À quelle fréquence faut-il retirer de l’argent de son portefeuille ?

Par Baptiste Wicht | Mis à jour: | Indépendance Financière

(Information: certains des liens ci-dessous peuvent être des liens d'affiliation)

J’ai récemment effectué des simulations sur la fréquence à laquelle vous devez investir pour maximiser vos gains. Et j’ai pensé qu’il serait également intéressant de simuler la fréquence à laquelle nous devrions retirer de l’argent du portefeuille pendant la retraite.

Si vous êtes à la retraite et vivez de votre portefeuille, vous devrez retirer de l’argent du portefeuille pour payer vos dépenses. Vous devez vendre des actions et utiliser le produit de la vente pour vivre.

Mais à quelle fréquence devez-vous le faire ? Est-ce vraiment important (indice : oui !)? C’est ce que nous voyons dans cet article. J’utilise l’historique pour simuler différentes fréquences de retrait pour différents taux de retrait sécurisés.

Fréquence des retraits

Je suppose que vous connaissez l’étude Trinity et que vous savez comment prendre votre retraite en fonction de votre portefeuille. Sinon, vous devriez lire l’article précédent et revenir ici.

Lorsque vous vivrez de votre portefeuille en fonction de votre taux de retrait sécurisé, vous vendrez vos actions en bourse et vivrez de cet argent.

Il existe deux grandes stratégies de retrait :

  1. Vendez suffisamment d’actions au début de l’année pour couvrir les dépenses d’une année entière.
  2. Vendez suffisamment d’actions au début de chaque mois pour payer vos factures mensuelles.

Les personnes qui effectuent des retraits annuels font valoir que cette façon de faire est plus sûre contre les grands mouvements du marché boursier pendant la période de retrait, puisque l’argent est hors du marché. Les personnes qui effectuent des retraits mensuels font valoir que cette façon de faire est plus efficace puisqu’elles gardent leur argent sur le marché boursier aussi longtemps que possible.

Alors, qui a raison ? C’est ce que nous allons découvrir.

Simulations

Je vais effectuer des simulations basées sur l’étude Trinity avec différents taux de retrait et différentes fréquences de retrait. Pour cela, j’utilise les données du marché boursier américain de 1871 à 2020. Les retraits tiennent également compte des données historiques de l’inflation de l’IPC américain. Dans toutes mes simulations, je suppose un TFE de 0,1 % par an.

J’utilise mon outil pour faire ces simulations. Si vous êtes intéressé par l’outil et les données, vous pouvez consulter mon article sur l’étude Trinity mise à jour.

Le résultat de la simulation est le taux de réussite. Le succès est simplement défini comme le fait de ne pas manquer d’argent avant la fin de la simulation. Si vous vous retrouvez avec 1 CHF à la fin de la simulation, c’est quand même un succès. Et le taux de réussite est le nombre de simulations réussies dans le laps de temps donné par rapport au nombre total de simulations.

Fait amusant : j’ai effectué plusieurs millions de simulations pour cet article !

Retraite de 20 ans

Partons d’une période de retraite de 20 ans. Votre retraite est réussie si vous avez encore de l’argent après vingt ans. J’utilise un taux de retrait de 4 % pour cette simulation.

Voici les taux de réussite pour différentes fréquences de retrait et différents portefeuilles :

Différences de fréquence des retraits - 20 ans - taux de retrait de 4 %.
Différences de fréquence des retraits – 20 ans – taux de retrait de 4 %.

Sur 20 ans, ces simulations ne sont pas très intéressantes. En gros, vous avez de très grandes chances de réussir. Vous pourriez en fait utiliser un taux de retrait plus élevé et vous en sortir. Mais nous parlons surtout de retraite anticipée, donc 20 ans est une courte période de retraite.

Mais revenons au sujet du retrait de la fréquence. Il est intéressant de constater que moins vous effectuez de retraits avec un portefeuille composé à 100% d’obligations, plus vos chances de réussite sont élevées. Je ne m’attendais pas à ça. Nous voulons généralement garder l’argent sur le marché boursier pour obtenir des rendements élevés. Mais si les rendements ne sont pas élevés, cela devrait faire moins de différence.

Pour tous les autres portefeuilles, les différences ne sont pas significatives avec la fréquence de retrait. Nous devons donc augmenter notre période de retraite pour voir si quelque chose est intéressant.

