Employee Stock Purchase Plan (ESPP) : Profitez d’un rendement élevé !

Par Baptiste Wicht | Mis à jour: | Investir

(Information: certains des liens ci-dessous peuvent être des liens d'affiliation)

Avec mon nouvel emploi cette année, j’ai accès à Employee Stock Purchase Plan (ESPP). C’est la première fois que je travaille pour une entreprise qui offre un tel plan. J’ai donc étudié les options qui s’offrent à moi pour gérer ce plan d’épargne. Dans ce billet, je vais partager ce que j’ai découvert sur l’ESPP.

Un ESPP est un plan visant à utiliser une partie de votre salaire pour obtenir des actions de votre entreprise à un prix réduit.

Je vais présenter plusieurs stratégies qui existent pour décider quand vendre des actions provenant d’un ESPP. Enfin, je vais passer en revue la stratégie que j’ai choisi d’utiliser pour mes actions ESPP.

Employee Stock Purchase Plan (ESPP)

Tous les ESPP sont essentiellement les mêmes. Chaque mois, vous êtes autorisé à affecter une partie de votre salaire à l’achat d’actions de votre entreprise. Cette allocation peut être de 1% à 25%.

Ainsi, si vous disposez d’un revenu mensuel de 10’000, 2500 CHF seront utilisés pour acheter des actions. Et le reste, 7500 CHF, sera reçu en espèces comme votre salaire.

Le montant que vous pouvez verser par an est pratiquement plafonné. La limite est de 25’000 USD par an. En Suisse, cela représente environ 25’000 CHF.

Tous les six mois, l’argent accumulé sur votre salaire est utilisé pour acheter des actions de votre entreprise. Si vous n’êtes pas payé en USD, les fonds seront convertis en CHF à la fin des six mois avant l’achat des actions.

Ce qui est très intéressant avec un ESPP, c’est que le prix de l’action n’est pas la valeur du marché. Le prix est généralement inférieur de 15% à la valeur du marché. Et mieux encore, il sera 15% moins cher sur la base du minimum entre le prix de départ et le prix final.

Cela signifie que si l’action est en hausse, vous pouvez obtenir une réduction supérieure à 15 %. Par exemple, imaginons que l’action soit à 10 USD au début de la période et à 15 USD à la fin. Vous l’achetez à 8,5 USD et pouvez le vendre à 15 USD. C’est un gain de 76,5 % ! Si l’action baisse, vous obtenez au moins 15%.

Et il y a quelque chose d’encore mieux avec l’ESPP. Votre prix d’achat est généralement bloqué pour une plus longue période. Par exemple, dans mon entreprise, le prix d’achat est bloqué pendant deux ans. Cela peut être extrêmement bénéfique si les actions de votre entreprise augmentent.

Globalement, c’est une évidence : vous devez allouer le maximum autorisé par votre ESPP. C’est un gain substantiel. Honnêtement, il n’y a aucune raison de ne pas le faire. Vous devez profiter de votre ESPP si votre entreprise en offre un !

Stratégies ESPP

Maintenant, j’espère vous avoir convaincu de souscrire à votre ESPP. Tous les six mois, vous recevrez quelques actions de votre entreprise. Qu’allez-vous en faire ?

Si vous voulez un gain, vous devrez vendre vos actions à un moment donné. Il existe plusieurs stratégies ESPP quant au moment de la vente des actions. Vous devez avoir un plan et vous y tenir. C’est important. Vous pouvez la définir dans le cadre de votre déclaration de politique d’investissement.

La première stratégie consiste à vendre les actions le plus rapidement possible. Dès que les actions sont disponibles à la fin de la période, vous les vendez. Il vous garantit un retour sur investissement de 15 %. Et il peut être beaucoup plus élevé si les actions de la société ont augmenté. Cette première stratégie est la plus sûre. Mathématiquement, c’est celle qui a le plus de sens. C’est aussi la stratégie qui est conseillée par la plupart des gens.

La deuxième stratégie consiste à conserver les actions. Vous détenez les actions à long terme et vous ne les vendez que lorsque vous avez besoin des fonds. Pour cela, vous devez être sûr de la valeur de l’action. Par exemple, les actions de votre entreprise donnent-elles droit à un dividende ? Croyez-vous aux rendements à long terme de l’entreprise ?

