Les meilleurs services financiers pour votre argent!

Téléchargez cet e-book et optimisez vos finances et économisez de l'argent en utilisant les meilleurs services financiers disponibles en Suisse!

Télécharger l'e-book GRATUIT

La vérité sur les gains en capital et les impôts en Suisse

Baptiste Wicht | Mis à jour: |

(Information: certains des liens ci-dessous peuvent être des liens d'affiliation)

Lorsque vous investissez en bourse, vous vous attendez à des plus-values. Mais vous ne voulez pas perdre votre capital durement gagné à cause des impôts, n’est-ce pas ? Les investisseurs suisses doivent donc savoir comment la Suisse impose les gains en capital.

Les gains en capital sont quelque chose que beaucoup de gens ne comprennent pas correctement. Et c’est particulièrement vrai en ce qui concerne l’impôt sur les plus-values. J’ai reçu de nombreuses questions concernant la manière dont la Suisse impose les gains en capital. Je parle spécifiquement des gains en capital et du marché boursier.

J’ai donc décidé qu’il était temps de consacrer un article entier aux plus-values et à leur taxation par la Suisse. Ce n’est pas un sujet très difficile. Mais c ‘est un sujet essentiel!

J’espère que cela aidera plus de gens à comprendre comment cela fonctionne ! Heureusement, nous avons un pays où nous pouvons éviter les impôts sur les gains en capital, mais les règles ne sont pas claires.

Gains en capital sur le marché boursier

Les plus-values sont les gains que vous réalisez lorsque vous vendez des actions à un prix supérieur à celui auquel vous les avez achetées.

Par exemple, vous avez acheté dix parts d’ETF à 100 USD et les avez vendues à 200 USD. En conséquence, vous avez réalisé une plus-value de 1000 USD (10 actions fois 100 USD de plus-value par action) dans cet exemple.

Les gains en capital sont basés sur l’appréciation de la valeur. Et ils ne sont comptabilisés que lorsque vous vendez. Ainsi, si vous n’avez pas encore vendu, on peut dire que vous avez des plus-values latentes. Mais nous nous concentrons sur les plus-values réalisées (vendues).

Dans cet article, je parle principalement des actions. Mais les mêmes règles s’appliquent aux obligations. Il n’y a pas de différence dans les gains en capital entre les actions et les obligations.

Les gains en capital ne s’appliquent pas seulement au marché boursier. Elles s’appliquent également à tout ce qui s’apprécie. L’autre domaine important est celui de l’immobilier. Théoriquement, vous pouvez même réaliser des plus-values lorsque vous vendez un bien à un prix supérieur à celui auquel vous l’avez acheté. Toutefois, pour les besoins de cet article, nous nous concentrerons sur les gains en capital sur le marché boursier.

Impôt sur les gains en capital

La plupart des pays appliquent des taxes sur les gains en capital. Cela signifie donc que vous devez tenir compte de cet impôt lorsque vous investissez.

Toutefois, en Suisse, les gains en capital sont généralement exonérés d’impôts. Investir en bourse dans des actions ou des ETF est très efficace. Vous pouvez doubler votre argent sans payer d’impôts dessus.

Cette appréciation augmentera quand même votre impôt sur la fortune. Mais cela signifie que les revenus provenant des gains en capital sont l’une des seules formes de revenus qui ne seront pas imposés deux fois en Suisse.

Le fait de ne pas avoir à payer d’impôts sur les gains en capital peut faciliter considérablement la retraite anticipée en Suisse. La plupart des pays imposeront vos gains en capital. Et dans certains pays, l’impôt sur les plus-values est très élevé. Par exemple, en France, vous paierez un tiers de vos plus-values en impôts ! En Russie, vous payeriez 20 % d’impôts. Mais dans notre grand pays, l’impôt sur les plus-values est généralement nul!

Vous pouvez en savoir plus à ce sujet sur le site officiel de la Suisse. Le site Internet précise que les plus-values réalisées sur les actions et les obligations détenues par des particuliers sont exonérées d’impôt si l’investisseur n’est pas considéré comme un investisseur professionnel.

En effet, j’ai dit que les gains en capital ne sont généralement pas imposésen Suisse. En effet, par défaut, ils sont exonérés d’impôts. Mais si vous êtes considéré comme un investisseur professionnel, vous devez payer un impôt sur vos plus-values (comptées comme un revenu). Dans ce cas, vos plus-values seront ajoutées à votre revenu imposable et imposées.

Statut d’investisseur professionnel

Par défaut, les personnes sont considérées comme des investisseurs privés par les services fiscaux. Un investisseur privé place en bourse l’argent qu’il gagne par d’autres sources de revenus. Cela signifie qu’il ne vit pas de ses investissements. Il utilise simplement le marché boursier pour gagner plus d’argent.

