5 mauvaises choses que je déteste en Suisse

Par Baptiste Wicht | Mis à jour: | Indépendance Financière, Suisse

(Information: certains des liens ci-dessous peuvent être des liens d'affiliation)

Aucun pays n’est parfait. Je suis sûr que vous pouvez faire le lien avec votre propre pays. C’est la même chose pour moi et la Suisse. Bien que j’aime beaucoup la Suisse et que j’envisage, et espère, y passer toute ma vie, il y a certaines choses que je n’aime vraiment pas. Dans ce billet, je vais vous parler des cinq choses que je déteste en Suisse.

Je ne suis pas prêt de quitter la Suisse et j’espère ne jamais avoir à le faire. J’ai aussi écrit sur les choses que j’aime en Suisse ! Il y a plus de choses que j’aime que de choses que je déteste. Mais je pense qu’il est important de réaliser qu’aucun pays n’est parfait. Certaines choses doivent absolument être améliorées en Suisse.

Bien sûr, ces éléments seront probablement différents d’une personne à l’autre. Je sais qu’il y a des choses sur la liste que certaines personnes aiment. Dites-moi ce que vous n’aimez pas en Suisse dans le commentaire !

1. Système d’assurance maladie

En Suisse, l’assurance maladie est obligatoire. Cela signifie que chaque Suisse est assuré pour les questions de santé. L’idée est géniale, mais l’exécution n’est pas géniale du tout.

Tout d’abord, il est incroyablement cher. J’utilise la franchise la plus élevée (2500 CHF) et je paie 235 CHF par mois pour mon assurance. Si quelque chose arrive, chaque année, je dois encore payer les 2500 premiers CHF. Au cours des cinq dernières années, je n’ai jamais rien reçu de mon assurance. J’ai payé 10’000 CHF d’assurance et environ 4000 CHF de frais de santé.

L’une des raisons pour lesquelles il est si cher est que les gens comme moi qui ne l’utilisent pas paient pour ceux qui l’utilisent trop. Il y a des gens qui vont chez le médecin s’ils ont une petite fièvre. Et cela fait augmenter le coût de la santé pour tout le monde. L’assurance maladie ne devrait être obligatoire que pour les choses importantes. Elle ne doit pas couvrir la fièvre, le froid ou une égratignure sur les fesses.

Deuxièmement, il devient de plus en plus cher chaque année. En 2014, je payais 209 francs pour mon assurance. Il s’agit d’une augmentation de 12 % sur quatre ans. C’est beaucoup plus que l’inflation en Suisse. Là encore, c’est surtout parce que les gens abusent du système. Un autre problème est que l’assurance la moins chère n’est jamais la même chaque année. Vous devriez donc changer d’assurance maladie chaque année. C’est ce que le système vous encourage à faire. C’est un gros problème.

Et c’est aussi une activité pour le conseiller en assurances. Vous pouvez changer d’assurance jusqu’à un mois avant la fin de l’année. À la fin de l’année, les conseillers tenteront de vous appeler à plusieurs reprises pour vous faire changer d’assurance. Ils vous disent toujours la même chose, vous pouvez économiser beaucoup, bla, bla, bla. Ils veulent juste la commission.

Et ils vous offrent rarement l’assurance la moins chère. Puisqu’elle est obligatoire, il devrait s’agir de la même assurance publique pour chaque personne en Suisse. Mais lorsque le peuple suisse a voté à ce sujet, il a dit non (à mon grand désarroi…).

Le fait que tout le monde ait une assurance maladie est une bonne chose. Mais l’assurance maladie obligatoire ne devrait couvrir que les choses importantes (pas un fichu rhume…). Et ce devrait être la même assurance pour tout le monde. Et elle devrait être gérée par l’État.

2. La taxe Billag

C’est probablement la seule chose que je méprise le plus en Suisse.

La taxe Billag est là pour financer la radio et la télévision suisses. Je n’ai rien contre cela. Mais je ne regarde pas la télévision et je n’écoute pas la radio. En fait, je n’ai même pas de chaînes de télévision à la maison. Je ne regarde que des émissions de télévision et des films. Pas besoin de perdre du temps avec des publicités. Et dans mon cas, j’apprécie beaucoup ma musique et pas les conneries qui sont généralement la mode actuelle de la musique. Je ne comprends vraiment pas la musique populaire de nos jours.

