérer les avantages et les inconvénients des deux méthodes avant de choisir. Et assurez-vous de discuter également des options du troisième pilier lorsque vous le faites.

Exemples d’hypothèques en Suisse

Nous avons maintenant toutes les clés de base pour exécuter quelques exemples :

  • Nous savons comment les banques calculent le montant que les gens peuvent se permettre.
  • Nous savons que nous devons donner 20% en espèces en général.
  • Nous savons que nous devons amortir 1% par an.
  • Nous savons que les taux actuels sont bas, nous pouvons donc utiliser 0,8 % comme taux d’intérêt réel.
  • Nous pouvons estimer les coûts d’entretien à 1% de la valeur de la maison par an.

Voici donc quelques exemples :

Valeur de la propriété 500’000 750’000 1’000’000
Mise de fonds 100’000 150’000 200’000
Hypothèque 400’000 600’000 800’000
Intérêt de l’échantillon 5 20’000 30’000 40’000
Amortissement 1 4’000 6’000 8’000
Entretien 1 %. 5’000 7’500 10’000
Intérêt réel 0,8 3’200 4’800 6’400
Exemples de frais 29’000 43’500 58’000
Revenu nécessaire 87’000 130’500 174’000
Frais réels / Année 12’200 18’300 24’400
Frais réels / mois 1016 1’525 2’033

Nous pouvons constater à partir de ces exemples que les frais mensuels réels sont actuellement très bas compte tenu des hypothèques actuelles. D’autre part, le montant des revenus nécessaires pour obtenir un prêt hypothécaire est actuellement très élevé. Il serait très facile de payer un prêt hypothécaire d’un million, mais très peu de personnes seraient approuvées pour un tel prêt.

À partir de ces trois exemples, vous pouvez estimer où vous en êtes et ce que vous pouvez vous permettre.

Types d’hypothèques

Il existe plusieurs types d’hypothèques en Suisse.

Le premier type d’hypothèque est l’hypothèque à taux fixe. Ce type est le plus simple. Vous fixez le taux d’intérêt pour un nombre d’années déterminé. Par exemple, vous pouvez obtenir un prêt hypothécaire à taux fixe de 1,2 % pendant 20 ans. Cela signifie que pendant ces 20 ans, vous paierez chaque année 1,2 % d’intérêts sur votre dette.

Le deuxième type d’hypothèque est l’hypothèque LIBOR. Ce type de prêt hypothécaire suit le taux d’intérêt de référence LIBOR. Elle a une durée courte (un à cinq ans) et une fréquence de changement (d’un mois à 12 mois). Si vous avez une fréquence d’un mois, votre taux d’intérêt sera adapté au taux LIBOR chaque mois.

Le troisième type d’hypothèque est l’hypothèque variable. Par rapport aux autres types de prêts, il n’a pas de durée. Et le taux d’intérêt est également variable. Toutefois, les taux sont nettement plus élevés sur ce type de prêt. Comme les taux sont devenus plus bas ces dernières années, ce type d’hypothèque est de moins en moins populaire. Il est peu judicieux d’utiliser ce type d’hypothèque de nos jours.

Le choix de l’hypothèque dépend de votre capacité à faire face aux variations de taux. Si vous avez une forte capacité à gérer le risque, vous devriez prendre une hypothèque à court terme ou une hypothèque LIBOR. Si vous n’avez pas une grande capacité à réagir aux variations des taux d’intérêt, vous devriez essayer d’utiliser un prêt hypothécaire à plus long terme.

Sachez également que vous pouvez combiner plusieurs types de prêts hypothécaires. Vous pourriez obtenir une hypothèque de 5 ans combinée à une hypothèque de 10 ans. Si vous le faites, vous devez vous assurer que vos prêts seront renouvelés en même temps.

Par exemple, vous ne voulez pas prendre un prêt de 4 ans avec un prêt de 7 ans. Vous ne pourrez jamais changer de banque ou annuler vos contrats. Une année de 2 ans avec une année de 4 ans devrait convenir, de même qu’une année de 5 ans avec une année de 10 ans. Mais évitez un 3 ans avec un 5 ans.

Vous devez veiller à ne pas rester trop longtemps dans la même banque.

