La règle des 4% fonctionne-t-elle ces dernières années ?

Par Baptiste Wicht | Mis à jour: | Indépendance Financière

(Information: certains des liens ci-dessous peuvent être des liens d'affiliation)

En général, lorsque nous faisons des simulations de retraite, nous voulons remonter le plus d’années possible en arrière. Pour mes précédentes simulations de retraite, cela signifiait qu’il fallait utiliser environ 150 ans de données pour effectuer la simulation.

Cependant, il y a potentiellement un problème avec cette simulation. Et si nous n’étions plus dans la même situation maintenant ? Et si les chances de réussite de ces dernières années étaient sensiblement différentes de celles d’avant ?

J’ai pensé que ce serait une analyse intéressante de se concentrer sur les 50 dernières années au lieu de prendre les 150 années complètes de données. Par exemple, cela signifierait qu’il n’y aurait pas de Grande Dépression dans l’analyse.

Voyons donc si la règle des 4% aurait fonctionné au cours des 50 dernières années. Et, bien sûr, nous testons de nombreux autres taux de retrait !

C’est différent ?

Tout d’abord, essayons de comparer ces deux périodes :

  1. 1870 – 2018 : 150 ans de données
  2. 1968 – 2018 : 50 ans de données

Sont-ils vraiment différents ? De nombreux événements différents sont apparus au cours des deux périodes. Mais nous nous intéressons aux résultats du marché boursier et à ceux de l’inflation. Ces faits peuvent faire une grande différence si vous comptez sur la règle des 4% pour votre retraite. Ils feront la différence, quel que soit votre taux de prélèvement.

Rendement des actions

Examinons d’abord les actions.

Au cours des 150 dernières années, le rendement mensuel moyen des actions a été de 0,82 %. Au cours des 50 dernières années, les rendements mensuels moyens ont été de 0,88 %. Cela signifie que les rendements moyens ont augmenté au cours des 50 dernières années. Nous pouvons probablement expliquer cela par le fait que nous sommes au sommet d’un marché haussier très fort.

Au cours des 150 dernières années, il y a eu 690 mois négatifs. C’est 38,85% des mois. Au cours des 50 années précédentes, il n’y en a eu que 232, soit un taux légèrement inférieur de 37,90 %.

Au cours des 150 dernières années, le meilleur mois pour les actions a été avril 1933, avec des rendements de +42,89% ! En comparaison, le meilleur mois des 50 dernières années a été octobre 1974, avec seulement +16,77%. Les pics sont beaucoup plus faibles au cours des cinq décennies précédentes.

Le pire mois pour les actions au cours des 150 dernières années a été septembre 1931, avec -29,62% ! Au cours des 50 dernières années, c’était octobre 1987 avec -21,53% ! Là encore, les pics sont plus faibles au cours des dernières années.

Il est intéressant de noter qu’au cours des 50 dernières années, les rendements du mois le plus bas ont une valeur absolue supérieure à celle du meilleur mois.

Dans l’ensemble, les actions ont eu un rendement légèrement supérieur au cours des 50 dernières années et ont été légèrement moins volatiles.

Rendement des obligations

Nous pouvons également effectuer la même analyse sur les obligations.

Au cours des 150 dernières années, les obligations ont rapporté en moyenne 0,39% par mois. Mais au cours des cinq dernières décennies, ils ont rapporté en moyenne 0,62%. Les rendements moyens des obligations sont nettement plus élevés ces 50 dernières années ! Je suis surpris. Je pensais que les rendements des obligations avaient baissé. Mais ce n’est pas le cas.

Au cours des 150 dernières années, les obligations ont connu 594 mois négatifs (33,44%). Et au cours des 50 dernières années, il y en a eu 232, soit 37,90%. Nous pouvons constater que les obligations ont été nettement plus volatiles au cours des dernières décennies.