Le problème est le suivant : Même si vous ne consommez aucune radio ou télévision suisse, vous devez payer la taxe Billag. C’est absurde. La taxe est de 450 CHF par an. Entièrement gaspillé. Et le pire, c’est que nous aurions pu changer cela. En 2018, nous avons dû voter pour annuler cette taxe. Le peuple suisse a refusé de lâcher un impôt. En fait, nous aimons payer des impôts en Suisse, semble-t-il ! Le seul point positif de ce vote est que la taxe va être réduite à 365 CHF à partir de 2019. C’est encore trop, mais c’est quand même une petite économie.

3. L’immobilier en Suisse

Petites maisons en Suisse
Petites maisons en Suisse

Je n’aime pas beaucoup l’immobilier en Suisse. Les maisons sont extrêmement chères. Dans ma région, vous louez une villa de quatre chambres à coucher pour environ 2000 CHF. Vous pouvez l’acheter pour au moins 600’000 CHF. Et ce sont les prix les plus bas ici. Et ma région n’est pas très chère par rapport à certaines parties de la Suisse. Cela représente déjà un rapport prix/loyer de 25. Ce qui est déjà considéré comme élevé.

Certaines régions et villes ont des ratios prix/loyer beaucoup plus élevés. La possession d’une maison en Suisse pose un autre problème important. Même si vous vivez dans votre maison, vous payez un impôt comme si vous en retiriez un loyer. Cela n’a pas de sens. Pas étonnant que la Suisse soit l’un des pays où les propriétaires sont les plus modestes. Le seul avantage est que les prêts immobiliers sont actuellement très bas.

Même la location est très chère ici. Et ce qui me déplaît le plus, c’est que la plupart des propriétaires sont protégés. Les baux de location sont très contraignants. Vous ne pouvez changer d’appartement qu’à des dates fixes, environ deux fois par an. Et vous devez payer une grosse garantie pour le loyer.

En Suisse, le prix du loyer est indexé sur un taux d’intérêt de référence. Si la référence baisse, les loyers devraient baisser. Mais vous devez demander vous-même une réduction. Cela signifie que des centaines de milliers de personnes paient trop cher parce qu’elles ne demandent jamais la réduction de leur loyer. Je peux vous garantir qu’une fois que la référence aura augmenté, tous les loyers augmenteront sans avoir à le demander…

Globalement, la location et l’achat d’une maison en Suisse sont très coûteux. Et même avec des taux d’intérêt très bas, ce n’est pas un très bon investissement que d’acheter une maison en Suisse. Actuellement, je ne pense pas qu’il soit judicieux d’acheter une maison en Suisse pour y vivre. Si c’est le seul moyen de vivre exactement où vous voulez, c’est une autre histoire. Et si vous achetez pour louer à d’autres personnes, ça peut être intéressant. Je ne suis pas tout à fait fixé sur ce sujet. Je n’aime tout simplement pas l’état actuel de l’immobilier en Suisse.

4. Les transports publics suisses

Train à côté des montagnes en Suisse
Le train à côté des montagnes en Suisse

Je déteste le système de transport public suisse. Je ne l’ai réalisé que lorsque je suis allé dans d’autres pays. Ce n’est pas la pire qualité, c’est certain. Mais le prix est insensé. Ce n’est pas un transport public, c’est un transport de riches.

Aller de chez moi au centre ville coûte 7,60 CHF. C’est seulement un voyage de 20 minutes. Et si je veux y retourner, je dois payer à nouveau. Pas de billet de retour… Allez ! Les trains sont encore plus chers. Un billet aller-retour de ma ville (Fribourg) coûte 84 CHF ! C’est un train d’une heure et demie. Si vous n’avez pas d’abonnement tout compris, il est toujours préférable de prendre votre voiture.

Je ne suis pas le seul à penser ainsi. J’ai discuté de cette question avec plusieurs de mes amis. Ils pensent tous la même chose. Si vous vivez dans un endroit où vous devez avoir une voiture, il est inutile de prendre les transports en commun. Même le fait d’aller à l’aéroport et de payer le stationnement de votre voiture pendant plusieurs jours est moins cher que de prendre le train.

J’ai essayé les transports publics à Paris, à Berlin, aux États-Unis et en Chine. Partout, c’est mieux qu’en Suisse. Nos bus sont changés beaucoup trop régulièrement. Mais peu importe que le bus ait de nouveaux sièges chaque année… Si je pouvais payer 5 fois moins cher et prendre un bus qui a 20 ans, je le ferais !

