Devriez-vous utiliser la couverture de change dans votre portefeuille ?

Par Baptiste Wicht | Mis à jour: | Investir

(Information: certains des liens ci-dessous peuvent être des liens d'affiliation)

La couverture de change est une technique qui vise à réduire le risque de change lors d’un investissement dans des actions étrangères. En pratique, cela semble génial, mais cela présente plusieurs inconvénients que beaucoup de gens ignorent.

Alors, les investisseurs doivent-ils utiliser des FNB couverts contre le risque de change ? Ou doivent-ils s’en tenir aux FNB standard non couverts ?

Couverture des risques de change

Tout d’abord, commençons par ce qu’est la couverture de change. Vous trouverez parfois ce terme sous le nom de couverture du risque de change ou couverture Forex. Ces trois termes sont la même chose.

Lorsque votre devise de base est différente de la devise dans laquelle vous investissez, vous prenez un risque de change supplémentaire. Par exemple, un investisseur suisse a son argent en CHF, mais il est probable qu’il investira une partie importante de son argent en USD. Ainsi, si l’USD perd de la valeur par rapport au franc suisse, le portefeuille perdra également de la valeur. Bien entendu, il est également possible que le dollar américain prenne de la valeur, auquel cas le portefeuille prend également de la valeur.

Par exemple, vous investissez dans l’indice S&P 500 en USD, et votre devise de base est le CHF. Si l’indice gagne 10 %, mais que l’USD perd 10 % de sa valeur par rapport au CHF, vous n’aurez aucun rendement. En revanche, si l’USD gagne 10% par rapport au CHF pendant la même période, vous aurez un rendement de 21% ! Ainsi, avec le risque de change, vous pouvez obtenir des rendements positifs ou négatifs.

Certaines personnes ne veulent pas prendre ce risque supplémentaire. Pour éviter le risque de change, les investisseurs peuvent utiliser la couverture de change. L’idée est de garantir que les fluctuations des taux de change n’auront pas d’impact négatif sur la performance d’un investissement.

Il y a deux façons principales de réaliser une couverture de change :

  1. Contrats à terme. Ces contrats verrouillent le taux de change pour l’avenir.
  2. Options. Ces options fixent les taux de change auxquels un échange de devises peut être effectué à l’avenir. L’option ne doit pas être exercée.

Il existe d’autres moyens, mais les contrats à terme et les options sont les principaux moyens utilisés par les gestionnaires d’actifs pour la couverture des devises.

Dans cet article, je vais me concentrer sur la couverture dans un portefeuille. Cette forme de couverture est appelée couverture à long terme.

Certaines personnes utilisent le hedging pour parier sur les devises. Mais cette stratégie est une stratégie de gestion active, et je ne veux pas m’y attarder. Je vais parler des investisseurs passifs qui utilisent des ETF indiciels (ou des fonds communs de placement) dans leurs portefeuilles et de la question de savoir si les investisseurs doivent utiliser la couverture de change ou non.

Les FNB liés à la monnaie

En pratique, vous ne voulez pas couvrir vous-même les devises ! La couverture avec des contrats ou des options (ou d’autres techniques) est trop avancée et n’est pas quelque chose que vous voulez faire vous-même. Au lieu de cela, vous pouvez utiliser des fonds négociables en bourse (FNB) couverts contre le risque de change.

Un grand nombre de ces FNB sont également disponibles en tant que FNB couverts en devises. Par exemple, vous pourriez obtenir un ETF du marché boursier américain, couvert en francs suisses.

Les FNB axés sur les devises utilisent généralement des contrats à terme pour éliminer les risques de change. Le gestionnaire d’actifs prendra un contrat à terme pour la valeur des actifs de l’ETF.

Avec ces contrats, si la devise couverte prend de la valeur, les contrats à terme prendront de la valeur. Ce gain annulera la perte de valeur des investissements eux-mêmes. Au contraire, si votre devise perd de la valeur, les contrats à terme perdront également de la valeur, ce qui annulera l’augmentation de la valeur des investissements.

Ainsi, dans les deux cas, les fluctuations monétaires sont annulées par les contrats à terme.

