Mes 7 plus grosses erreurs de budget – Comment les réparer !

Par Baptiste Wicht | Mis à jour: | Économiser

(Information: certains des liens ci-dessous peuvent être des liens d'affiliation)

Au fil des ans, j’ai fait de nombreuses erreurs de budget. Dans cet article, j’énumère quelques-unes des grandes erreurs que j’ai commises. Je parle ici d’erreurs dans la manière dont j’ai établi mon budget. Et je parlerai aussi des erreurs de dépenses. Certaines de ces erreurs ne sont pas graves. Mais certains des autres m’ont fait dépenser trop. Dans l’ensemble, je me porterais mieux si j’avais su cela il y a quelques années.

Découvrez comment j’ai réparé mes erreurs de budget. J’ai beaucoup appris de mes erreurs de budget, et j’espère que vous en apprendrez aussi beaucoup ! L’idée est, bien sûr, de les éviter maintenant que vous les connaissez !

1. Ne pas tenir compte de mon taux d’épargne

J’ai eu un budget pendant toute ma vie indépendante. J’ai toujours gardé mes dépenses sous contrôle. Mais, je considérais surtout mes revenus comme ma limite. J’étais heureux lorsque je pouvais économiser 500 CHF à la fin du mois. C’était bien au début, quand mon salaire était bas. Cependant, mon salaire a augmenté, tout comme mes dépenses. Je ne l’ai pas réalisé. Mais mon mode de vie devenait de plus en plus coûteux. Ce problème est appelé l’inflation du style de vie. Et c’est une chose à laquelle tout le monde devrait faire attention.

En soi, ce n’est pas très mauvais. Mais si votre objectif est d’économiser de l’argent, vous devriez essayer d’épargner une partie spécifique de votre salaire. Il s’agit de votre taux d’épargne. Et puis, si votre salaire augmente, votre épargne doit aussi augmenter. Après avoir réalisé cela, j’ai commencé à être plus économe pour augmenter mon taux d’épargne. Je suis maintenant en mesure d’économiser beaucoup plus d’argent chaque mois.

Aujourd’hui, je considère mon taux d’épargne comme la mesure la plus essentielle de mon budget. Mais le nombre exact dont vous avez besoin dépend fortement de vos objectifs. Tout le monde ne souhaite pas prendre une retraite anticipée. En fonction de vos objectifs et du temps dont vous disposez pour les atteindre, vous pouvez avoir besoin d’un taux d’épargne plus ou moins élevé. L’important est de ne pas dépenser tout votre salaire. Et de ne pas trop augmenter votre train de vie lorsque vos revenus augmentent.

Budget Template
Simple Budget Spreadsheet
Free

A simple Google Sheets template to start tracking your expenses and have an overview of your budget!

We earn a commission if you click this link and make a purchase at no additional cost to you.

2. Utiliser Swisscaution comme garantie des dépôts

La deuxième de mes erreurs budgétaires a été de payer pour Swisscaution. Je n’ai pas assez réfléchi lorsque j’ai choisi d’utiliser Swisscaution. Je n’aurais jamais dû les payer.

En Suisse, lorsque vous louez un appartement ou une maison, vous devez déposer une garantie à la banque. Cette garantie représente quelque chose comme deux ou trois mois de loyer. Cela dépend du propriétaire de votre appartement ou de votre maison. La garantie est déposée à votre nom et au nom du propriétaire. L’argent est bloqué tant que vous louez l’appartement, et en cas de dommages, vous l’utiliserez pour les couvrir.

Il existe une autre option : Swisscaution. Ils feront office d’assurance couvrant la garantie. Pour cela, vous devrez payer une redevance annuelle, en fonction du prix de votre location. Ainsi, vous n’avez pas besoin de déposer une grosse somme d’argent à la banque. Ça a l’air bien, mais quand on fait le calcul, Swisscaution est une mauvaise affaire.

Au lieu de garder votre garantie locative dans une banque avec un intérêt minimal, elle est placée dans une assurance avec un taux d’intérêt négatif important. Alors pourquoi l’ai-je pris ? J’étais paresseux, et je n’ai pas fait le calcul. Et j’en ai payé le prix. En tout cas, ce n’était pas un trop mauvais prix.

