Retraité anticipé en Suisse – L’histoire de Dror

Par Baptiste Wicht | Mis à jour: | Retraite, Suisse

(Information: certains des liens ci-dessous peuvent être des liens d'affiliation)

La plupart du temps, lorsque nous entendons des histoires de préretraités, ils vivent tous dans des pays où le coût de la vie est beaucoup plus bas qu’en Suisse. Mais récemment, j’ai eu la chance d’interviewer un préretraité en Suisse!

Dror a pris sa retraite en Suisse en 2021 à l’âge de 46 ans. Son histoire est très intéressante, dans la mesure où il est l’un des premiers préretraités avec lesquels j’ai eu l’occasion de discuter.

Sans plus attendre, voici l’histoire de Dror Allouche, un préretraité en Suisse !

Parlez-nous un peu de vous

Mon nom est Dror. Je suis âgée de 46 ans. Je suis né en Suisse, mais j’ai grandi en France.

J’ai deux jeunes enfants et une merveilleuse épouse. Nous vivons dans les hauteurs, à 20 minutes de Zurich.

Depuis quand êtes-vous en préretraite ?

J’ai quitté mon emploi en entreprise en novembre 2021. Au début, c’était la raison pour laquelle nous sommes venus en Suisse.

Mais nous l’aimons. Nous avons donc l’intention de rester.

Quand avez-vous réalisé que vous vouliez prendre une retraite anticipée ? Et pourquoi ?

Depuis que je suis jeune, j’ai dit à mes parents que j’arrêterais de travailler à 40 ans. Même à l’époque, il me semblait que ce serait la « richesse ».

Peut-être parce que j’ai toujours eu de nombreuses passions et que je pensais que le temps était la chose la plus importante.

Mes parents étaient très ouverts et m’ont encouragé dès mon plus jeune âge dans toutes les directions que je prenais. Ils m’ont toujours dit, « tu peux faire tout ce que tu veux ».

Comment avez-vous appris l’existence de FIRE ?

Plutôt tard. Je pense que la première fois que j’ai été en contact avec ce terme, c’était par le biais d’un blog (Mr. Money Mustache). J’ai commencé à lire sur le sujet, et il a immédiatement trouvé un écho en moi. En fait, je pratiquais le FIRE avant de le savoir.

Je ne savais pas pour la règle des 4% et les ETFs. Mais à part cela, mon parcours n’a pas été différent de la philosophie de la FIRE. Gagner le plus possible, ne pas adapter mon style de vie à mes revenus, et investir la différence.

Comment est-ce d’être en préretraite ?

C’est génial. J’apprécie ce temps. Je crois que le temps est le plus grand atout.
En fait, je ne me considère pas comme retraité. Je viens de décider de quitter ma carrière en entreprise pour avoir plus de temps pour moi et ma famille.

Je me définis désormais comme un investisseur, un créateur de contenu, un coach et un entrepreneur.

Nous sommes tous des personnes créatives, et le temps nous permet de découvrir ce que nous aimons. J’ai toujours aimé lire et partager. Pendant mon temps libre, j’ai commencé à écrire sur trois sujets :

  • Le développement personnel. (Je crois en l’amélioration continue)
  • Croissance professionnelle (du vendeur au directeur de l’exploitation, tout ce que j’ai appris en cours de route)
  • La liberté financière (j’ai atteint l’indépendance financière en utilisant le pouvoir des intérêts composés).

Cela a rapidement créé une communauté de personnes partageant les mêmes idées. Mon blog est né, et je prends plaisir à le développer.

Cette nouvelle vie me permet de suivre ma curiosité intellectuelle tout en me laissant beaucoup de temps.

Je ne sais pas si je dois être considéré comme semi-retraité. Je ne considère pas ce que je fais comme un « travail ». J’aime vraiment écrire et coacher les gens en cours de route. J’espère continuer à écrire pour le reste de ma vie :)

Comment avez-vous pris votre retraite anticipée ?

Combien de temps cela a-t-il pris ?

Je dirais une bonne vingtaine d’années.

J’ai commencé à travailler à l’âge de 23 ans. Et je me considère comme financièrement indépendant (j’espère) depuis l’âge de 43 ans.

Je dis espoir car nous avons toujours des craintes :).

Je pense que FIRE n’est pas une science exacte. Les données peuvent changer avec l’inflation, le taux de rendement des marchés et la durée de vie. Donc tu as toujours des doutes. Mais mon tempérament me permet de gérer ces risques.

Je n’ai pas l’impression d’avoir sacrifié quoi que ce soit dans mon voyage.

Ma femme et moi avons développé une philosophie de vie assez simple. Nous n’avons pas besoin de beaucoup, même si nous pouvons nous le permettre.

Je vise une croissance illimitée de tout ce qui est immatériel (ma pensée, par exemple) et une croissance délibérément limitée de tout ce qui est matériel.
Les choses matérielles m’apportent rarement des joies à long terme.

