Comment élever un bébé de manière frugale en Suisse avec Mama Bear Finance

Par Baptiste Wicht | Mis à jour: | Économiser

(Information: certains des liens ci-dessous peuvent être des liens d'affiliation)

Tout le monde vous dira qu’élever des enfants coûte très cher. En fait, aux États-Unis, il est censé coûter un quart de million de dollars. Et, en Suisse, les statistiques disent que cela vous coûtera plus de 200’000 CHF !

Mais élever un bébé coûte-t-il vraiment si cher ? Et y a-t-il quelque chose que nous pouvons faire pour élever un bébé de manière frugale et réduire nos dépenses ? Si, il y en a une !

Aujourd’hui, je m’entretiens avec Mama Bear Finance, qui est une jeune maman. Pendant ces dix mois, elle a réussi à dépenser moins de 4000 CHF ! Et elle a gardé une trace de toutes ses dépenses pour le bébé !

Et maintenant, elle partage son expérience avec nous ! Continuez à lire pour savoir comment élever un bébé de manière frugale en Suisse !

1. Parlez-nous de vous

Bonjour, je suis un blogueur spécialisé dans les finances personnelles comme The Poor Swiss, et je vis à Lausanne, en Suisse, en tant qu’expatrié américain.

Je suis au début de la trentaine et je veux atteindre l’indépendance financière.

Mon hobby est d’atteindre l’indépendance financière le plus rapidement possible. Je plaisante, je plaisante. J’adore le patinage sur glace, le ski et le snowboard – en fait, les sports d’hiver ! J’ai développé ce goût depuis mon arrivée en Suisse il y a six ans.

J’aime aussi dessiner, lire des blogs sur la finance et voyager !

Enfin, et c’est le plus important, je suis une épouse et une maman d’un petit bout de chou que j’ai appelé Baby Bear sur mon blog.

L'aventure avec Baby Bear à Lisbonne, au Portugal
L’aventure avec Baby Bear à Lisbonne, au Portugal

2. Parlez-nous de votre bébé

Bébé Ours a maintenant un an ! Le temps passe vraiment vite.

C’est un bébé plein d’énergie et de curiosité pour le monde qui l’entoure. Je la porte souvent sur mon dos quand nous voyageons.

Bébé Ours aime sortir, et je pense qu’elle est assez aventureuse. Chaque fois que nous sortons, elle est fascinée par tout et n’importe quoi !

C’est vraiment incroyable de voir comment un petit bébé peut apprécier les plus petites choses comme le gazouillis des oiseaux ou les feuilles qui tombent d’un arbre. Elle m’a fait arrêter pour sentir les roses, littéralement !

Elle est également ma principale source d’inspiration qui m’a motivée à créer mon blog, Mama Bear Finance.

Bébé ours fabuleux
Bébé ours fabuleux

3. Qu’est-ce qui est le plus coûteux pour élever un bébé ?

La dépense la plus coûteuse est, sans aucun doute, le coût des soins de santé.

Nous avons l’assurance de base chez Helsana, et cela nous coûte 120 CHF par mois en prime d’assurance maladie.

Nous avons également des frais de santé à payer pour des choses diverses telles que de la crème pour la peau des bébés, des gouttes pour les yeux, des compresses pour les bébés, de la vitamine D (bien que j’aie découvert plus tard que l’assurance peut couvrir cela avec une prescription médicale), etc.

4. Pouvez-vous détailler les dépenses liées à l’éducation de votre bébé ?

Blog de Mama Bear Finance
Blog de Mama Bear Finance

Voici un tableau du coût total de l’éducation d’un bébé jusqu’au 10ème mois, y compris les coûts prénataux. Les dépenses sont classées en fonction de la grossesse, des soins de santé, de l’allaitement, de l’alimentation, de l’habillement, des articles jetables, des accessoires pour bébé, des jouets, des livres et des jeux, et des articles divers.

J’ai prévu de continuer à suivre ces dépenses pendant les 12 mois complets, car j’étais curieux de connaître mes dépenses totales par rapport à la moyenne nationale des ménages américains.

(Veuillez noter que je considère la parité CHF/USD à 1:1 pour faire simple et parce que le taux de change fluctue autour de ce niveau depuis cinq ans. Comme j’ai surtout des lecteurs américains, j’utilise le signe US$ au lieu de CHF dans mon blog).