Au cours des deux périodes, le meilleur mois pour les obligations a été avril 1980, avec un rendement de 12,688%. C’est un rendement très élevé pour des obligations sur un seul mois ! Presque aussi élevé que le meilleur rendement des actions au cours des 50 dernières années (16,77 %).

Encore une fois, dans les deux périodes, le pire mois a été février 1980, avec un rendement de -7,91% ! C’est quand même beaucoup plus que ce que je pensais.

Les rendements des obligations ont donc augmenté. Cependant, ils sont également devenus plus volatils avec des mois plus négatifs.

Inflation

Enfin, nous pouvons également examiner les données relatives à l’inflation.

En moyenne, l’inflation mensuelle a été de 0,17 % au cours des 150 dernières années. Au cours des cinq dernières décennies, l’inflation mensuelle a été de 0,32 %. Elle a été très élevée ces derniers temps !

Le mois où l’inflation a été la plus élevée au cours des 150 dernières années est octobre 1902, avec 6,96 % ! C’est une inflation insensée pour un mois. En un seul mois, le coût de la vie a augmenté de près de 7 % ! Au cours des 50 dernières années, le pire mois a été août 1973, avec une inflation de 1,80 %.

Le mois où l’inflation a été la plus faible au cours des 150 dernières années est juin 1898, avec -6,50 %. Encore une fois, c’est un chiffre fou ! Au cours des 50 dernières années, l’inflation la plus faible en un mois a été enregistrée en novembre 2008.

Au cours des 150 dernières années, 379 mois ont été marqués par une inflation négative. Cela signifie qu’un mois sur cinq, les prix ont baissé. Mais au cours des 50 dernières années, seuls 47 mois ont été négatifs. Il n’est que de 7,67 %.

Ainsi, l’inflation a vraiment été plus élevée au cours des cinq dernières décennies.

Est-ce vraiment différent ?

Quand on considère tout, les choses ne sont pas totalement différentes entre ces deux périodes. Mais il existe encore quelques différences significatives.

Tout d’abord, la principale différence est l’inflation. En moyenne, l’inflation mensuelle a été presque deux fois plus élevée au cours de ces 50 dernières années qu’elle ne l’a été au cours des 150 dernières années. C’est important car une inflation plus élevée rend plus difficile une retraite anticipée.

En revanche, les obligations et les actions ont eu des rendements plus élevés. Ces rendements compensent la hausse de l’inflation. D’autre part, ils ont tous deux été plus volatils. Dans les deux cas, il y a eu plus de mois négatifs au cours des 50 dernières années qu’au cours des 150 dernières.

Mais ce qui est également très intéressant, c’est que la magnitude du pire et du meilleur mois est également plus faible. Les valeurs absolues sont plus faibles. C’est important car les mois avec -20% peuvent être extrêmement préjudiciables à votre retraite. C’est particulièrement vrai si vous retirez de l’argent tous les mois.

Maintenant que nous connaissons les différences entre ces périodes, il est temps d’effectuer quelques simulations de taux de retrait!

La simulation

Pour effectuer ces simulations de la règle des 4%, j’utilise les données relatives aux actions, aux obligations et à l’inflation des États-Unis de 1968 à 2018. Il s’agit des mêmes données que celles que j’ai utilisées pour plusieurs de mes simulations. Par exemple, je les ai utilisés pour rafraîchir les résultats de l’étude Trinity.

Si vous voulez plus de détails, je détaille les données sur mon post concernant mon calculateur FIRE basé sur mon outil et mes données. Le code source est également disponible !

Pour cette simulation particulière, j’utilise différents portefeuilles et différents taux de retrait. Dans toutes les simulations, j’utilise un rééquilibrage annuel. Si vous vous demandez pourquoi, jetez un coup d’œil aux simulations de rééquilibrage à la retraite.