Taux d’épargne ? Le revenu ?

Je n’ai pas suivi cela précisément. Tout d’abord, parce que je n’avais pas de méthode, j’avais juste le sentiment que plus j’épargnais et plus j’investissais, plus vite je pourrais atteindre l’indépendance financière.
J’ai compris bien plus tard, grâce à FIRE, que je me rapprochais de mon objectif.

Au fil du temps, mes revenus ont beaucoup augmenté. J’ai une carrière où j’ai eu la chance d’être promu huit fois. Au cours de mes 23 années de carrière, mes revenus ont été multipliés par 10.

Au fur et à mesure que mes revenus augmentaient, nous n’avons pas ressenti de privation, et nous avons certainement épargné environ 50 % (ou plus) de ces revenus. Notre secret a été de ne pas adapter notre niveau de vie à nos revenus.

Parlez-nous de la situation financière.

Valeur nette

Voici la composition actuelle de notre fortune nette:

  • Nous avons environ 30% en immobilier (locations en France et une résidence en Suisse).
  • Le reste utilise la règle du 60/40
    • 60% en actions ETF (y compris le troisième pilier)
    • 40% en actifs sûrs (cash, deuxième pilier…)

SWR

Je m’attends à pouvoir retirer 4%, mais je ne pense pas vraiment l’utiliser. Je suis persuadé que je pourrai créer des revenus plus que suffisants pour subvenir aux besoins de ma famille tout en faisant ce que j’aime et en gardant beaucoup de temps libre. Je viens de créer mon entreprise de solopreneur autour de mon blog, et je commence à avoir mes premiers clients de conseil et de coaching.

Encore des revenus ?

Nous louons deux appartements en France. Comme je l’ai dit plus haut, je prévois de développer des revenus grâce à mon activité de solopreneur (Blog, conseil, coaching).

Mon objectif, travailler à domicile (Si je peux l’appeler ainsi😀) de 4 à 6 heures par jour, y compris mon activité de création de contenu.

Le conjoint travaille encore ?

Ma femme est professeur de danse. Pendant des années, elle a arrêté de travailler pour s’occuper de nos enfants.

Nos enfants commencent à grandir, et elle vient de commencer une nouvelle activité professionnelle passionnante. Elle cuisine une fois par semaine dans un restaurant végétalien et envisage de recommencer à donner des cours de danse privés et collectifs.

Pour l’instant, elle n’a pratiquement aucun revenu. Mais il va se développer dans les mois à venir.

Que feriez-vous différemment si vous recommenciez aujourd’hui ?

J’ai fait de nombreuses erreurs dans mes investissements.

J’ai commencé à investir dans la sélection d’actions à l’époque de la bulle Internet. Devinez quoi ? J’ai perdu de l’argent.

Je suis ensuite passé à des fonds actifs jusqu’à ce que je découvre que je couvrais tous les risques de mon côté. Lorsque les actions étaient en hausse pendant les bonnes années, le fonds gagnait de l’argent. Quand les actions étaient en baisse pendant les mauvaises années, ils gagnaient encore de l’argent. Je perdais. J’en ai conclu que (presque) personne n’était capable de battre le marché durablement. Il n’y avait donc aucune raison pour moi de payer des frais élevés.
Les frais d’investissement cachés dans de nombreux produits d’investissement tuent tout objectif d’indépendance financière.

J’ai gardé trop de liquidités non investies. Comme je n’avais pas trouvé la bonne méthodologie, j’ai eu peur et j’ai joué la sécurité.

Si je devais recommencer aujourd’hui avec mes connaissances, j’investirais dès le début dans une action ETF indexant le monde, comme le Vanguard FTSE All-World.

J’ai choisi cet ETF pour simplifier mon système autant que possible.

Avez-vous eu des circonstances favorables ?

Je n’ai pas hérité. Mais oui, j’ai eu de la chance.

  • J’ai eu la chance d’avoir une carrière où mes revenus ont augmenté de façon constante.
  • La chance d’avoir découvert et d’investir régulièrement dans les ETFs.
  • Pour avoir investi massivement pendant le crash de Covid.
  • D’avoir acheté les biens (appartements) dans lesquels nous avons vécu et de les avoir gardés. Cela me permet de les louer aujourd’hui et d’avoir de belles plus-values si un jour je décide de les vendre.

Avez-vous eu des réticences à prendre une retraite anticipée ?

Pas vraiment. J’ai la chance (encore une fois) d’avoir une famille compréhensive.
Même si je pense que ça leur fait un peu peur.

Dites-vous aux gens que vous êtes à la retraite ?

Oui et non.

Je dis que j’ai quitté le monde de l’entreprise pour prendre plus de temps pour ma famille et moi-même.