LIBOR et SARON

Le LIBOR (London Interbank Offered Rate) provient de l’organisme de réglementation financière du Royaume-Uni. Toutefois, ils ont décidé d’arrêter ce taux d’ici la fin 2021.

Ainsi, certaines banques ont déjà cessé de proposer des prêts hypothécaires au LIBOR. Et beaucoup de gens se demandent ce qu’il adviendra de leurs hypothèques existantes.

Les banques ont décidé de remplacer le LIBOR par le SARON (Swiss Average Rate Overnight). Le SARON est un taux d’intérêt quotidien développé par SIX et la Banque Nationale Suisse (BNS).

Nous ne connaissons pas encore tous les détails de la modification du SARON. Mais la plupart des banques s’attendent à ce que cela fonctionne essentiellement de la même manière qu’une hypothèque LIBOR. En outre, comme il s’agit d’un taux d’intérêt suisse, beaucoup de gens s’attendent à un niveau de transparence plus élevé que celui du LIBOR. Mais nous devrons attendre et voir.

Banques et assurances

Ce qui est surprenant, c’est que les banques ne sont pas les seules à proposer des prêts hypothécaires. En Suisse, de grandes compagnies d’assurance les proposent également.

Il existe quelques différences dans ce qu’ils peuvent vous offrir. Par exemple, les assurances ne proposent généralement que des prêts hypothécaires à durée déterminée. Mais ils ont quelques offres intéressantes avec des contrats à très long terme.

Une autre grande différence est que la plupart des assureurs n’accepteront pas vos fonds de retraite comme mise de fonds. Cela signifie que vous aurez besoin de 20% en espèces. C’est un facteur de blocage pour de nombreuses personnes.

Si vous avez suffisamment de liquidités (ou si vous ne voulez pas utiliser vos fonds de retraite), vous pouvez envisager les offres des assureurs ainsi que des banques.

Retirer ou mettre en gage votre argent de retraite

L’utilisation de l’argent de votre retraite pour votre prêt hypothécaire présente une particularité supplémentaire. Vous avez deux choix, soit vous retirez l’argent, soit vous le mettez en gage.

Si vous retirez l’argent, il sera effectivement retiré de votre deuxième (ou troisième) pilier. Et il sera utilisé comme paiement au vendeur. En procédant ainsi, vous réduisez effectivement votre dette puisque vous l’avez déjà payée.

Si vous mettez l’argent en gage, il ne sera pas retiré du compte. Cet argent servira de garantie à la banque. Dans ce cas, cela augmentera la dette que vous avez. Si vous gagez 10 % de la valeur de la maison sur votre retraite, vous serez endetté à 90 %. Cela signifie que vous paierez plus d’intérêts et que vous aurez plus à amortir.

Sur le papier, il semble que le retrait présente plus d’avantages. Mais il existe quelques avantages spécifiques à la mise en gage de vos fonds de retraite:

  • Vous conserverez votre revenu de retraite.
  • Vous pourrez toujours verser des cotisations volontaires fiscalement avantageuses dans le deuxième pilier.
  • Vous paierez moins d’impôts puisque vos intérêts sont plus élevés.
  • Vous ne paierez pas d’impôt sur le montant retiré (mais vous en paierez de toute façon plus tard).

Votre choix dépendra fortement de votre situation financière :

  • Pouvez-vous vous permettre de payer plus chaque mois ?
  • Quel est votre taux marginal d’imposition?
  • Quel type de rendement votre deuxième pilier génère-t-il ?
  • Voulez-vous faire des contributions volontaires pour votre deuxième pilier ?
  • Vous êtes proche de la retraite ?

Je ne pense pas qu’il y ait une énorme différence entre les deux modèles. Si vous vous approchez de la retraite, cela peut devenir important. Mais si vous êtes jeune et que votre deuxième pilier est mauvais (comme la plupart des gens), je pense qu’il est préférable de l’utiliser. De cette façon, vous économiserez plus d’argent chaque mois et vous pourrez l’investir à des rendements plus élevés que ceux de votre deuxième pilier.

Devriez-vous rembourser votre prêt hypothécaire ?