Vous devez également être conscient que cela donne un biais à votre travail. Si l’entreprise fait faillite, vous quitterez votre emploi et perdrez beaucoup en actions. C’est un risque que vous devez prendre en compte. Si vous disposez d’une valeur nette considérable et que les actions de votre société n’en représentent qu’une infime partie, vous pouvez conserver vos actions de société. Sinon, je ne recommanderais pas cette stratégie.

Une autre stratégie consiste à attendre un certain temps. Je sais que certaines personnes conservent toujours leurs biens pendant au moins un mois ou au moins un an avant de les vendre. C’est toujours risqué car l’action peut baisser avant que vous ne vendiez. Mais c’est moins risqué que d’être propriétaire à vie puisque vous n’aurez jamais une part énorme de votre valeur nette dans les actions de votre société.

Si vous êtes un investisseur axé sur la valeur, vous pouvez également conserver l’action si elle est sous-évaluée. Dans ce cas, vous devrez évaluer la valeur de l’action. Si le prix actuel est plus bas, vous le conservez. Sinon, vous vendez. Elle exige que vous ayez une très bonne connaissance de l’entreprise et du marché boursier en général.

Une autre stratégie consiste à tenir avec une certaine sécurité. Par exemple, certaines personnes détiennent mais utilisent des ordres stop-loss pour éviter de perdre trop d’argent. Et vous pouvez également passer un ordre de vente pour acheter lorsque le prix de l’action augmente. De cette façon, vous pouvez verrouiller le risque et les rendements.

Une autre (mauvaise) stratégie consiste à tenir jusqu’à ce que vous sentiez que vous devez vendre. C’est du market timing. Comment allez-vous savoir quand il est temps de vendre ? Les investisseurs professionnels n’ont pas réussi à le faire pendant des décennies. Si vous souhaitez conserver votre position, c’est très bien, mais n’essayez pas d’anticiper le marché.

Il existe également des stratégies complexes impliquant des options et des contrats à terme. Mais ce n’est pas quelque chose que je veux faire. Et je ne conseille pas non plus de le faire. Je crois à la simplicité en matière d’investissement. Donc, encore une fois, vous devez vendre vos actions dès que vous les recevez. C’est un retour sur investissement de 15 % en six mois ! Où d’autre pouvez-vous obtenir ce genre de rendement ? Nulle part !

Conclusion – Ma stratégie ESPP

Actuellement, ma valeur nette est assez faible. Étant donné que je suis déjà tributaire de mon entreprise pour mon emploi et donc pour mes revenus, je ne veux pas trop dépendre des actions également. Pour l’instant, j’ai besoin d’une certaine diversification.

Par conséquent, je vais utiliser la stratégie la plus sûre qui consiste à vendre dès que je reçois les actions. C’est la stratégie qui a le plus de sens. Cette stratégie est le seul moyen d’obtenir un rendement garanti.

En ce qui concerne la répartition, j’ai alloué 25 % de mon salaire à mon ESPP. Et je vérifierai à nouveau ce pourcentage lorsque mon salaire augmentera. J’utiliserai toujours un pourcentage qui permet d’être très proche de la limite par an.

Une chose est essentielle avec le PSE : utilisez votre PSE ! Beaucoup de gens ne l’utilisent pas assez. Certaines personnes ne l’utilisent pas en raison de la peur d’investir dans des actions. Mais si vous vendez directement, c’est un rendement beaucoup plus sûr que les actions ! Certaines personnes estiment que 15% ne sont pas suffisants. Mais aujourd’hui, un rendement de 15% est énorme !

Vous devriez allouer le maximum de votre salaire à votre ESPP si vous avez la chance d’en avoir un. Si vous vendez directement, ce n’est qu’un retard dans le revenu. Vous l’aurez plus tard ! Et vous obtiendrez plus que ce que vous avez alloué. Pourquoi ne le voudriez-vous pas ? !

Et vous ? Comment utilisez-vous votre ESPP ?

Monsieur The Poor Swiss est l'auteur du blog thepoorswiss.com. En 2017, il s'est rendu compte qu'il était en train de tomber dans le piège de l'inflation de son mode de vie. Il a décidé de diminuer ses dépenses et d'augmenter ses revenus. Ce blog parle de son histoire et de ses trouvailles. En 2019, il épargne plus de 50% de ses revenus. Son but est de devenir financièrement indépendant. Vous pouvez envoyer un message à Monsieur The Poor Swiss.

Laisser un commentaire

Your comment may not appear instantly since it has to go through moderation. Your email address will not be published. Les champs obligatoires sont indiqués avec *