Un autre gros problème, à mon avis, concerne la compagnie ferroviaire. Avant, c’était une entreprise publique de l’État. Aujourd’hui, c’est une entreprise privée, mais principalement par l’État. L’État oblige donc la société à faire des bénéfices pour l’État. Dans de nombreux autres pays, l’État finance en fait les transports publics pour qu’ils soient publics.

Alors oui, les trains sont toujours à l’heure. Oui, ils sont généralement propres et confortables. Mais le prix que vous payez pour cette prime est tout simplement insensé. Tout le monde veut que vous preniez les transports publics, mais personne ne veut en baisser le prix…

5. Banques suisses

La plupart des étrangers connaissent les banques suisses. Ils sont connus pour être un paradis fiscal depuis de nombreuses années. Bien que cela ne soit plus tout à fait vrai. De ce fait, la plupart des étrangers pensent que les banques suisses sont formidables. Mais ils ne le sont pas. En fait, l’offre des banques suisses est assez pauvre. Les frais sont élevés et les intérêts sont faibles.

Actuellement, les obligations suisses ont un intérêt négatif. Et le meilleur taux d’intérêt que vous pouvez actuellement obtenir en Suisse sur les comptes d’épargne est de 0,5 %, mais seulement sous certaines conditions. Et les comptes chèques ont un taux d’intérêt allant jusqu’à 0,05%. Génial, non ? Et cela dure depuis un certain temps maintenant. Plusieurs banques envisagent d’appliquer des taux d’intérêt négatifs. Même les comptes du troisième pilier (compte de retraite) ont des intérêts incroyablement bas.

Et l’offre pour les cartes de crédit n’est pas très grande non plus. Ils offrent un bonus très faible ou des frais très élevés. Quand on compare avec les États-Unis, c’est vraiment une blague.

Seul mon fonds d’urgence est sur un compte bancaire. Si je trouve un compte offrant un meilleur rendement, je changerai de banque. S’ils commencent avec un taux d’intérêt négatif, j’en investirai la majeure partie pour éviter le rendement négatif.

Conclusion

Ce sont les choses que je déteste en Suisse. Le système de transport public est probablement la chose que je déteste le plus en Suisse. C’est tout simplement beaucoup trop cher. C’est trop fantaisiste. Je suis également très opposé à la taxe Billag. C’est probablement la facture que je déteste le plus payer chaque année. Parce que vous la payez même si vous n’utilisez aucun des services qu’elle sert à financer.

Quant à l’immobilier et au système d’assurance maladie, il est vraiment trop cher. Il est très difficile de devenir propriétaire en Suisse par rapport à de nombreux pays. Enfin, les banques suisses ont une réputation internationale, mais elles n’offrent rien de bon aux citoyens ordinaires. Ce ne sont que des banques riches pour les riches.

Toutefois, ces éléments sont loin d’être suffisants pour que je n’aime pas la Suisse. J’aime beaucoup vivre en Suisse. J’aime les montagnes, les lacs, le calme, le chocolat, le fromage, et beaucoup d’autres choses. Cependant, j’aimerais que ces cinq points soient améliorés. Si vous êtes intéressé, vous pouvez également lire les 11 choses que j’aime en Suisse.

Vous avez peut-être remarqué que je n’ai pas mentionné le coût élevé de la Suisse. Je pense que ce n’est pas si mal car les salaires sont également élevés. Et si vous le cherchez, vous pouvez trouver des choses bon marché en Suisse.

Êtes-vous d’accord avec moi ? Y a-t-il une autre chose que vous détestez en Suisse ?

Monsieur The Poor Swiss est l'auteur du blog thepoorswiss.com. En 2017, il s'est rendu compte qu'il était en train de tomber dans le piège de l'inflation de son mode de vie. Il a décidé de diminuer ses dépenses et d'augmenter ses revenus. Ce blog parle de son histoire et de ses trouvailles. En 2019, il épargne plus de 50% de ses revenus. Son but est de devenir financièrement indépendant. Vous pouvez envoyer un message à Monsieur The Poor Swiss.

Laisser un commentaire

Your comment may not appear instantly since it has to go through moderation. Your email address will not be published. Les champs obligatoires sont indiqués avec *