En Suisse, nous avons un système qui laisse beaucoup d’étrangers perplexes. En effet, la plupart des gens ne remboursent jamais leurs dettes ! Vous pouvez garder 65% de la dette de votre maison pour toujours !

Dans la plupart des pays, on vous dira de rembourser la totalité de votre dette. Mais en Suisse, ce n’est pas efficace. En effet, cela va augmenter vos impôts. Et comme les taux d’intérêt sont actuellement très bas, il n’y a pas grand intérêt à les réduire. La valeur est mieux investie dans des actions que dans une hypothèque.

Par exemple, si votre taux marginal d’imposition est de 40 % et que vous réduisez vos paiements d’intérêts de 100 CHF par an, vous n’économiserez que 60 CHF par an. Cela réduit donc l’intérêt de placer de l’argent dans votre hypothèque.

Donc, en Suisse, vous ne devriez probablement pas rembourser votre hypothèque. Il peut y avoir des cas où il est judicieux de le faire. Mais ce sont des exceptions plutôt que la règle.

Renouveler votre prêt hypothécaire

À l’exception des prêts hypothécaires variables, tous les types de prêts hypothécaires ont une durée.

À la fin de la durée, vous devrez renouveler l’hypothèque. Cela signifie que vous devrez choisir une nouvelle fois un prêt hypothécaire. Si vous avez de la chance, les taux d’intérêt ont peut-être baissé. Vous pourrez ainsi renouveler votre dette à un taux d’intérêt inférieur. Si vous n’avez pas de chance, vous devrez payer davantage.

Vous devez à nouveau choisir en fonction de votre capacité financière. Si votre situation a changé, vous pourriez vouloir un contrat différent de celui que vous aviez auparavant.

Lorsque vous renouvelez un prêt hypothécaire, vous avez également la possibilité de changer de banque. Si vous n’êtes pas satisfait de l’offre de votre banque, vous pouvez changer de banque. Vous pouvez utiliser les offres des autres banques comme levier pour obtenir une meilleure offre de votre banque actuelle également.

Il y a quelque chose de fondamental dans les renouvellements. Lorsque vous renouvelez votre contrat, la banque examine à nouveau votre situation financière. Ils utilisent presque les mêmes calculs pour déterminer le moment où vous achetez la propriété. Si vous ne pouvez pas payer un nouveau prêt hypothécaire, la banque peut vous obliger à vendre.

Si vous avez de petits problèmes financiers, ils peuvent être compréhensifs. Mais il faut faire attention à ça. Vous pouvez utiliser des durées plus longues si vous prévoyez une baisse de vos revenus à l’avenir.

Vendre votre propriété

Vous devez faire attention à votre hypothèque lorsque vous vendez la propriété.

Il y a deux situations différentes. Cela dépendra du fait que vous achetiez une nouvelle propriété ou non.

Si vous achetez une nouvelle propriété, votre banque vous laissera généralement transférer l’hypothèque actuelle sur la nouvelle maison. En fonction de la valeur de la nouvelle maison, vous devrez peut-être ajouter un peu d’argent liquide à la transaction. Mais en général, cela peut être fait pendant la durée du prêt hypothécaire. Vous ne devez pas attendre le renouvellement du contrat. Bien entendu, cela dépend de la banque.

Si vous n’achetez pas un nouveau bien, vous devrez résilier votre contrat. C’est peut-être plus compliqué que vous ne le pensez. Si vous résiliez un prêt hypothécaire avant la fin de la durée, vous devrez payer des pénalités. Ces pénalités peuvent être très importantes en fonction des conditions de la banque. Il pourrait facilement atteindre 50’000 CHF. Vous devez donc faire attention aux termes des contrats si vous envisagez de vendre votre propriété.

Hypothèques et retraite

Si vous achetez une maison à l’approche de la retraite, vous devez être sûr de pouvoir conserver votre bien une fois à la retraite.

Comme indiqué précédemment, lorsque vous renouvelez votre prêt hypothécaire, la banque vérifie à nouveau si votre situation financière est suffisamment bonne pour cette dette. Et si elle ne l’est pas, elle peut vous obliger à vendre votre propriété. Et cela peut arriver même si vous êtes à la retraite.