Je ne conseillerai plus jamais Swisscaution à personne. Et je déposerai une garantie locative dans une banque pour mon prochain appartement. Je me renseigne pour savoir s’il est possible de passer de Swisscaution à une garantie de loyer. Mais cela semble très difficile, et je vais probablement déménager dans les années à venir, donc cela ne vaut peut-être pas la peine.

3. Prendre un appartement trop cher

Mon premier appartement était un deux pièces très bon marché. Je payais 910 CHF par mois, tous frais compris. C’était petit mais quand même assez pour un homme seul. J’y ai vécu pendant environ deux ans. Ensuite, j’ai décidé d’avoir une pièce de plus pour avoir un vrai bureau. Comme je passe une grande partie de mon temps devant mon ordinateur, c’était logique. Toutefois, cela n’aurait pas été nécessaire.

Je me suis mis en quête d’en trouver un meilleur. J’ai trouvé un très bon appartement. Au début, le nouvel appartement ne coûtait que 1050 CHF par mois. C’était juste. Pour 140 CHF par mois, je pourrais avoir une chambre de plus. Cependant, le propriétaire allait faire beaucoup d’améliorations et donc augmenter le prix. Quand on m’a annoncé le nouveau prix de 1300 CHF par mois, j’ai hésité. Mais pas assez longtemps. J’aimais cet appartement, alors je l’ai pris.

Je ne le regrette pas vraiment puisque j’ai passé un bon moment. Cependant, je regrette d’avoir pris un appartement trop cher. Pour un célibataire, ce n’était pas raisonnable. Surtout si l’on considère mon salaire de l’époque. Depuis lors, j’ai réduit mon loyer à 1247 CHF par mois. C’est génial, mais j’aurais mieux fait de prendre un appartement moins cher.

4. Utilisation de Swiss Life Select

Une autre chose dont je ne suis pas fier est d’avoir payé pour les services de Swiss Life Select.

Pour ceux qui ne le savent pas, Swiss Life Select (SLS) est une société de planification financière. Ils couvrent les assurances, le budget, la planification de la retraite et même les investissements. « Normalement », ils ne vous contactent que si quelqu’un leur a donné vos coordonnées. Ils ne fonctionnent « normalement » que comme ça. Mais j’ai quelques doutes à ce sujet (d’où le « ).

Ils m’ont donc contacté et m’ont proposé de rencontrer un de leurs conseillers. La première réunion est gratuite. D’abord, ils vous posent beaucoup de questions. Ensuite, ils établissent votre profil financier et proposent des éléments pour l’améliorer. La deuxième rencontre avec les solutions n’est pas gratuite. Vous devez adhérer à Swiss Life Select. Il y a une taxe unique de 295 CHF. J’ai accepté leur offre. Ils m’ont proposé de changer mon assurance automobile. Ce que j’ai fait puisqu’elle était effectivement moins chère que la mienne. J’ai également accepté de prendre une assurance juridique. J’ai quelques doutes maintenant concernant celui-ci. Au début, ils m’ont dit qu’ils pouvaient m’aider avec mes impôts, mais ils n’ont rien fait à ce sujet. Ils m’ont également dit qu’ils me recontacteraient pour avoir des opportunités d’investir dans de meilleurs fonds dans leur banque.

Alors pourquoi ne suis-je pas satisfait d’eux ? Pour plusieurs raisons. Premièrement, ils disent qu’ils ne sont pas payés à la commission. Mais ce n’est pas vrai. Les employés de SLS sont payés en fonction des produits qu’ils vendent. Ils ont donc intérêt à vendre le plus de produits possible. Ensuite, ils ont dit qu’ils me contacteraient à nouveau pour me proposer des opportunités d’investissement. Ils ne l’ont jamais fait ! C’est probablement une chance, car j’ai ensuite découvert que leurs fonds sont trop chers. S’ils se souciaient de vous, ils vous proposeraient des fonds indiciels à bas prix. Mais ce qui les intéresse le plus, c’est le bonus qu’ils gagnent en vous vendant de nouveaux produits. Troisièmement, tout ce qu’ils m’ont proposé, j’aurais pu l’obtenir auprès de mon gestionnaire d’assurance actuel. Et il est libre.