En pratique, cela semble parfait. Mais il y a de nombreux points que les gens ignorent et que nous devons prendre en considération.

Le blanchiment d’argent n’est pas parfait

Sur le papier, un FNB couvert contre le risque de change devrait toujours annuler les fluctuations des devises. Mais ce n’est pas tout à fait vrai dans la pratique. Personne ne peut couvrir parfaitement le risque de change.

Commençons par le premier problème. Lorsque le contrat à terme débute, il couvre la valeur actuelle du fonds. Par exemple, si les actifs valent 1 milliard de dollars, le contrat à terme sera conclu pour 1 milliard de dollars. Mais à l’expiration du contrat, les actifs pourraient valoir 1,1 milliard de dollars. Dans ce cas, le contrat à terme ne couvrirait pas la totalité des actifs du fonds. Par conséquent, il n’annule pas la totalité de l’impact des fluctuations monétaires.

Le deuxième problème est une question de timing. Un contrat à terme a une durée. Si un FNB couvert en devises prend des contrats mensuels, il sera moins précis que s’il prenait des contrats quotidiens. Toutefois, les contrats journaliers seraient plus coûteux.

Dans la pratique, cela peut faire une différence significative. En un an, on a observé plusieurs cas où la performance d’un fonds s’écartait de plus de 1% de l’indice qu’il suivait en raison de l’imprécision des contrats mensuels.

Pour les gestionnaires de fonds, la fréquence des contrats à terme sera choisie en fonction d’un équilibre entre précision et coûts.

Le blanchiment d’argent n’est pas gratuit

Une couverture de change est une forme d’assurance contre le risque de change. Et aucune assurance n’est gratuite. La couverture de change ne fait pas exception. La couverture du risque de change a un coût.

Le premier coût est le spread de la paire de devises. Lorsque vous convertissez des devises, vous payez un prix différent lorsque vous vendez et achetez. La différence entre ces deux prix est le spread.

En raison de cet écart, les FNB couverts contre le risque de change ne sont disponibles que pour les principales devises. En pratique, le spread des devises exotiques serait trop élevé pour une couverture.

Le deuxième coût est simplement le coût des transactions. Vous devez payer pour conclure des contrats d’expédition.

Le dernier coût est le différentiel de taux à court terme. Il s’agit de la différence entre les taux d’intérêt à court terme entre la devise couverte et la devise non couverte. Lorsque vous couvrez une devise étrangère, vous payez le taux d’intérêt étranger et vous recevez le taux d’intérêt national. Ainsi, la différence entre ces deux taux entraînera un coût. Mais ce coût peut parfois être négatif, ce qui peut donc constituer un retour pour vous.

En général, les FNB couverts contre le risque de change ajoutent ces coûts à leur ratio des frais totaux (RFT). Ainsi, les FNB couverts contre le risque de change sont généralement plus chers que leurs homologues non couverts. En général, ils incluent le spread et les coûts de transaction dans le TFE. Mais le différentiel de taux d’intérêt n’est généralement pas inclus.

Le coût total de la couverture du risque de change peut varier considérablement. Pour les couvertures en EUR et en USD, les coûts ont varié entre -3% et +2% au cours des 20 dernières années. Ils ne sont donc pas négligeables.

Les frais d’investissement sont importants à long terme. Il est fondamental de réduire vos frais d’investissement.

La couverture de change réduit votre diversification

La diversification est une bonne chose ! La diversification réduira la volatilité de votre portefeuille et augmentera vos rendements moyens. La diversification est le seul repas gratuit en matière d’investissement.

La diversification mondiale est la meilleure forme de diversification. Mais la diversification des devises est aussi une bonne forme de diversification. Ainsi, lorsque vous utilisez des FNB couverts contre le risque de change, vous réduisez les avantages de la diversification.

Aucune preuve pour ou contre la couverture

Lorsque je dois choisir entre deux choses, j’aime regarder les recherches concernant ce choix.

En ce qui concerne la couverture du risque de change, de nombreuses recherches ont été menées pour évaluer s’il est avantageux de se couvrir ou non. Mais, dans l’ensemble, cette recherche n’est pas concluante.

