5 Choses que je déteste en Suisse

Categories Indépendance Financière, SuisseMis à jour le

(Information: Certains des liens ci-dessous peuvent être des liens d'affiliation)

Note: Cet article est disponible en Français, mais ça n'est pas encore le cas de toutes les autres pages. Merci de votre patience!

5 Choses que je déteste en Suisse

This article is also available in: English (Anglais)

Il n’y a pas de pays parfait. Je suis sûr que tout le monde sera d’accord avec moi à propos de son pays. C’est la même chose pour moi et la Suisse. Même si j’adore ce pays et je planifie de rester toute ma vie ici, il y a des choses que je n’aime vraiment pas en Suisse. Bien sûr, il y a plus de choses que j’aime que de choses que je déteste.

Mais il est important de se rendre compte qu’aucun pays n’est parfait. Dans cet article, je vais discuter des cinq choses que je déteste le plus en Suisse.

Je ne compte pas partir de la Suisse et j’espère que je n’aurai jamais à le faire. Mais certaines choses pourraient définitivement être amélioré en Suisse.

Bien entendu, ces choses seront probablement différentes des choses que vous détestez. Chaque personne est différente. Je sais qu’il y a des choses sur ma liste que certains de mes lecteurs aiment à propos de la Suisse. N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez dans les commentaires.

1. Le système d’assurance maladie

En Suisse, l’assurance maladie est obligatoire. Cela veut dire que chaque personne en Suisse est assuré contre les problèmes de santé. L’idée est très bien, mais l’exécution de l’idée ne l’est pas du tout.

Premièrement, c’est horriblement cher. J’utilise la franchise la plus élevée (2500 CHF) et je paie environ 235 CHF par mois pour mon assurance. Si quelque chose arrive, chaque année, je dois payer les premiers 2500 CHF. Ces cinq dernières années, mon assurance ne m’a jamais rien remboursé. J’ai payé plus de 10’000 CHF en assurances et plus de 5000 CHF en frais de santé.

La raison pour laquelle c’est très cher et que les gens qui ne l’utilisent pas beaucoup paient beaucoup pour les gens qui l’utilisent trop. Il y a des gens qui vont directement chez le docteur avec une petite fièvre. Et du coup, ces gens font monter les coûts de la santé pour tout le monde. L’assurance maladie devrait être uniquement pour les choses graves, pas pour les fièvres, un refroidissement ou une égratignure sur les fesses.

Ensuite, l’assurance maladie devient de plus en plus chère. En 2014, je payais 209 francs pour mon assurance. En 2018, j’étais déjà à 235 francs. En 4 ans, elle a augmentée de 12% pour moi. C’est beaucoup plus que l’inflation en Suisse. Et à nouveau, c’est en partie à cause des gens qui abusent du système et de certain médecins et producteurs de médicaments qui se sucrent sur le système.

Une autre chose qui est horrible avec ce système est que l’assurance de base la moins chère n’est jamais la même. Pour avoir les meilleurs prix, il faudrait changer chaque année d’assurance maladie. Ce qui n’est évidemment pas pratique.

Comme il faudrait changer d’assurance chaque année, c’est une excellente opportunité pour les conseillers en assurance. Les Suisses recevoir beaucoup d’appels de ces conseillers qui pensent vous faire gagner de l’argent. Mais la plupart d’entre eux ne vous conseillent même pas l’assurance la moins chère et vous  conseillent des assurances complémentaires dont vous n’aurez jamais besoin.

Comme l’assurance est obligatoire, tout le monde devrait avoir la même et il devrait s’agir d’une assurance étatique ou au moins cantonale. Mais quand le peuple suisse s’est prononcé là-dessus, il a dit non malheureusement.

Avoir une assurance maladie est une bonne chose. Mais l’assurance de base devrait seulement couvrir les choses nécessaires, pas des petites choses pour lesquelles ne devraient même pas aller chez le médecin. Et cela devrait être la même assurance étatique pour tout le monde.

2. L’impôt Billag (ou Serafe)

S’il y a quelque je hais fortement en Suisse, c’est l’impôt Billag (nouvellement Serafe).

Cet impôt est là pour payer pour la télévision et la radio Suisse. Je n’ai rien contre le fait de payer pour les services que l’on utilise. Par contre, j’ai quelque chose contre payer pour quelque chose qu’on n’utilise pas!

Je ne regarde pas la télé (je n’ai pas même la télé à la maison). Je regarde seulement des films et des séries télé. Comme ça, je ne perds pas mon temps avec les pubs. En plus de cela, je n’écoute jamais la radio, j’écoute seulement des podcasts dans ma voiture.

Le problème est le suivant: même si vous n’utilisez ni la radio ni la télé Suisse, il faut payer cet infâme impôt. Ça n’a pas de sens.

Même si ça n’est que 450 CHF (réduit à 365 en 2019), cela me tue de devoir payer pour quelque chose que je n’utilise pas et n’apprécie pas. Et le pire, c’est que le peuple Suisse a voté pour arrêter  de payer cet impôt et a décidé de continuer à le payer. Apparemment, les Suisses aiment payer les impôts.

3. L’immobilier en Suisse

Petites maisons en Suisse
Petites maisons en Suisse

Je ne suis pas un fan de l’immobilier en Suisse. Les maisons sont extrêmement chères. Dans ma région, il est possible de louer une maison de 4 pièces pour environ 2500 CHF par mois. Et il faudrait environ 700’000 CHF à 800’000 CHF pour en acheter une. Ma région n’est pas très chère comparée à d’autres régions. C’est déjà un ratio de prix-à-loyer de 25. C’est considéré comme étant très haut.