Et après cela, j’ai découvert que l’assurance automobile qu’ils m’ont vendue n’était pas la moins chère. Quant à la planification de la retraite, j’en connaissais déjà la plupart. Et j’aurais pu le lire sur Internet, encore une fois gratuitement ! Et enfin, ils essaient d’obtenir de vous le plus de coordonnées possible. Je ne leur ai donné que le contact qui a accepté. Je ne fournirai jamais le numéro de contact d’une personne sans lui avoir demandé au préalable. Donc, au final, seules quelques personnes ont accepté. Et le conseiller SLS n’était pas très content de ça.

Au total, leur service coûte 295 CHF. Vous pouvez consulter les offres d’assurance en ligne sur de nombreux sites web aujourd’hui. Même si c’est pénible, c’est gratuit. Et beaucoup de gestionnaires d’assurance offrent ce service gratuitement. Et vous ne devriez pas investir à travers leurs fonds. Vous devriez investir dans des fonds indiciels à faible coût. J’aurais dû réfléchir plus longuement à la valeur réelle du service qu’ils proposent.

Si vous voulez en savoir plus, j’ai un article entier sur les raisons pour lesquelles vous ne devriez pas utiliser Swiss Life Select.

5. Ne pas budgétiser correctement les vacances

Je nesuis pas très douée pour établir un budget pour les vacances.

Et je ne suis pas non plus très douée pour être frugale lorsque je suis à l’étranger. Ce n’est pas une combinaison gagnante. En tout cas, je budgétise très correctement le transport et l’hébergement. Mon problème est que je n’ai pas de budget lorsque je suis là-bas. Et mon plus gros problème est lorsque je me trouve dans un pays moins cher que la Suisse. Comme la Chine. J’ai tendance à considérer que tout est bon marché et à faire de nombreuses petites dépenses. Malheureusement, ces petites dépenses s’additionnent. Et je ne m’en rends compte que lorsque je suis de retour à la maison pour faire le total de mes coûts !

Pour nos prochaines vacances, je ferai un meilleur budget vacances. Je ne vais pas seulement budgétiser soigneusement les premières dépenses (avions et hôtels). Je vais également prévoir un budget pour les dépenses pendant les vacances. Il s’agit de planifier le montant que nous pouvons dépenser en nourriture, cadeaux, voyages et activités. Cela devrait me permettre d’éviter d’avoir de grosses surprises lorsque

6. Ne pas tenir compte des grosses dépenses

De nombreuses dépenses se présentent sous la forme d’une grosse facture. Par exemple, je ne paie mon assurance automobile qu’une fois par an. Il en va de même pour mon assurance habitation ou mon assurance juridique. Et c’est la même chose pour le stationnement au travail. Je paie également l’affreuse taxe Billag chaque année. Je paie la facture d’électricité tous les trois mois. Il y a aussi quelques mois où je ne paie pas d’impôts. J’ai tendance à ne pas les prévoir. Parfois, j’ai un excellent mois sans aucune de ces dépenses. Cela me fait croire que mon mois est très bon et que je dépense un peu plus. Le problème est qu’il s’agit de dépenses régulières, et que leurs frais devraient être répartis sur toute l’année.

La solution de facilité consiste à répartir les dépenses sur plusieurs mois. Mais je n’aime pas vraiment cela car le budget ne correspond pas à la réalité. Comme j’économise maintenant beaucoup plus qu’avant, cela a amélioré ce problème. Je suis plus prudent. De plus, j’essaie de penser à l’avance à des dépenses éventuelles comme celle-ci. Mais je n’ai pas encore de solution parfaite à ce problème.

7. Dépenser trop d’argent pour les ordinateurs

Mon ordinateur personnel à la maison
Mon ordinateur personnel à la maison

La dernière de mes erreurs budgétaires a été de dépenser beaucoup trop en ordinateurs. Pour beaucoup de choses, je suis assez frugal. Par exemple, je dépense très peu pour les vêtements, les sorties et l’épicerie. Cependant, j’ai un problème avec les dépenses en technologie. Je suis un grand amateur d’ordinateurs et de serveurs. Je joue aux jeux vidéo depuis plus de 15 ans. Et j’aime aussi la domotique. Tout cela n’a pas été bon marché du tout.