Il n’y a pas de preuve substantielle que la couverture de change augmente vos rendements. Mais il n’y a pas non plus de preuves dans l’autre sens. Nous ne pouvons donc pas affirmer que les FNB couverts contre le risque de change produiront de moins bons résultats que les FNB non couverts.

La couverture de change protège votre pouvoir d’achat local

Si vous savez où vous allez dépenser votre argent investi, il peut être judicieux de couvrir vos actifs.

Si vous êtes un investisseur suisse, vous dépenserez probablement des CHF. Ainsi, si le CHF devient trop fort par rapport aux autres monnaies, vos investissements étrangers (en USD, par exemple) peuvent perdre leur valeur en CHF. Dans ce cas, pour réduire la volatilité de vos investissements, vous pourriez couvrir une partie de votre portefeuille pour réduire ce risque.

Comme nous l’avons vu dans la section précédente, rien ne prouve que vous améliorerez vos rendements sur le long terme. Mais vous vous protégerez contre les variations. N’oubliez pas que la couverture du risque de change n’est pas parfaite. Il ne vous protégera pas entièrement.

Mais, à long terme, vous ne vous souciez pas tant de la volatilité. Avec un horizon à long terme, les investisseurs se concentrent davantage sur les rendements moyens que sur la volatilité.

Mais si vous avez besoin d’une couverture pour dormir la nuit, allez-y ! Comme nous l’avons déjà dit, rien ne prouve que les rendements soient moins bons que ceux des produits non couverts.

Ne pas trop se couvrir

Si vous décidez d’opter pour la couverture, vous ne devez pas couvrir l’ensemble de votre portefeuille.

Les investisseurs professionnels s’accordent généralement à dire que les investisseurs ne devraient pas couvrir plus de la moitié de leurs portefeuilles. Si vous vous couvrez trop, vous perdrez les avantages de la diversification des devises.

Le fait de détenir la moitié de votre portefeuille dans des FNB couverts contre le risque de change sera plus que suffisant pour faire face à la volatilité des devises à court terme.

Conclusion

Comme vous pouvez le constater, la couverture de change n’est pas un concept facile. Son objectif est très clair : éliminer les risques de change.

Dans la pratique, la couverture de change n’élimine pas les risques de change car elle n’est pas parfaite. Mais il les réduira. Et cela entraîne des coûts. Mais le plus important en matière de couverture, c’est qu’il n’existe aucune recherche concluante qui démontre qu’elle augmente les rendements à long terme. Mais il n’y a pas non plus de recherche définitive dans la direction opposée. Cependant, la couverture réduira votre diversification dans les devises mondiales.

Par conséquent, si vous décidez d’utiliser des FNB couverts contre le risque de change dans votre portefeuille, veillez à ne pas couvrir l’ensemble de votre portefeuille. En règle générale, les investisseurs ne devraient pas couvrir plus de 50 % de leur portefeuille. Et n’oubliez pas que les FNB couverts contre le risque de change sont généralement plus chers.

Mais, si vous ne voulez pas vous couvrir, c’est tout à fait possible. Étant donné qu’il n’existe aucune preuve de couverture, je ne recommande pas aux investisseurs de se couvrir. Pour moi, à long terme, cela n’a pas de sens de se couvrir contre le risque de change. Mon portefeuille n’est actuellement pas couvert, et je ne prévois pas de le faire à l’avenir.

Si vous voulez en savoir plus sur les portefeuilles, lisez comment concevoir votre propre portefeuille ETF.

Monsieur The Poor Swiss est l'auteur du blog thepoorswiss.com. En 2017, il s'est rendu compte qu'il était en train de tomber dans le piège de l'inflation de son mode de vie. Il a décidé de diminuer ses dépenses et d'augmenter ses revenus. Ce blog parle de son histoire et de ses trouvailles. En 2019, il épargne plus de 50% de ses revenus. Son but est de devenir financièrement indépendant. Vous pouvez envoyer un message à Monsieur The Poor Swiss.

Laisser un commentaire

Your comment may not appear instantly since it has to go through moderation. Your email address will not be published. Les champs obligatoires sont indiqués avec *