J’ai expliqué que je vivais de mes investissements. Et que je développe des projets qui me passionnent. Et je parle de mon blog, et de mes activités de coaching, bien sûr…

Dites-nous en plus sur votre portefeuille d’investissement

C’est très simple. Je fais tous mes nouveaux investissements presque exclusivement sur Vanguard FTSE.

  • 65% dans The Vanguard FTSE All-World UCITS ETF Distributing.
  • 17% dans un autre monde ETF (pour des raisons historiques)
  • 11% dans un ETF technologique (j’y crois)
  • 7% dans divers ETF d’actions françaises. (pour des raisons historiques)

Je n’achète pas d’obligations. Ma réserve d’argent et mes anciens investissements sont utilisés comme produits de sécurité.

Mon portefeuille ne change pas maintenant que je suis à la retraite. Comme je pense toujours à créer des revenus, je n’y touche pas pour le moment.

Je n’ai pas prêté beaucoup d’attention aux devises étrangères. J’achète Vanguard en CHF. Pour le reste, je n’ai aucune influence sur le sujet, donc je n’y consacre ni temps ni énergie. Cela fait partie des risques liés à mes investissements.

Je n’ai pas investi dans quoi que ce soit de spécial comme les crypto-monnaies ou les NFT. Je n’ai pas étudié le sujet (et je ne pense pas que je le ferai).

C’est l’un des avantages des quelques principes d’investissement que j’ai développés. Ils me permettent d’être clair sur ce que je veux faire et facilitent mes décisions. Je gagne du temps.

Je crois que les marchés, au fil du temps, montent toujours. Je recherche la simplicité. Moins je passe de temps sur mes investissements, mieux c’est.

Votre meilleur conseil à quelqu’un qui commence le même voyage ?

  • Créez votre stratégie.
  • Simplifiez votre stratégie. Plus c’est simple, plus vous le ferez, et plus vous progresserez. Commencez le plus tôt possible.
  • Investissez régulièrement. Si vous le pouvez, augmentez votre investissement lorsque le marché se corrige ou s’effondre.
  • N’essayez pas de tout maîtriser. Investir comporte des inconnues. Vous devez vivre avec eux.
  • N’essayez pas de maîtriser les marchés. Maîtrisez-vous. Les émotions jouent un rôle important dans cette aventure. En vous préparant, vous ferez une grande différence.
  • Profitez de l’aventure. Le bonheur n’est pas dans la destination mais dans le voyage.

Vous souhaitez ajouter quelque chose ?

Atteindre l’indépendance financière est un projet unique. Il vous donne accès à quelque chose de si précieux de nos jours : le temps.

Je suis très heureux de m’être lancé dans cette aventure. Et en même temps, pour les futurs aspirants, je recommande de se préparer mentalement.

Même si, rationnellement, j’étais très à l’aise avec ma décision de quitter le monde de l’entreprise, émotionnellement, c’était difficile.

Je recommande d’avoir des projets qui vous passionnent et qui éveillent votre curiosité intellectuelle.

Et le deuxième axe est financier. Il est plus facile de se sentir à l’aise avec la méthode sur le papier que de la vivre dans la réalité. Lorsque les marchés plongent et que votre projet en dépend, il est plus difficile de prendre ses distances.

Développer d’autres sources de revenus liées à des sujets qui vous passionnent et avec des contraintes de temps claires que vous vous imposez peut également aider.

Bonne chance avec vos projets !


Baptiste : Merci beaucoup à Dror Allouche d’avoir répondu à toutes mes questions et d’avoir partagé ces précieuses informations avec mes lecteurs !

Je pense qu’il est extrêmement intéressant d’entendre quelqu’un qui a pris une retraite anticipée en Suisse. Alors que nous pouvons trouver des milliers d’histoires sur les préretraités aux États-Unis, il est difficile de trouver des histoires sur la Suisse. C’est pourquoi il est extrêmement précieux.

Je pense qu’il y a deux points essentiels dans cette histoire :

Si l’histoire de Dror vous intéresse, vous pouvez en lire davantage sur son blog, Options To Grow : How I retired at 46. Dror a de nombreux articles intéressants, et je vous recommande de suivre son blog !

Que pensez-vous de cette histoire ?

Monsieur The Poor Swiss est l'auteur du blog thepoorswiss.com. En 2017, il s'est rendu compte qu'il était en train de tomber dans le piège de l'inflation de son mode de vie. Il a décidé de diminuer ses dépenses et d'augmenter ses revenus. Ce blog parle de son histoire et de ses trouvailles. En 2019, il épargne plus de 50% de ses revenus. Son but est de devenir financièrement indépendant. Vous pouvez envoyer un message à Monsieur The Poor Swiss.

4 thoughts on “Retraité anticipé en Suisse – L’histoire de Dror”

Laisser un commentaire

Your comment may not appear instantly since it has to go through moderation. Your email address will not be published. Les champs obligatoires sont indiqués avec *