Mon ordinateur de bureau est un grand boîtier tour avec deux ordinateurs à l’intérieur, et j’ai trois moniteurs. Ensemble, ils valent probablement quelque chose comme 5000 CHF. Et ce n’est pas le pire. J’ai aussi des serveurs. J’ai un très grand rack d’ordinateurs (240 cm de haut) avec sept serveurs et des utilitaires de réseau.

Mon rack de serveurs à la maison
Mon rack de serveurs à la maison

(Je ne plaisante pas, je l’ai dans mon bureau, à la maison).

J’ai probablement dépensé environ 6000 CHF pour ces serveurs. J’ai également un centre multimédia personnalisé, une grande télévision à écran plat et un système de cinéma maison. Pour probablement 2000 CHF de plus. A côté de cela, mon système de domotique est beaucoup moins cher. J’ai probablement dépensé environ 1000 CHF pour ça. En dehors de cela, j’ai une armoire pleine de pièces et de composants.

La cachette secrète de mes pièces d'ordinateur
La cachette secrète de mes pièces d’ordinateur

Et tout le monde pense que je suis folle, mais je peux vivre avec ça !

Puis j’ai réalisé combien je dépensais pour ces articles et combien j’économisais peu. Cela m’a permis de me concentrer davantage sur mon budget. Donc ce n’est pas si mal. Et aussi, la gestion de mes dix installations informatiques commençait à prendre du temps !

Je ne regrette pas d’avoir dépensé de l’argent pour cela. Cela a été et est toujours très amusant. Mais je suis devenu un peu fou à ce sujet. J’ai beaucoup de matériel que je n’utilise pas aujourd’hui. Et ça prend beaucoup de place ! J’ai l’intention de réduire un peu les effectifs. Je vais réduire le nombre de serveurs que j’utilise. Pour cela, je vais démonter quelques serveurs et vendre les pièces. Cela permettra de gagner beaucoup de place et peut-être de rapporter un peu d’argent. Si possible, j’opterai également pour un support d’ordinateur plus petit. Et je dois fouiller dans ma réserve de pièces d’ordinateur pour gagner de la place.

Conclusion

Comme vous pouvez le constater, j’ai eu ma part d’erreurs de budget. Puisque ce blog est consacré à la transparence, j’ai voulu les partager avec vous.

J’ai beaucoup appris de mes erreurs. À l’avenir, je me concentrerai davantage sur mon taux d’épargne. Et je réfléchirai davantage à la valeur réelle de certaines des choses que j’achète. Je ne devrais acheter que des objets que je vais utiliser et des services qui ont une réelle valeur.

Je n’ai pas de problème avec mes erreurs de budget. Ils m’ont beaucoup appris. De plus, j’ai été assez intelligent (et chanceux) pour ne pas m’endetter. Mes erreurs peuvent donc sembler de moindre importance pour certaines personnes. C’est une bonne chose pour moi !

Mes erreurs de budget n’étaient pas mes seules erreurs. Récemment, j’ai écrit sur mes neuf plus grandes erreurs d’investissement. Tout le monde fait des erreurs. L’important est d’en tirer des enseignements. Et ne répétez jamais vos erreurs.

Et vous ? Quelles grosses erreurs budgétaires avez-vous commises ?

Monsieur The Poor Swiss est l'auteur du blog thepoorswiss.com. En 2017, il s'est rendu compte qu'il était en train de tomber dans le piège de l'inflation de son mode de vie. Il a décidé de diminuer ses dépenses et d'augmenter ses revenus. Ce blog parle de son histoire et de ses trouvailles. En 2019, il épargne plus de 50% de ses revenus. Son but est de devenir financièrement indépendant. Vous pouvez envoyer un message à Monsieur The Poor Swiss.

Laisser un commentaire

Your comment may not appear instantly since it has to go through moderation. Your email address will not be published. Les champs obligatoires sont indiqués avec *