Le bureau fédéral des impôts utilise cinq critères différents pour différencier les investisseurs privés des investisseurs professionnels:

  1. Les investisseurs privés doivent conserver les titres pendant au moins six mois avant de les vendre.
  2. Les gains en capital des investisseurs privés ne représentent pas plus de 50 % de leur revenu net.
  3. Le volume total des transactions (achats et ventes) d’un investisseur privé ne représente pas plus de cinq fois la valeur du portefeuille d’investissements au début de la période fiscale.
  4. Les investisseurs privés investissent avec leur propre argent, pas avec des prêts.
  5. Les investisseurs privés n’utilisent pas les produits dérivés (en particulier les options), sauf s’il s’agit de couvrir les risques sur leurs titres.

Si vous cochez tous ces critères en tant qu’investisseur privé, vos plus-values ne seront pas imposées. En revanche, si un investisseur ne coche pas toutes ces règles, il peut être considéré comme un investisseur professionnel. Lorsque vous ne respectez pas toutes les règles, les bureaux des impôts procèdent à un examen approfondi pour décider s’il s’agit d’investisseurs professionnels ou non. Mais un investisseur sera probablement un investisseur professionnel lorsqu’il cochera tous ces critères.

Pour les personnes qui ne cochent que certaines règles, il appartiendra à l’administration fiscale locale de décider s’il s’agit d’investisseurs professionnels. En pratique, vous devez enfreindre au moins deux de ces règles pour être considéré comme un investisseur professionnel.

Les bureaux fiscaux locaux utilisent ces critères comme des règles empiriques. Cela signifie que les bureaux des impôts peuvent utiliser leurs propres règles. Mais généralement, ils utilisent ces cinq règles ou un sous-ensemble de celles-ci. Les trois premières règles sont les plus importantes à cocher.

La troisième règle est simple à éviter : conservez vos titres et n’essayez pas d’anticiper le marché. Si vous investissez passivement dans quelques ETF, le volume total des transactions sera toujours bien inférieur à cinq fois la valeur de vos titres.

La première règle devrait également être simple. Si vous êtes un investisseur à long terme, par exemple en quête d’indépendance financière, vous voulez acheter vos actions avec l’intention de les revendre dans un très long délai. Vous ne devriez donc pas avoir de problème avec cette règle.

La deuxième règle n’est généralement pas mauvaise. Lorsque vous travaillez, vos revenus seront probablement beaucoup plus élevés que vos gains en capital. Par conséquent, vos gains en capital ne seront pas imposés.

Si vous ne correspondez pas à l’une de ces règles, cela ne signifie pas que vous serez considéré comme un investisseur professionnel. En définitive, c’est toujours un humain qui décidera de votre statut.

Par exemple, si vous avez détenu certains de vos titres pendant seulement cinq mois, mais que toutes les autres règles sont respectées, vous ne serez pas considéré comme un investisseur professionnel. Ou encore, si vous investissez plus de cinq fois votre portefeuille en un an mais ne générez que des gains en capital minimes, vous ne serez pas non plus considéré comme tel.

Il est également important de se rappeler que peu de personnes sont considérées comme des investisseurs professionnels en Suisse. Cela signifie que vous devez faire beaucoup de transactions pour être considéré comme tel. Je ne dis pas que vous ne devez pas être prudent. Mais je dis que les risques sont minimes tant que vous êtes un investisseur passif.

Étant donné que chaque canton peut contourner ces cinq règles, vous pouvez contacter le bureau des impôts de votre région si vous n’êtes pas sûr de votre statut.

Mais cela peut être différent si vous essayez de devenir financièrement indépendant et de vivre en dehors du marché boursier.

Les gens de FI sont-ils des investisseurs professionnels ?

Lorsque vous serez financièrement indépendant et retraité, vous n’aurez pas beaucoup de revenus. Vous pouvez même avoir un revenu nul pendant une longue période. Cela signifie que vous vivrez de vos gains en capital. Mais vous ne voulez pas qu’ils soient taxés.

Mais puisque vos gains en capital représentent plus de la moitié de vos revenus, devez-vous être considéré comme un investisseur professionnel ?

En théorie, vous pourriez, oui. Mais dans la pratique, vous n’aurez qu’un seul critère d’échec. Et d’une manière générale, les gens ne sont pas considérés comme des investisseurs professionnels uniquement en fonction d’un seul critère. Vous devez remplir plusieurs de ces critères pour que vos plus-values soient imposées. Là encore, vous pouvez contacter votre bureau d’imposition local si vous voulez en être sûr.

Et il y a aussi autre chose : les dividendes. Si vous investissez sur le marché boursier mondial, vous recevrez des dividendes. Les dividendes sont considérés comme des revenus. Donc, si vous vivez pour moitié de vos dividendes et pour moitié de vos plus-values, vous devriez vous en sortir.

En général, la plupart des FNB ont un taux de dividende d’environ 2 %. Comme la plupart des gens prennent leur retraite selon la règle des quatre pour cent, ils n’ont besoin que de 2 % des gains en capital. C’est un bon partage. Mais cela peut varier considérablement d’une année à l’autre, il faut donc être prudent.