Retraite de 30 ans

Continuons avec la même simulation mais pour une période de 30 ans. Cela commence à ressembler à une retraite anticipée. Voici les taux de réussite de cette simulation :

Différences de fréquence des retraits - 30 ans - taux de retrait de 4 %.
Différences de fréquence des retraits – 30 ans – taux de retrait de 4 %.

Sur 30 ans, les résultats semblent déjà plus intéressants. Il existe une nette différence entre les différents portefeuilles et les différentes fréquences de retrait.

Comme les portefeuilles 100% obligations et 80% obligations sont trop conservateurs pour une retraite de 30 ans, supprimons-les pour avoir une meilleure vue des autres portefeuilles.

Différences de fréquence des retraits - 30 ans - taux de retrait de 4 %.
Différences de fréquence des retraits – 30 ans – taux de retrait de 4 %.

Maintenant, on peut mieux voir ! Et nous pouvons voir qu’il y a une différence significative entre les différentes fréquences de retrait. Pour tous les portefeuilles, en moyenne, une stratégie de retraits plus fréquents donne de meilleurs résultats!

En moyenne, sur 30 ans, vous réduisez vos chances de réussite de 2 % en retirant tous les deux ans au lieu de retirer tous les mois. Si vous retirez chaque année, vous ne réduisez vos chances de réussite que de 0,98 %.

Globalement, cela confirme ce que je pensais. Il est préférable de retirer de petites sommes fréquemment que de retirer de grosses sommes en une seule fois. Le raisonnement est simple : vous gardez l’argent sur le marché boursier pendant plus longtemps. Ainsi, vous ne gardez que l’argent nécessaire pour payer un mois de dépenses. Le reste de l’argent continue à être composé.

Qu’en est-il de l’affirmation selon laquelle vous aideriez dans les mauvais moments. En moyenne, le marché boursier monte plus souvent qu’il ne baisse. Cela signifie que vous pariez que le marché boursier va baisser, alors qu’il devrait monter plus régulièrement. Il vaut mieux parier que le marché boursier va monter plutôt que d’être qu’il va baisser. C’est le même argument que celui qui s’oppose au calcul des coûts moyens en dollars.

Voyons si cela se vérifie également pour les périodes de retraite plus longues.

Retraite de 40 ans

Voici les résultats avec les mêmes paramètres mais pour une retraite qui durerait 40 ans :

Différences de fréquence des retraits - 40 ans - taux de retrait de 4 %.
Différences de fréquence des retraits – 40 ans – taux de retrait de 4 %.

J’ai exclu tous les portefeuilles qui avaient moins de 75% de chances de réussite, il ne nous reste donc que trois portefeuilles.

Nous pouvons voir quelque chose de très intéressant dans ces résultats. Les différences entre les différentes fréquences de retrait sont plus importantes que pour les 30 ans.

En moyenne, sur 40 ans, vous réduisez vos chances de réussite de 3,4 % en retirant tous les deux ans au lieu de retirer tous les mois. Si vous retirez chaque année, vous ne réduisez vos chances de réussite que de 1,54 %.

Ainsi, non seulement la fréquence des retraits est importante, mais elle l’est d’autant plus que votre retraite s’allonge.

Retraite de 60 ans

Voyons les résultats d’une dernière simulation avec une retraite de 60 ans :

Différences de fréquence des retraits - 60 ans - taux de retrait de 4 %.
Différences de fréquence des retraits – 60 ans – taux de retrait de 4 %.

Il est intéressant de noter que la différence est significativement plus élevée pour un pourcentage plus élevé d’obligations. C’est logique puisque vous avez des rendements plus faibles. Vous devez donc les capturer autant que possible. Dans ce cas, avec un portefeuille composé à 60 % d’actions, vos chances de réussite diminueraient de 7,5 % en retirant tous les deux ans! Il s’agit d’une différence très importante.

En moyenne, sur 60 ans, vous réduisez vos chances de réussite de 3,72 % en retirant tous les deux ans au lieu de retirer tous les mois. Si vous retirez chaque année, vous ne réduisez vos chances de réussite que de 1,73 %.

Pour une retraite très longue, la fréquence des retraits devient plus importante. Mais pour 60 ans, il n’est pas très sensiblement différent de celui de 40 ans. Mais nous pouvons constater que certains cas sont très significatifs !

Autres taux de retrait

Jusqu’à présent, nous avons fait toutes nos simulations avec le fameux taux de retrait de 4%. En est-il de même pour les autres taux de retrait ? Nous allons le découvrir.