Les résultats

Je fais la simulation pour différents nombres d’années de retraite. Je commencerai à 20 ans et terminerai à 40 ans de retraite. L’idéal serait de simuler avec plus d’années. Mais nous n’avons que 50 ans de données. Simuler pendant plus de 40 ans ne donnerait pas de résultats d’une quelconque qualité statistique.

Retraite de 20 ans

Voyons quelles étaient nos chances de réussir à maintenir notre portefeuille pendant 20 ans, au cours des 50 dernières années.

Chances de réussite pour une retraite de 20 ans au cours des dernières années (1968-2018)
Chances de réussite pour une retraite de 20 ans au cours des dernières années (1968-2018)

Comme vous pouvez le constater, les chances de réussite d’une telle retraite sont vraiment élevées. Même avec un retrait de 4,5 %, nous aurions des chances de réussite supérieures à 99 % ! Avec un taux de retrait de 5% et une quantité décente d’actions, les chances de succès sont encore supérieures à 95% !

La règle des 4% n’a jamais échoué au cours des 50 dernières années pour une retraite de 20 ans. C’est vraiment impressionnant !

Mais comment se compare-t-il aux résultats classiques ? Voyons les résultats avec l’ensemble de la période de données.

Chances de réussite pour une retraite de 20 ans au cours des 150 dernières années (1870-2018)
Chances de réussite pour une retraite de 20 ans au cours des 150 dernières années (1870-2018)

Nous pouvons directement voir que les deux graphiques sont très différents ! Je ne m’attendais pas à une telle différence lorsque j’ai commencé cette expérience.

Nous pouvons constater que pour tous les portefeuilles, les taux de réussite sont nettement plus élevés ces 50 dernières années. C’est particulièrement vrai pour les obligations. Les obligations d’un portefeuille ont enregistré de bien meilleures performances au cours des 50 dernières années qu’au cours des 150 dernières années.

Or, une retraite de 20 ans est une période très courte. La plupart des gens auront besoin de maintenir leurs dépenses pendant une période beaucoup plus longue. Voyons donc plus en détail ce qui se passe pour une retraite plus longue.

Retraite de 30 ans

Voyons quelles étaient nos chances de réussite pour une retraite de 30 ans au cours des 50 dernières années.

Chances de réussite pour une retraite de 30 ans au cours des dernières années (1968-2018)
Chances de réussite pour une retraite de 30 ans au cours des dernières années (1968-2018)

Comme nous nous y attendions, les chances de succès sont beaucoup plus faibles pour 30 ans que pour 20 ans. Mais tous nos portefeuilles font encore un très bon travail en utilisant la règle des 4%. Ce sont des taux de réussite très élevés !

Même pour un taux de retrait plus élevé, comme 4,5 %, les chances de réussite des portefeuilles comportant beaucoup d’actions sont d’environ 90 %. C’est un excellent résultat.

Même avec seulement 20 % d’actions, vous auriez encore des chances de réussir avec un taux de retrait de 4%.

Mettons les choses en perspective avec les résultats de l’ensemble de la période.

Chances de réussite pour une retraite de 30 ans au cours des 150 dernières années (1968-2018)
Chances de réussite pour une retraite de 30 ans au cours des 150 dernières années (1968-2018)

Lesdifférences entre les deux graphiques sont très importantes! L’impact sur les stocks n’est pas très significatif. Mais l’effet sur les obligations est extrêmement important.

Au cours des 150 dernières années, la règle des 4% aurait échoué avec un portefeuille comportant 20 % ou moins d’actions. Mais au cours des 50 dernières années, c’est tout à fait possible. Il montre que les rendements des obligations ont été exceptionnels au cours des cinq dernières décennies. Cette situation n’était pas la norme auparavant.

Mais même avec 40 % des actions, vous auriez quand même eu plus de 90% de chances de réussite avec la règle des 4%. Mais les gens qui utilisent autant d’obligations sont très conservateurs. Ils viseraient probablement plus de 95% et auraient besoin d’un taux de retrait de 3,5% dans ce cas.

Nous pouvons également observer un autre fait intéressant. Avec des taux de retrait élevés, les portefeuilles contenant beaucoup d’actions se sont légèrement mieux comportés au cours des 50 dernières années qu’au cours des 150 dernières années. La différence n’est pas énorme, mais elle reste significative. Si vous prévoyez un taux de retrait important, il s’agit d’un élément à prendre en considération.

Une retraite de 30 ans est déjà un excellent test pour la retraite. Mais nous pouvons voir ce qui se passe lorsque nous faisons le test pour une retraite de 40 ans.

Retraite de 40 ans

Tout d’abord, je dois souligner que 40 ans de simulation sur 50 ans n’est pas très pertinent. Cela signifie qu’il n’y a que dix années de départ possibles pour la simulation. Et la plupart des années qui se terminent se termineront par un marché haussier fort. La simulation sur 30 ans a beaucoup plus de valeur. Mais nous pouvons quand même voir ce qui se passerait avec 40 ans.

Voici les résultats pour une retraite de 40 ans :

Chances de réussite pour une retraite de 40 ans au cours des dernières années (1968-2018)
Chances de réussite pour une retraite de 40 ans au cours des dernières années (1968-2018)

La première chose que l’on peut constater est que 40 ans est le moment où les taux de retrait élevés cessent d’être efficaces. La plus grande chance de succès pour un taux de retrait de 4,5 % est d’environ 67 %. Dans ce cas, un taux de retrait compris entre 3,5% et 4% est le meilleur. Je dirais que cette fourchette est le point idéal pour la plupart des gens.

Avec la règle des 4%, pour avoir une chance décente (supérieure à 80 %) de réussir, vous aurez besoin d’au moins 60 % des actions pour maintenir votre style de vie. A 40 ans, c’est aussi là que trop peu d’actions ne joueront pas en votre faveur. Si vous voulez plus d’obligations, vous devrez obtenir un taux de retrait plus faible.

Maintenant, comparons avec les résultats sur l’ensemble de la période :

Chances de réussite pour une retraite de 40 ans au cours des 150 dernières années (1968-2018)
Chances de réussite pour une retraite de 40 ans au cours des 150 dernières années (1968-2018)

Nous pouvons observer deux choses principales ici.

Tout d’abord, la performance avec 40 % d’obligations et plus est pire qu’au cours des 50 dernières années. C’est logique puisque les rendements des obligations ont été beaucoup plus élevés récemment. Même avec la règle des 4%, il vous faudrait au moins 60 % d’actions pour soutenir vos dépenses.

Deuxièmement, la performance avec une allocation élevée d’actions est significativement meilleure qu’au cours des cinq dernières décennies. Ce point s’explique principalement par une inflation plus élevée au cours des 50 dernières années. Elle peut aussi probablement s’expliquer par un mauvais départ dans le temps entre 1968 et 1978.

Au cours des 150 dernières années, il faudrait au moins 60 % des actions pour utiliser la règle des 4%. C’est un fait important à savoir ! La règle des 4 pour cent ne fonctionne pas pour tous les portefeuilles! C’est la raison pour laquelle plusieurs personnes l’appellent la règle des 4 pour cent.

Étant donné que nous ne disposons que de 50 ans de données, il n’est pas judicieux de faire une simulation sur plus de 40 ans. C’est la mise en garde la plus importante ou la réduction de la période de simulation.

Résumé des résultats

Nous pouvons tirer plusieurs conclusions intéressantes de ces résultats.

En moyenne, les chances de réussite à la retraite sont plus élevées au cours des cinq dernières décennies qu’au cours des quinze dernières. C’est particulièrement vrai pour les portefeuilles ayant une grande part d’obligations.

En revanche, pour une très longue retraite, les chances de succès des portefeuilles comportant des allocations importantes en actions ont été légèrement inférieures.

En ce qui concerne la règle des 4%, elle a très bien fonctionné au cours des 50 dernières années. Même pour une longue retraite, un taux de retrait de 4% aurait été suffisant. La seule fois où la règle échoue est lorsque vous avez moins de 40% d’actions. Si vous prévoyez d’avoir 60 % ou plus d’obligations dans votre portefeuille, vous devriez probablement opter pour un taux de retrait de 3,75 %.

Pour la plupart des portefeuilles, la zone de sécurité se situe entre 3,5% et 4% de taux de retrait. Je ne pense pas qu’il soit judicieux de descendre en dessous de 3,5 %. Vous vous retrouverez avec une somme d’argent importante à votre décès. Et vous devrez accumuler trop d’argent pour devenir financièrement indépendant.

Conclusion

Pour répondre à la question de cet article : La règle des 4% a très bien fonctionné au cours des 50 dernières années !

Les 50 dernières années sont sensiblement différentes de la période des 150 dernières années. L’inflation a été nettement plus élevée. De même, les rendements des obligations ont été plus élevés. C’est logique puisque ces deux éléments sont corrélés. En outre, les rendements ont été moins volatils.

Une fois la simulation effectuée, nous pouvons constater plusieurs différences au cours de ces deux périodes. Au cours des 50 dernières années, les portefeuilles comportant un grand nombre d’obligations ont enregistré de bien meilleures performances. En revanche, les portefeuilles comportant une très forte proportion d’actions ont enregistré des performances légèrement inférieures. Globalement, si vous avez des obligations dans votre portefeuille, les chances de réussite sont meilleures au cours des 50 dernières années que des 150 dernières années.

Maintenant, nous devons garder à l’esprit que 50 ans est une période relativement courte. Les simulations s’améliorent avec les données dont elles disposent. De plus, cela ne nous permet pas de simuler la retraite de plus de 40 ans. Il est essentiel d’en prendre conscience. C’est la principale raison pour laquelle les gens simulent toute la période.

Enfin, il ne s’agit que de simulations ! Rien ne nous dit que les 50 prochaines années ressembleront aux 50 dernières. Peut-être que ça le fera. Peut-être que ce ne sera pas le cas. Il n’y a aucun moyen de le savoir. Cela pourrait changer radicalement. Mais cela reste une information très précieuse.

En voyant ces résultats, je suis encore plus convaincu que la règle des 4% est solide! De plus, cela renforce encore mon sentiment que les taux de retrait inférieurs à 3,5 % sont trop conservateurs.

Avant, je prévoyais un taux de retrait de 3,5 %. Maintenant, je pense que je vais plutôt viser un taux de 3,75%. Cela signifierait que je dois économiser 114 000 CHF de moins que ce que j’avais prévu. Je vais reconsidérer cela, bien sûr. Mais je pense qu’il s’agit d’un taux de retrait raisonnable avec une allocation substantielle en actions.

Si vous voulez plus de simulations, j’ai récemment simulé des scénarios de retraite dans un environnement à faible rendement.

Que pensez-vous de cela ? Pensez-vous qu’il est plus difficile de prendre sa retraite au cours des 50 dernières années ? Pensez-vous que la règle des 4% fonctionnera toujours ?

Monsieur The Poor Swiss est l'auteur du blog thepoorswiss.com. En 2017, il s'est rendu compte qu'il était en train de tomber dans le piège de l'inflation de son mode de vie. Il a décidé de diminuer ses dépenses et d'augmenter ses revenus. Ce blog parle de son histoire et de ses trouvailles. En 2019, il épargne plus de 50% de ses revenus. Son but est de devenir financièrement indépendant. Vous pouvez envoyer un message à Monsieur The Poor Swiss.

Laisser un commentaire

Your comment may not appear instantly since it has to go through moderation. Your email address will not be published. Les champs obligatoires sont indiqués avec *