Lorsque vous êtes à la retraite, vos revenus peuvent être nettement inférieurs à ceux d’avant. Il peut donc être difficile pour vos revenus de passer le test de la dette aux taux théoriques.

Si votre revenu à la retraite est suffisant, vous n’aurez aucun problème. Mais si ce n’est pas le cas, vous avez plusieurs solutions.

La première chose que vous pouvez faire est d’amortir votre dette. Bien que cela puisse ne pas avoir de sens d’un point de vue fiscal, cela pourrait être un excellent moyen de réduire votre dette pour pouvoir conserver votre maison à la retraite.

Un autre moyen est de compter sur vos enfants, si vous en avez. Vous pourriez vendre la maison à vos enfants avant la retraite et la leur louer. Ou vous pouvez leur demander de garantir la maison. Cela signifie que si vous ne pouviez plus payer la dette, vos enfants en seraient responsables. Ce n’est pas une grande situation. Mais en fonction de votre situation financière, cela pourrait bien fonctionner.

Il est préférable d’éviter ce genre de situation. Pour cela, vous devez planifier votre retraite. Vous devez vous assurer que vous disposerez d’un revenu suffisant à la retraite pour pouvoir conserver votre prêt hypothécaire.

Un étranger peut-il acheter une maison en Suisse ?

Il existe plusieurs législations en Suisse qui limitent la manière dont les étrangers peuvent acheter des biens immobiliers en Suisse.

Cela n’aura pas d’incidence directe sur les prêts hypothécaires, mais il est important de le savoir. Il est préférable de savoir si vous pouvez acheter ou non en Suisse avant de contacter une banque.

Tout d’abord, si vous êtes résident suisse, vous pourrez acheter une maison ici aussi longtemps que vous l’habiterez. Mais vous ne pourrez pas le louer à d’autres personnes. Vous devez y vivre. Le louer, même partiellement, est illégal.

Dans certains cas, vous pouvez également acheter une maison de vacances en Suisse. Mais comme il existe de nombreuses restrictions, vous aurez besoin d’une autorisation spéciale en tant qu’étranger. En Suisse, par exemple, il existe des quotas qui stipulent que moins de 20 % des logements peuvent être des résidences secondaires. Et vous ne pouvez pas le louer pour l’année, seulement périodiquement.

Enfin, si vous faites la navette entre votre domicile et votre lieu de travail en Suisse et que vous venez de l’Union européenne, vous êtes autorisé (en général, il y a des exceptions) à acheter une résidence secondaire (non vacancière). Vous ne pourrez pas la louer et vous devrez l’habiter lorsque vous travaillerez en Suisse.

Maintenant, tous les étrangers ne sont pas traités de la même manière, cela dépend du type de permis. Si vous disposez d’un permis de séjour de longue durée (C), vous êtes traité comme un citoyen suisse, et vous pouvez acheter et louer votre logement.

Donc, comme vous le voyez, les étrangers ne peuvent pas investir dans l’immobilier en Suisse. Mais ils peuvent généralement acheter une maison pour y vivre.

Comment trouver le meilleur prêt hypothécaire ?

Presque toutes les banques proposent des prêts hypothécaires en Suisse. Il n’est donc pas facile de trouver les meilleurs prêts hypothécaires pour votre propriété.

Tout d’abord, vous devez toujours comparer plusieurs offres. Si vous êtes dans une banque qui propose des prêts immobiliers, vous devez leur demander une offre. Toutefois, vous ne devez pas simplement accepter la première offre que vous recevez.

Si vous le pouvez, essayez également d’obtenir des offres des compagnies d’assurance. Plus vous recevez d’offres, plus vous avez de chances d’obtenir la meilleure offre pour votre situation.

Il existe quelques comparateurs en ligne pour les prêts hypothécaires. Mais je n’ai trouvé qu’un seul comparateur utile. Le comparateur d’hypothèques de Moneyland est bon. Toutefois, comme toutes les banques ne sont pas présentes, vous devez tout de même contacter vous-même quelques banques.

Conclusion

Ce guide couvre tout ce qu’il y a à savoir sur les hypothèques. Si vous savez déjà tout cela, vous aurez une bonne longueur d’avance sur la plupart des gens.