Quelques régions et villes de Suisse ont des ratios beaucoup plus élevées. La Suisse est un des pays avec le moins de propriétaires. Ça n’est pas étonnant. D’un autre côté les hypothèques ont actuellement des taux d’intérêts très attractifs.

Même les loyers sont très chers. Et ce que je n’aime pas c’est que les propriétaires ont des meilleurs droits que les locataires. Les baux à loyer sont extrêmement mauvais. On peut changer d’appartement seulement une ou deux fois pas année, à des dates fixes, avec des préavis très long. Et en plus de cela, il faut payer des garanties de loyer très élevées.

En Suisse, les prix des loyers sont indexés sur un taux d’intérêt de référence. Si le taux de référence descend, les locataires Suisses ont le droit à une réduction de loyer. Mais il faut la demander et beaucoup de gens ne sont même pas au courant de ce taux de référence. Mais je peux vous garantir que le jour où le taux remonte, vous verrez tout de suite une lettre vous annonçant une augmentation de loyer. Ce système est assez honteux.

Donc, en général, louer et acheter une maison en Suisse est très cher. Je n’aime pas trop l’état actuel de l’immobilier.

Maintenant, ça ne veut pas dire que je conseille aux gens d’éviter d’acheter une maison. Nous sommes en train d’en acheter une nous-même. Mais nous ne le considérons pas comme un investissement et ça reste trop cher.

4. Les transports publics Suisses

Un train près des montagnes en Suisse
Un train près des montagnes en Suisse

Je sais que beaucoup de gens ne seront pas d’accord avec moi, mais je déteste les transports publics Suisse. Je ne me rendais pas compte de cela avant d’aller dans d’autres pays. La qualité est très bien et les trains sont propres, oui. Mais les prix sont absolument horribles.

Pour prendre le bus de ma maison dans mon village au centre-ville, il me faut 7.60 CHF, pour moins de 20 minutes de trajet. Et ça n’est que l’aller, il faut payer la même chose au retour. Et les frais sont encore plus cher. De ma ville jusqu’à Genève, je dois payer 84 CHF, pour un trajet de nonante minutes. Sans abonnement, il est toujours moins cher de prendre sa voiture.

Je ne suis pas le seul à penser comme ça. J’ai déjà parlé de ce problème en famille ou avec mes amis et beaucoup de gens sont d’accord avec moi. Si vous habitez dans un village avec une voiture, il n’est jamais intéressant de prendre les transports publics. Même quand nous allons à l’aéroport, nous prenons notre voiture. C’est moins cher de payer le parking et l’essence plutôt que les billets de train.

J’ai utilisé les transports publics de beaucoup de pays, en France, en Allemagne, aux États-Unis et même en Chine et j’ai préféré les transports de tous ces pays à celui de la Suisse. Oui, nos bus et trains sont plus propres et plus neufs, mais on s’en fout. Si je pouvais payer cinq fois moins cher et prendre un bus vieux de 20 ans, je le ferais!

Le plus à payer pour la nouveauté de nos bus et trains est juste beaucoup trop élevé. Tout le monde nous dit de prendre les transports publics, mais personne n’essaie d’en faire baisser les prix.

5. Les banques Suisses

La plupart des gens connaissent les banques Suisses. Elles sont connues pour être stables et sont souvent utilisés par les étrangers pour y stocker beaucoup d’argent. Ça a tendance à changer ces dernières années. Mais cela fait tout de même penser aux étrangers que les banques suisses sont géniales. Ça n’est pas le cas.

L’offre des banques suisses est très pauvre. Les frais sont élevé et les taux d’intérêts très bas.

En plus de cela, les offres de cartes de crédit sont très limités, avec des frais élevés et presque pas de bonus.

Je garde uniquement mon fonds d’urgence dans une banque. Et je n’hésiterai pas à changer si je trouve une meilleure.

Maintenant, la situation est en train de s’améliorer. Le monopole des grosses banques est en train d’être mis en douter par les nouvelles banques digitales. Il est possible de trouver de bonnes banques Suisses, même si elles ne sont pas incroyables non plus. Plus d’informations dans mon article au sujet des meilleurs banques Suisses.

Conclusion

Ce sont les choses que j’aime le moins à propos de la Suisse. Les transports publics Suisses est probablement le point que je déteste le plus. C’est juste un transport public pour riches. Je suis peut-être biaisé, mais c’est ce que je pense. Je suis aussi très vocal à propos de l’infâme impôt Billag (Serafe maintenant).

Même si je déteste ces cinq choses, il y a toujours plus de choses que j’aime en Suisse. Et j’adore toujours ce pays. J’aime ses montagnes, ses lacs, son chocolat et plein d’autres choses.

Vous avez peut-être remarqué que je n’ai pas mentionné les prix élevés en général de la Suisse. Je pense que ça n’est pas si mal au vu de notre pouvoir d’achat. Et si vous cherchez un peu, vous pouvez trouver des choses bon marché en Suisse. La Suisse a une réputation de cherté, mais ça n’est pas si mal avec un salaire Suisse.

Est-ce que vous êtes d’accord avec moi? Est-ce qu’il y a d’autres choses que vous détestez en Suisse?

Mr. The Poor Swiss

Monsieur The Poor Swiss est l'auteur du blog thepoorswiss.com. En 2017, il s'est rendu compte qu'il était en train de tomber dans le piège de l'inflation de son mode de vie. Il a décidé de diminuer ses dépenses et d'augmenter ses revenus. Ce blog parle de son histoire et de ses trouvailles. En 2019, il épargne plus de 50% de ses revenus. Son but est de devenir financièrement indépendant. Vous pouvez envoyer un message à Monsieur The Poor Swiss.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *