Devriez-vous avoir un biais domestique dans votre portefeuille en 2022?

Par Baptiste Wicht | Mis à jour: | Investir

(Information: certains des liens ci-dessous peuvent être des liens d'affiliation)

De nombreuses personnes ont un biais domestique dans leur portefeuille d’investissement. Ces investisseurs allouent une grande partie de leur portefeuille aux actions nationales. Et cette part n’est pas basée sur la taille de leur marché boursier local. Mais tous les investisseurs ne sont pas d’accord sur cette stratégie. Et certaines personnes ne savent pas ce qu’est un biais domestique.

Ainsi, dans cet article, je réponds à la question de savoir si les investisseurs doivent avoir un biais domestique dans leurs portefeuilles. Nous examinons également les recherches existantes sur le sujet.

Biais domestique en rinvestissement

Commençons donc par le début : qu’est-ce qu’un biais domestique en matière d’investissement ?

Vous avez un biais domestique lorsque vous consacrez une grande partie de votre portefeuille aux actions de votre pays d’origine. Par exemple, vous pouvez dire que vous allouez 25 % de votre portefeuille à des actions suisses si vous vivez en Suisse.

Une chose importante est que votre biais domestique ne doit pas nécessairement se trouver dans le pays où vous vivez actuellement. Si vous envisagez de prendre votre retraite dans un autre pays, votre préférence devrait aller vers cet autre pays. Par exemple, si vous vivez actuellement en Suisse mais que vous souhaitez prendre votre retraite en Angleterre, vous voudrez peut-être avoir des actions anglaises comme biais d’origine.

En général, les gens devraient investir de manière diversifiée. Si vous croyez en l’efficacité du marché, vous voulez investir en fonction des valorisations boursières. Ainsi, si votre pays représente 10 % de l’ensemble du marché boursier, vous devez investir 10 % de votre portefeuille dans les actions de votre pays.

Ainsi, si vous investissez plus de 10 % dans les actions de votre pays, vous avez un biais (parfois appelé inclinaison) en faveur de ce pays. Ce biais ciblé est votre biais domestique.

Prenons l’exemple de la Suisse. La Suisse représente environ 3 % du marché boursier mondial. J’alloue 20% de mon portefeuille aux actions suisses. J’ai donc un biais domestique pour la Suisse.

Avantages du biais domestique

L’ajout d’un biais domestique à votre portefeuille présente deux avantages.

Le premier avantage est que si quelque chose va mal dans d’autres parties du monde, cela pourrait réduire la volatilité de votre portefeuille. Un biais dans le pays d’origine pourrait vous aider grandement si vous avez besoin d’argent en cette période de difficultés.

Ce premier avantage est également utile pour les devises. Si votre biais est en CHF et que l’USD perd beaucoup de valeur, vos actions en CHF seront à l’abri de cette dévaluation. Là encore, cette protection peut vous aider si vous devez vendre au mauvais moment.

La recherche a montré qu’un biais domestique raisonnable (inférieur à 40%) pouvait réduire la volatilité de la monnaie locale. Si vous souhaitez prendre votre retraite en retirant votre portefeuille, il est essentiel de tenir compte de la volatilité.

Le deuxième avantage est que vous en savez plus sur ce dans quoi vous investissez. Les investisseurs en savent probablement beaucoup plus sur les entreprises de leur propre pays. Et les investisseurs sont plus enclins à investir dans ce qu’ils connaissent. Donc, si vous avez besoin d’un biais domestique pour commencer à investir, alors vous devriez en avoir un, par tous les moyens.

Le biais domestique nuit à votre diversification

Or, un biais domestique présente aussi quelques inconvénients.

Comme il s’agit d’un biais, il nuit à votre diversification et à vos rendements. Maintenant, cela dépend fortement de votre partialité. La diversification est essentielle pour réduire la volatilité en répartissant votre investissement sur plusieurs pays et différents types d’entreprises. Avec une bonne diversification, vous aurez moins de risques qu’un événement survenant dans un pays ruine votre portefeuille.

La mesure dans laquelle un tel biais nuit à votre diversification dépend de sa taille. Par exemple, si votre biais domestique représente 80 % de votre portefeuille, vous perdez beaucoup en diversification. En revanche, si elle n’est que de 20 %, elle peut vous aider en cas de besoin, et l’impact sur la diversification n’est peut-être pas si élevé.