Il est essentiel de se renseigner sur les prêts hypothécaires si vous envisagez d’acheter un bien immobilier. Vous pouvez avoir de la chance et traiter avec un banquier très honnête. Mais il existe de nombreuses histoires de personnes qui ont obtenu un mauvais accord de la part de leur banquier parce qu’elles n’étaient pas suffisamment informées avant de commencer à discuter.

Ainsi, avant de commencer à chercher un bien immobilier, vous devrez étudier les prêts hypothécaires. Et une fois que vous en savez assez, vous pourrez parler avec un banquier. Vous devez avoir toutes les cartes en main avant cela.

Si vous êtes décidé à acheter un bien immobilier, j’ai un guide complet sur l’achat d’une maison en Suisse. Et, si vous êtes encore indécis, je vous propose un guide pour savoir si vous devez acheter ou louer en Suisse.

Avez-vous d’autres conseils sur les hypothèques en Suisse ? J’ai oublié quelque chose ?

Monsieur The Poor Swiss est l'auteur du blog thepoorswiss.com. En 2017, il s'est rendu compte qu'il était en train de tomber dans le piège de l'inflation de son mode de vie. Il a décidé de diminuer ses dépenses et d'augmenter ses revenus. Ce blog parle de son histoire et de ses trouvailles. En 2019, il épargne plus de 50% de ses revenus. Son but est de devenir financièrement indépendant. Vous pouvez envoyer un message à Monsieur The Poor Swiss.

4 thoughts on “Le guide complet des hypothèques en Suisse”

  1. Merci et bravo pour votre article – il est vraiment difficile de trouver ces informations simples de maniere intependante…

    Une petite question quand vous mentionez « Vous devez être sûr de ne pas être bloqué avec la même banque pendant trop longtemps. » – pourquoi ? Je pensais prendre une hypotheque tres longue pour profiter des taux bas aussi longtemps que possible (hypothese que les taux ne nont plus descendre).

    Merci !

    1. Bonjour Pedro,

      C’est plutôt lié aux termes quand vous avez plusieurs tranches. Il est effectivement possible des taux avantageux à long term aujourd’hui.
      Le problème c’est quand vous prenez deux hypothèques qui ne se renouvellent pas en même temps. Par exemple, une hypothèque à 3 et une autre à 5 ans, vous allez devoir attendre 15 ans si vous voulez changer les deux.
      Alors qu’une hypothèque à 3 ans et une hypothèque à 6 ans, c’est tout bon après 6 ans!

  2. Hello,

    Merci pour ton article très complet.
    Je suis en train de chercher une hypothèque. On a réservé la maison et on a les fonds suffisants.
    J’ai contacté MoneyPark (via Neon pour avoir le rabais) pour ratisser large et me décharger de la recherche.
    Je n’ai pas encore reçu d’offre, mais j’ai le sentiment qu’il vont insister pour prendre un 3a lié à une assurance vie. Je sais que c’est des mauvais produits et que l’argent va très peut travailler. Je me demandais si t’avais quelques conseils la dessus ? Est-ce que je fais de l’indirect via un 3a lié qui pérforme peu ? Ou est-ce que je part dans un amortissement direct, par contre je risque de moins cotiser à mon 3a au début ?
    Merci pour tes conseils et pour ton blog 👍🏻

    1. Bonjour,

      Je ne sais pas exactement comment fonctionne Moneypark. Mais beaucoup de banques vont te forcer à utiliser leur 3a pour l’amortissement indirect. Mais ils ne devrait pas te forcer à faire des 3a assurance vie. Dis leur juste que tu ne veux pas, l’important pour eux c’est de vendre des hypotheques surtout.

      Au vu des taux d’intérêts actuels, l’amortissement direct ou indirect ne fais plus beaucoup de différences pour moi car on ne peut pas déduire grand chose de tout façon. En théorie, indirect reste plus intéressant, mais du coup il faut aussi calculer avec quel 3 pilier il est possible d’investir.

Laisser un commentaire

Your comment may not appear instantly since it has to go through moderation. Your email address will not be published. Les champs obligatoires sont indiqués avec *