10 mois de dépenses pour Bébé Ours
10 mois de dépenses de bébé pour Bébé Ours

Comme vous pouvez le constater, les soins de santé représentent 42 % du coût total, soit 1 557 dollars !

Ensuite, la catégorie la plus chère est celle des articles pour bébés, qui représente 9 % ou 426 dollars du coût total. Cette catégorie comprend les poussettes (une Bugaboo d’occasion et une poussette de voyage neuve), les porte-bébés, les tapis, les couvertures, une chaise haute et un berceau d’occasion que nous avons acheté, entre autres choses.

En troisième position ex-aequo, on trouve l’allaitement et les articles jetables, avec 9% ou 338 dollars du coût total. Étonnamment, l’allaitement n’est pas gratuit. J’ai en fait dépensé pas mal d’argent en suppléments de lécithine et en honoraires de consultante en lactation.

Quant aux articles jetables, ils sont constitués principalement de couches et de lingettes jetables, que, comme beaucoup de parents le savent, nous utilisons beaucoup ! En effet, nous utilisons également des couches lavables de manière interchangeable, donc sans cet aspect, les coûts jetables seront encore plus élevés !

Selon le ministère américain de l’agriculture, le coût estimé pour élever un enfant de la naissance à 17 ans est d’environ 233 610 dollars (soit 13 742 dollars par an). Cela exclut les frais d’enseignement supérieur et les frais prénataux.

Je suis tout à fait étonné que nos dépenses de 3,3 000 dollars (hors frais prénataux) soient nettement inférieures à la moyenne nationale américaine de 13,7 000 dollars.

Cependant, c’est parce que j’étais une mère au foyer et que nous n’avons pas eu à payer de frais de garde d’enfants.

De plus, je n’ai pas réparti le coût de l’épicerie et du logement puisque nous achetons les aliments en vrac et que notre situation en matière de logement n’a pas changé. Le coût de l’alimentation dans ce tableau correspond aux aliments pour bébés prêts à consommer que nous avons achetés au supermarché pendant nos voyages ou lors de nos sorties.

Si j’inclus les frais de garde d’enfants (qui représentent environ 2 000 à 3 000 CHF en Suisse dans notre région) et les frais d’épicerie, nous serions bien au-dessus de la moyenne nationale des ménages américains.

5. Y a-t-il quelque chose que les gens ne devraient pas acheter d’occasion ?

Heureusement, je n’ai pas eu de mauvaise expérience en matière d’achat d’articles de bébé d’occasion en Suisse. En fait, tous les articles que nous avons achetés d’occasion étaient en très bon état.

Mais s’il y a une chose que je recommande de ne PAS acheter d’occasion, ce sont les couches lavables.

Je suis un partisan de l’utilisation des couches lavables car elles offrent de nombreux avantages tels que le respect de l’environnement, la rentabilité, l’absence de produits chimiques ajoutés, et elles aident à l’apprentissage de la propreté plus tôt !

Nous avons acheté 15 couches lavables neuves pour 225 dollars au total, et c’est le meilleur « investissement » que nous ayons fait.

J’ai fait une comparaison complète de ces coûts sur mon blog sur l’utilisation exclusive de couches lavables par rapport aux couches jetables, et la différence est de plus de 1600 $ d’économies.

Par conséquent, je recommande vivement aux parents d’essayer d’utiliser des couches lavables, mais de ne pas les acheter d’occasion car elles touchent les parties sensibles du corps du bébé.

De plus, vu comment mon bébé fait pipi et caca, il vaut mieux que personne ne nous les achète, haha.

6. Y a-t-il quelque chose en Suisse qui soit plus cher pour élever un bébé ?

Peut-être la nourriture ! Je ne parle pas des aliments transformés pour bébés, dont le prix est tout à fait normal au niveau international, surtout pour les marques connues.

Mais je parle du coût de l’épicerie, et nous savons tous que la Suisse a l’un des niveaux de vie les plus élevés au monde, donc l’épicerie coûte certainement beaucoup plus cher par rapport à d’autres parties du monde.