Si la diversification est excellente, elle souffre également de rendements décroissants. Lorsque votre portefeuille contient 60 % d’actions étrangères, les avantages d’une plus grande diversification diminuent. Ainsi, passer de 60 à 70 % de diversification a moins d’impact que passer de 10 à 20 %. Des recherches menées par Vanguard ont confirmé ces résultats.

Par conséquent, si vous maintenez votre biais domestique à un niveau raisonnable, vous ne paierez pas un prix plus élevé en matière de diversification.

Le biais domestique peut être réalisé avec des devises

Dans la pratique, il est peu probable qu’un événement mondial n’ait pas d’incidence sur vos actions nationales. D’autre part, un événement monétaire important dans certains pays pourrait épargner votre monnaie nationale si elle est forte.

Ainsi, dans certains cas, il n’est pas nécessaire que ce soit dans le même pays que votre biais domestique, mais il faut que ce soit dans la même devise. Si vous envisagez de prendre votre retraite en France, vous pourriez avoir un biais domestique avec des actions européennes en euros. Bien entendu, si vous envisagez de prendre votre retraite en Suisse, vous serez limité aux actions suisses, qui sont les seules à être libellées en francs suisses.

Mais il n’est pas nécessaire d’investir dans des actions suisses pour obtenir des francs suisses sur le marché boursier. Vous pourriez obtenir de l’argent liquide, mais il perdrait de sa valeur à cause de l’inflation.

Une autre solution consisterait à couvrir les actions étrangères dans votre devise locale. Avec cette technique, vous ne perdrez pas en diversification étrangère. Et vous bénéficiez toujours des avantages d’une protection des actions contre les variations des autres devises.

Maintenant, il y a quelques inconvénients à la couverture des devises. Cela pourrait être plus coûteux à long terme. Et aucune donnée concluante ne montre que la couverture de change permet d’obtenir de meilleures performances. De plus, la couverture des devises réduira votre diversification des devises.

Néanmoins, la couverture du risque de change au lieu d’un biais purement national pourrait être une bonne solution pour de nombreux investisseurs s’ils sont plus préoccupés par les fluctuations des devises que par les événements locaux.

Un biais domestique en ETF pourrait être moins cher

Dans certains cas, un investisseur peut économiser de l’argent en ajoutant un ETF de biais domestique dans son portefeuille.

Dans certains pays, il est plus efficace d’investir dans des actions nationales que dans des actions étrangères. Dans ce cas, le fait d’avoir un biais domestique réduira vos frais généraux. Et comme nous avons vu que les frais d’investissement étaient très importants, le fait de le faire peut contribuer à votre rendement global.

Ce n’est pas le cas dans tous les pays. Par exemple, en Suisse, les actions suisses ne sont pas moins taxées que les actions étrangères. D’autre part, les ETF d’actions suisses ont généralement des ratios de dépenses totales (TER) plus élevés que les ETF d’actions étrangères. Et la Bourse suisse elle-même est beaucoup plus chère que les Bourses américaines.

Mais il y a un point sur lequel ils diffèrent : les frais de change. Lorsque vous achetez un FNB américain, vous avez besoin de dollars. Si le dollar n’est pas votre monnaie de base, vous devrez acheter des dollars avec votre monnaie locale. Les conversions de devises ne sont pas gratuites. Si vous avez un bon courtier comme Interactive Brokers, ces transactions ne seront pas coûteuses. Mais pour de nombreux autres courtiers, comme DEGIRO, la conversion des devises peut être coûteuse. Cela ajoute donc des frais que l’achat d’actions suisses n’entraîne pas.

Considérez la situation dans son ensemble

L’un des problèmes du biais domestique est que de nombreux investisseurs ne parviennent pas à considérer l’ensemble du tableau.

Si vous avez un biais domestique dans votre portefeuille d’investissement principal mais que vous avez beaucoup d’actions domestiques dans vos comptes de retraite, il est probable que votre biais soit trop important. Comme nous l’avons vu précédemment, un biais domestique trop important nuit à la diversification. À son tour, une diversification moindre réduira vos rendements et augmentera la volatilité de votre portefeuille.

Vous devez donc prendre en compte l’ensemble de votre fortune nette et décider de la part de biais du pays d’origine que vous souhaitez dans ce fortune nette. Vous ne devez pas considérer uniquement votre portefeuille d’investissement. Il est toujours essentiel d’avoir une bonne vision de l’endroit où vous vous trouvez et de vos actifs.

Par exemple, en Suisse, vous devez également tenir compte de vos deuxième et troisième piliers. Vous avez probablement plus d’actions suisses que vous ne le pensez. Il est toujours bon que votre allocation d’actifs représente la totalité de vos actifs, et non une petite partie de ceux-ci.

Combien de biais domestique?

Pour comprendre ce que font les investisseurs, nous pouvons examiner l’importance du biais lié au pays d’origine que les investisseurs de différents pays ont dans leurs portefeuilles.

J’ai trouvé les résultats pour cinq pays dans un document de recherche de Vanguard.

Biais domestique par pays (Source : Vanguard)
Biais domestique par pays (Source : Vanguard)

Comme nous pouvons le constater, la plupart des investisseurs ont un fort penchant pour les actions nationales. L’exemple le plus extrême est celui de l’Australie, où le marché boursier national ne représente que 2,4 % du marché mondial, et où les investisseurs australiens sont alloués à 66,5 % aux actions nationales.

Aux États-Unis, les investisseurs ont une préférence marquée pour les actions nationales. D’autre part, le marché boursier américain représente la moitié du marché boursier mondial. Ces investisseurs se font donc moins de mal que les investisseurs australiens.

Au Royaume-Uni, les résultats sont meilleurs. En moyenne, les investisseurs anglais ont 26,3 % d’actions nationales. Ainsi, les investisseurs anglais font un meilleur travail de diversification que la plupart des autres.

J’ai également trouvé des résultats intéressants de Vanguard pour la Suisse. Voici ce que les investisseurs suisses ont dans leur portefeuille :

  • 43,79% des actions suisses
  • 36,97% des actions européennes
  • 19,24% des autres actions

Deux choses sont intéressantes dans ces résultats pour les investisseurs suisses. Premièrement, les investisseurs suisses ont un fort penchant pour leur pays d’origine. Ils allouent plus de 43% aux actions nationales. En outre, les investisseurs suisses ont un second penchant pour les actions européennes.

Globalement, les investisseurs suisses sont investis à plus de 80% dans des actions européennes et suisses. Toutefois, ces actions ne représentent qu’environ 25 % du marché boursier mondial. Cela signifie que les investisseurs suisses ont un penchant européen extrême.

Ces résultats sont fascinants. Je ne pensais pas que les investisseurs suisses avaient un tel biais. Je ne recommanderais pas un biais aussi élevé en faveur des actions suisses ou européennes. Si vous souhaitez avoir les deux biais dans votre portefeuille, vous pouvez placer 20 % dans chacun d’eux et garder 60 % de votre portefeuille entièrement diversifié au niveau mondial. Mais je préfère n’avoir qu’un seul biais Suisse.

Conclusion

Bien qu’il s’agisse d’un biais, je continue de penser qu’un biais domestique a du sens. Cependant, il n’est pas strictement nécessaire, et il ne doit pas être trop grand. Un biais domestique de 10 à 40 % peut vous aider à investir et à vous protéger contre certains événements étrangers. Mais un biais domestique plus important nuira à votre diversification.

J’aime avoir un biais domestique dans mon portefeuille. Actuellement, je souhaite avoir au moins 20% d’actions suisses en francs suisses dans mon portefeuille. Comme je considère mon allocation sur l’ensemble de ma fortune nette, mon allocation dans le Swiss Stocks ETF peut être inférieure. Mais globalement, j’essaie de m’en tenir à ces 20 %. Je veux avoir un tel biais en francs suisses pour me couvrir contre la déflation des devises étrangères.

Si vous ne savez pas quoi faire de votre biais domestique, je vous recommande d’ajouter un petit biais domestique à votre portefeuille. Ce faisant, vous réduirez probablement la volatilité de votre portefeuille. Et cela pourrait vous aider si vous devez vendre lorsque le moment est mal choisi pour les actions étrangères.

Continuez à en apprendre davantage sur les portefeuilles en lisant des articles sur la couverture des devises et sur l’opportunité de l’utiliser dans votre portefeuille.

Et vous ? Avez-vous un biais domestique dans votre portefeuille ?

Monsieur The Poor Swiss est l'auteur du blog thepoorswiss.com. En 2017, il s'est rendu compte qu'il était en train de tomber dans le piège de l'inflation de son mode de vie. Il a décidé de diminuer ses dépenses et d'augmenter ses revenus. Ce blog parle de son histoire et de ses trouvailles. En 2019, il épargne plus de 50% de ses revenus. Son but est de devenir financièrement indépendant. Vous pouvez envoyer un message à Monsieur The Poor Swiss.

Laisser un commentaire

Your comment may not appear instantly since it has to go through moderation. Your email address will not be published. Les champs obligatoires sont indiqués avec *