Il s’agit d’un domaine dans lequel les ETF de distribution sont bien meilleurs que les ETF d’accumulation. Si vous ne possédez que des FNB d’accumulation, vous devrez en vendre davantage pour payer vos factures. Ainsi, vous générerez davantage de gains en capital. Le revenu réalisé est la raison pour laquelle je préfère les FNB de distribution aux FNB d’accumulation.

De plus, même si vous vendez chaque année 2 % de votre patrimoine net pour vivre, il ne s’agira pas entièrement de gains en capital. Une partie de l’argent que vous recevez est l’argent que vous avez payé pour acheter les actions. Mais à long terme, vous voulez des gains en capital, pas de l’argent investi. Mais cela réduira tout de même le risque d’avoir un revenu trop élevé provenant de gains en capital.

Lorsque vous serez à la retraite, un petit revenu vous aidera beaucoup à prendre votre retraite. Ainsi, si un flux de revenus couvre un quart de vos dépenses, vous n’avez besoin que des dividendes et des gains en capital pour les trois autres trimestres. Dans ce cas, il est improbable que vos gains en capital dépassent vos dividendes et les revenus annexes.

Et si vous utilisez un taux de retrait plus prudent, il sera encore plus facile d’avoir la moitié de vos revenus en dividendes.

Enfin, les gains en capital ont quelque chose de positif. Vous pouvez les contrôler. Cela signifie que vous décidez du moment où vous réalisez des gains en capital. Ainsi, sur la base de la répartition 50/50, vous pouvez contrôler le montant des plus-values que vous réalisez sans être considéré comme un investisseur professionnel. Bien sûr, ce n’est pas toujours possible. Si vous avez besoin de l’argent pour des dépenses essentielles, cela ne doit pas vous empêcher de vendre.

Compte tenu de tout cela, les préretraités en Suisse n’ont pas à s’inquiéter beaucoup de l’impôt sur les gains en capital. Si vous voulez en être sûr, contactez votre bureau des impôts local. Mais dans la pratique, il est extrêmement rare que des personnes soient classées comme investisseurs professionnels, à moins qu’elles ne soient des traders indépendants.

Conclusion

Nous pouvons supposer que les gains en capital ne seront pas imposés en Suisse. C’est une excellente chose car cela signifie qu’une grande partie de vos revenus ne sera pas imposée à la retraite.

Maintenant, nous devons encore faire attention à ne pas être qualifiés d’investisseurs professionnels. En effet, les investisseurs professionnels verront leurs plus-values imposées comme des revenus. Mais la plupart des règles sont simplement celles des investisseurs passifs à long terme (qui détiennent des titres pendant plus de six mois et n’effectuent pas beaucoup de transactions).

La seule chose qui pourrait arriver est d’être qualifié d’investisseur professionnel à la retraite, car nos gains en capital représentent plus de la moitié de nos revenus. Mais dans la pratique, cela ne devrait pas se produire. En effet, vous devriez également recevoir des dividendes. Et vous avez peut-être un revenu secondaire qui vous aidera dans ce domaine.

En outre, très peu de personnes sont considérées comme des investisseurs professionnels. À moins que vous n’effectuiez des opérations sur séance, que vous ne fassiez de nombreuses transactions ou que vous n’utilisiez des options pour négocier, vous ne devriez pas vous soucier beaucoup de votre statut d’investisseur.

Trop de gens s’inquiètent de l’impôt sur les plus-values. La plupart des gens ne devraient pas s’en préoccuper car ils n’entrent pas dans la catégorie des investisseurs professionnels. Nous espérons que cet article vous aidera à clarifier les gains en capital et les impôts en Suisse.

Si vous vous intéressez aux gains en capital, vous êtes probablement intéressé par les meilleurs courtiers pour les investisseurs suisses.

Si vous voulez plus d’informations sur les impôts, j’ai un article complet sur les impôts en Suisse. Par exemple, il ne faut pas oublier que notre patrimoine est taxé.

Les meilleurs services financiers pour votre argent!

Téléchargez cet e-book et optimisez vos finances et économisez de l'argent en utilisant les meilleurs services financiers disponibles en Suisse!

Télécharger l'e-book GRATUIT
Photo of Baptiste Wicht

Baptiste Wicht est l'auteur du blog thepoorswiss.com. En 2017, il s'est rendu compte qu'il était en train de tomber dans le piège de l'inflation de son mode de vie. Il a décidé de diminuer ses dépenses et d'augmenter ses revenus. Ce blog parle de son histoire et de ses trouvailles. En 2019, il épargne plus de 50% de ses revenus. Son but est de devenir financièrement indépendant. Vous pouvez envoyer un message à Monsieur The Poor Swiss.

Recommended reading

32 thoughts on “La vérité sur les gains en capital et les impôts en Suisse”

  1. Bjr, en Suisse les moins-values subies peuvent-elles être déduites sur les plus-values futures réalisées sur 10 ans comme c’est le cas en France ?

    article très intéressant.

    cdt

Laisser un commentaire

Your comment may not appear instantly since it has to go through moderation. Your email address will not be published. Les champs obligatoires sont indiqués avec *