Voici les taux de réussite pour différents taux de retrait et différentes fréquences avec un portefeuille composé à 100% d’actions :

Différences de fréquence des retraits - 40 ans - 100% actions
Différences de fréquence des retraits – 40 ans – 100% actions

Nous pouvons observer plusieurs choses à partir de ces résultats. Tout d’abord, tous les taux de retrait sont influencés par les changements dans la fréquence des retraits. Deuxièmement, tous les taux de retrait ne sont pas touchés de la même manière.

En effet, les taux de retrait plus élevés sont davantage impactés que les taux de retrait plus faibles. Cela est logique puisque les taux de retrait plus faibles sont moins susceptibles d’échouer, de sorte qu’il n’y a pas une grande marge d’amélioration. D’autre part, un taux de retrait agressif est susceptible d’échouer, il a donc une grande capacité d’amélioration.

Par exemple, en comparant les fréquences de 12 mois et d’un mois, un taux de retrait de 3,25 % verrait ses chances de réussite diminuer de 0,3 %, tandis qu’un taux de retrait de 6 % perdrait 2,6 % de chances.

Impact sur la pire durée

Nous pouvons également voir si le changement de la fréquence de retrait modifie la pire durée d’une simulation. La pire durée est le nombre de mois le plus faible après lequel une simulation échouerait. Il s’agit d’une métrique intéressante car parfois la pire durée de la simulation peut être catastrophique tout en ayant un taux de réussite élevé.

Voici donc les pires durées pour un taux de retrait de 4 % et une durée de 30 ans :

Fréquence des retraits et durée la plus faible - 30 ans - taux de retrait de 4 %.
Fréquence des retraits et durée la plus faible – 30 ans – taux de retrait de 4 %.

Il est important de réaliser que si le 100% est le meilleur portefeuille en termes de taux de réussite, il est le pire en termes de durées. C’est pourquoi il est important d’examiner la durée la plus mauvaise ainsi que le taux de réussite.

Maintenant, revenons à la fréquence de retrait. À première vue, ce qui se passe ici n’est pas très clair. Pour un grand nombre d’actions, la pire durée ne change pas beaucoup avec la fréquence des retraits. Ça monte et ça descend. C’est d’ailleurs logique puisque le taux de réussite n’a pas beaucoup changé non plus.

Or, pour les portefeuilles plus conservateurs, l’impact de retraits moins fréquents est significatif. Nous pouvons voir que la pire durée diminue à mesure que le nombre de mois entre les retraits augmente.

En moyenne, un retrait chaque année aggrave de 5 mois la pire des durées. Et le retrait tous les deux ans aggrave de 10 mois la pire des durées.

Ainsi, non seulement des retraits fréquents augmentent vos chances de réussite, mais ils réduisent également la pire durée de votre portefeuille à la retraite !

Conclusion

Nous en avons maintenant terminé avec toutes les simulations ! Nous pouvons tirer quelques conclusions intéressantes :

  • Si vous prévoyez une retraite d’au moins 30 ans, la fréquence à laquelle vous retirez de l’argent est importante !
  • En retirant de l’argent chaque mois, vous augmentez vos chances de réussir votre retraite.
  • Le fait de retirer de l’argent chaque mois améliore la durée la plus défavorable de votre retraite.
  • La fréquence des retraits est de plus en plus importante à mesure que la durée de votre retraite augmente.
  • La fréquence des retraits est moins importante pour les taux de retrait faibles.

Cela confirme ce que je pensais à propos du retrait de la fréquence. Il est bon de disposer de données solides pour prendre de telles décisions. Si je prends un jour ma retraite sur mon portefeuille, je vendrai des actions tous les mois pour en vivre.

Si vous aimez ce genre de simulation, vous pouvez consulter mon précédent article sur la fréquence d’investissement.

À quelle fréquence prévoyez-vous d’effectuer des retraits pendant votre retraite ?

Monsieur The Poor Swiss est l'auteur du blog thepoorswiss.com. En 2017, il s'est rendu compte qu'il était en train de tomber dans le piège de l'inflation de son mode de vie. Il a décidé de diminuer ses dépenses et d'augmenter ses revenus. Ce blog parle de son histoire et de ses trouvailles. En 2019, il épargne plus de 50% de ses revenus. Son but est de devenir financièrement indépendant. Vous pouvez envoyer un message à Monsieur The Poor Swiss.

Laisser un commentaire

Your comment may not appear instantly since it has to go through moderation. Your email address will not be published. Les champs obligatoires sont indiqués avec *