Depuis que je prépare des aliments frais et sains pour bébé à la maison avec des ingrédients achetés au supermarché, je constate que ce coût s’ajoute à notre facture d’épicerie par rapport à ce qu’elle était avant d’avoir un enfant.

Il est difficile de calculer le montant exact, mais je pense pouvoir estimer qu’il a ajouté environ 100 à 150 CHF par mois. Cela représente 1 200 à 1 800 CHF par an, ce qui correspond au coût des soins de santé !

7. Quel est votre meilleur conseil pour élever un bébé de manière frugale ?

Le meilleur conseil que m’ont donné des parents expérimentés est de ne pas faire de folies ou de dépenser trop pour acheter des choses frivoles pour le bébé.

En effet, un bébé grandit TRÈS RAPIDEMENT, et ces jolis vêtements, chaussures et jouets ne seront utilisés que pendant une courte période. Par conséquent, il n’est pas judicieux d’acheter des articles trop coûteux dès les premiers mois de la vie d’un bébé.

J’ai entendu à maintes reprises que de nombreux parents regrettaient d’avoir acheté des choses coûteuses pour leur premier enfant, et que lorsqu’il s’agissait du second, ils étaient beaucoup plus détendus et ouverts à l’achat d’articles d’occasion ou à l’utilisation de vêtements usagés. Ils n’achètent plus non plus les marques les plus chères.

En effet, en tant que nouveaux parents, nous sommes très excités à l’idée d’avoir notre premier bébé, et nous sommes donc plus enclins à acheter les meilleurs articles pour bébé. C’est pourquoi de nombreuses marques de produits pour bébés ciblent les parents qui s’y rendent pour la première fois.

Bien sûr, je me suis sentie obligée d’acheter des choses aussi parce qu’elles sont tellement mignonnes ! Mais comme je vise l’indépendance financière et que je voulais économiser de l’argent pour voyager avec le bébé à l’avenir (sachant parfaitement que cela coûtera plus cher de voyager plus tard), j’ai donné la priorité à ces objectifs financiers plutôt qu’à la gratification instantanée.

Jusqu’à présent, je n’ai pas l’impression que nous n’avons pas assez dépensé pour elle, car elle semble avoir tout ce dont elle a besoin ! En outre, je sais que ce dont elle a vraiment besoin, c’est de notre amour, de notre présence et de nos soins, qui l’emportent sur toutes les choses matérielles.

De plus, en tant qu’expatriés, nous avons l’intention de retourner aux États-Unis un jour, donc ne pas acheter trop de choses signifie moins de soucis le jour où nous quitterons la Suisse !

8. Quel est votre meilleur conseil pour élever un bébé ?

Je pense que l’alimentation est très fondamentale pour la santé d’un bébé, c’est pourquoi je recommande l’allaitement et la préparation d’aliments pour bébés faits maison.

Maintenant, je comprends que c’est plus facile à dire qu’à faire, car je peux imaginer que ce sera difficile si je dois travailler à plein temps.

Mais comme j’ai réalisé un projet de recherche pour l’une des plus grandes entreprises de préparations pour nourrissons pendant mon MBA, j’ai appris les avantages imbattables de l’allaitement (ironiquement). Le lait maternel est connu pour offrir au nourrisson le meilleur départ possible dans la vie, et il fournit également des anticorps aux mères qui l’allaitent.

Sans parler des économies réalisées grâce à l’allaitement maternel par rapport à l’achat de lait maternisé, mais cela n’a rien à voir avec le sujet. L’avantage santé est vraiment la partie la plus fondamentale.

Pour ce qui est de la préparation des aliments pour bébé, j’essaie de faire un lot suffisant pour quelques jours, et il sera toujours frais dans le réfrigérateur.

Mais dans l’ensemble, je sais qu’il n’y a pas de solution unique pour élever un bébé, alors mon MEILLEUR conseil est de faire confiance à votre instinct de parents et que tout ira bien !

10. Prévoyez-vous de grosses dépenses à venir ?

Je prévois que la garde d’enfants sera le prochain grand sujet. Comme nous n’avons pas de famille en Suisse, nous devrons mettre Bébé Ours à la garderie, et c’est très cher ici.

Mais si nous décidons de revenir aux États-Unis, je pense que mes parents pourront s’occuper d’elle. Le prochain point important sera donc les soins de santé et l’éducation si nous décidons de la mettre dans une école privée.

11. Vous souhaitez ajouter quelque chose ?

J’ai juste un petit commentaire sur la notion d’élever un bébé de manière frugale. En fait, nous n’avions pas prévu d’être des parents frugaux, mais nous avions pour objectif d’être minimalistes.

Comme nous avons l’intention de retourner aux États-Unis un jour, nous faisons très attention à ce que nous accumulons dans notre appartement. Tout en conservant cette approche minimaliste, nous avons également pris conscience de la nécessité de ne pas encombrer notre appartement.

C’est particulièrement vrai pendant ma « période de nidification », lorsque j’ai développé l’envie, en tant que nouvelle maman, de me débarrasser de BEAUCOUP de choses pour faire de la place au bébé. C’était un exercice révélateur de savoir combien de déchets nous avons dans notre appartement et comment se débarrasser d’eux était si rafraîchissant.

Je pense que la différence entre être frugal et minimaliste est que le frugalisme se concentre plus sur l’aspect épargne, tandis que le minimalisme se concentre plus sur le fait d’avoir moins pour vivre plus consciemment.

Bien que je sois frugale par nature, je ne veux pas limiter mes dépenses pour le bébé, car il est vraiment l’une des personnes les plus importantes de ma vie. J’échangerais toutes les économies et le retard dans l’atteinte de l’indépendance financière juste pour assurer les meilleurs soins pour elle.

Cependant, en étant minimalistes, nous avons également réalisé d’énormes économies en n’achetant pas trop de choses. Et le plus drôle, c’est que même si nous n’essayons pas d’acheter de nouvelles choses, sa garde-robe, ses jouets et tout le reste s’accumulent naturellement ! Donc, c’était vraiment bien que nous soyons devenus plus attentifs à ne pas accumuler plus de choses.

Je pense qu’il y a certainement un chevauchement entre le frugalisme et le minimalisme, et je pense que nous sommes assez bien dans ce chevauchement.

Donc, en cherchant à avoir moins de choses, nous avons aussi économisé beaucoup. En suivant nos dépenses, je peux déjà constater un changement dans mon état d’esprit en sachant ce qui est nécessaire et ce qui est frivole.

Ce qui n’était au départ qu’une simple curiosité, à savoir le coût de l’éducation de notre bébé par rapport à la moyenne nationale, s’est avéré être une leçon très instructive sur la façon de vivre et de dépenser avec discernement.


Merci beaucoup à Mama Bear Finance pour avoir répondu à toutes mes questions et partagé avec nous cette mine d’informations !

Je suis étonnée de voir qu’elle a pu dépenser si peu pendant les dix premiers mois de la vie de son bébé. Et elle a fait tout cela sans diminuer la qualité de vie de son bébé et en faisant de son bébé une priorité.

Je pense que c’est une source d’inspiration ! Et je vais revoir cela et la contacter une fois que nous aurons des enfants pour essayer de réduire nos dépenses également. Mais je ne suis pas sûre de pouvoir supporter les couches lavables !

Pour en savoir plus sur elle, vous pouvez la suivre sur Mama Bear Finance. Sur son blog, elle parle de finances personnelles, d’indépendance financière et d’éducation des enfants. Je recommande tout particulièrement ses articles sur les dépenses liées aux enfants.

Si vous en voulez plus, je vous propose également quelques conseils pour économiser de l’argent avec votre nouveau-né.

Et vous ? Quels sont vos conseils pour élever un bébé de manière frugale ?

Monsieur The Poor Swiss est l'auteur du blog thepoorswiss.com. En 2017, il s'est rendu compte qu'il était en train de tomber dans le piège de l'inflation de son mode de vie. Il a décidé de diminuer ses dépenses et d'augmenter ses revenus. Ce blog parle de son histoire et de ses trouvailles. En 2019, il épargne plus de 50% de ses revenus. Son but est de devenir financièrement indépendant. Vous pouvez envoyer un message à Monsieur The Poor Swiss.

Laisser un commentaire

Your comment may not appear instantly since it has to go through moderation. Your email address will not be published. Les champs obligatoires sont indiqués avec *